> 6 - Pédagogie / Formation > Actions EN MATERNELLE > Actions autres ou interdisciplinaires (Maternelle) > B* Apprendre avec plaisir (pédagogie Montessori) à l’école maternelle REP Les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Apprendre avec plaisir (pédagogie Montessori) à l’école maternelle REP Les Badamiers à Saint-Denis de La Réunion (Journées innovation 2016)

2 février 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

2016E Ecole mat Les Badamiers : Apprendre avec plaisir
Expérimentation art.34

Ecole maternelle [REP] les Badamiers
28 C QUINQUIES ROUTE DU MOUFIA , 97490 SAINT-DENIS
Site
Auteur : Mme Constans Marie, Mme Joëlle Le Clanche
Mél : marie.constans@ac-reunion.fr ; ce.9740709C@ac-reunion.fr

L’intérêt du projet réside dans sa vision originale des apprentissages : il propose une pédagogie, celle de Maria Montessori, basée sur l’observation de l’enfant, qui prend en compte les intérêts et les besoins de l’enfant de 3-6 ans pour étayer les apprentissages. Entre 3 et 6 ans, les enfants ne restent pas sans rien faire, sont curieux, aiment toucher, répéter, bouger, imiter les plus grands, faire seul, apprendre. L’environnement répond à ces besoins : le matériel est attrayant, permet la répétition et l’erreur constructive (prise de conscience de l’erreur, correction possible sans jugement), développe et affine les gestes de la vie quotidienne (vie pratique), les sens (développement sensoriel), permet le mouvement.#ValeursOI

Plus-value de l’action
Tous les enfants trouvent des activités qui les contentent, il n’y a pas de laissés pour compte.

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
- Année 1 : 23 élèves dont 12 filles et 11 garçons. Une élève de PS est arrivée à la rentrée de janvier 2014. Le groupe classe est composé des trois niveaux de maternelle, réunissant des enfants âgés de 3 à 6 ans. Les enfants ont un cycle quotidien d’activités ininterrompues de 2h30 à 3h (matin et après-midi), ils travaillent individuellement ou en petits groupes de manière autonome, et en libre choix. La classe propose tout le matériel adapté de type Montessori.
- Année 2 : 23 élèves dont 10 filles et 13 garçons. Nouvelles arrivées : 6 PS, une GS et 2 MS. Départ d’une GS, pour cause de déménagement. 14 élèves font leur deuxième année dans la classe, accueil de 9 nouveaux. Deux enfants présentent un handicap, une demande d’AESH a été faite pour l’un d’eux.
- Année 3 : 24 élèves dont 11 filles et 13 garçons. Nouvelles arrivées : 6 PS, et une GS. Maintien d’un GS, élève porteur de handicap. Deux enfants présentent un handicap, une AESH est présente 20h pour l’un d’entre eux.
Profil de la classe :
• 1 enfant né en 2009 : enfant porteur de handicap, qui présente des troubles de comportement plutôt envahissants, il est pris en charge à l’hôpital de jour, une demande d’AESH est en cours, une prise en charge dans une structure plus adaptée est prévue.
• 11 enfants nés en 2010 : 1 nouvelle qui s’adapte très bien à la classe, les 10 anciens ont bien intégré les règles de la classe et son fonctionnement, ils sont autonomes et poursuivent leurs apprentissages.
• 6 enfants nés en 2011 : ils continuent d’apprendre leur rôle d’élève.
• 6 enfants nés en 2012 : très bonne intégration à la classe, ils semblent heureux de venir et observent les plus grands avec attention.

A l’origine
Si l’enfant est accueilli dans un climat, matériel et humain, favorable à son épanouissement lui permettant de répondre à ses intérêts propres comme, le besoin d’ordre, de mouvement, le langage, le développement sensoriel et le développement social, il pourra développer autonomie, confiance en soi et concentration, et sera alors capable d’entrer dans les apprentissages fondamentaux, tels que la lecture, les mathématiques. Il s’agit donc de tout organiser dans la classe pour répondre aux besoins et aux intérêts des enfants, âgés de 3 à 6 ans.
Les directives nationales visent :
• La réussite de tous les élèves ;
• La lutte contre les inégalités ;
• Le développement du mieux être de l’élève à l’école ;
• La maternelle considérée comme un cycle à part entière.
Le contexte réunionnais :
• Un taux conséquent d’illettrisme ;
• Une forte inégalité sociale ;
• Une école impuissante.

Objectifs poursuivis
Permettre à l’enfant de développer sa concentration et son autonomie, en allant à son propre rythme. Il sera alors prêt pour entrer dans les apprentissages fondamentaux dans un cadre qui concerne le respect, respect de soi, des autres, du matériel et de l’espace. Faire que l’enfant travaillera pour lui et non pour répondre à l’attente d’un adulte, il s’exercera dans ce qui lui semblera utile pour lui, et cela sans jugement, il pourra apprendre librement. Il aura envie de se dépasser, de conquérir le monde.

Description
Le groupe classe réunit des enfants âgés de 3 à 6 ans, ce qui répond à la mise en place des cycles, et favorise le développement social en privilégiant le tutorat, l’entraide et la coopération entre les enfants. La classe propose tout le matériel adapté de type Montessori, ce qui permettra le développement et l’affinement des cinq sens, ainsi qu’une approche concrète et sensorielle des compétences fondamentales dans différents domaines. De plus, le matériel en offrant une approche sensorielle, développe chez l’enfant le plaisir d’apprendre et l’estime de soi.

Modalité de mise en œuvre
Le travail individuel ou en tout petit groupe tout au long de la journée, permet la mise en place d’un parcours personnalisé et différencié, l’enseignant peut ainsi s’adapter aux rythmes et aux personnalités de chaque enfant, repérer ses besoins et y répondre au mieux. L’organisation permet aux enfants la liberté de mouvement et de déplacement au sein de la classe, dans le respect des règles. Elle repose sur le libre choix des activités et le travail autonome. Ainsi, elle contribue au développement de l’autonomie et de la personnalité, de la confiance en soi et de l’estime de soi, et au plaisir d’apprendre.

Trois ressources ou points d’appui
- Année 1.
1. Collègues de travail qui ont accepté le projet,
2. La foire aux questions de Céline Alvarez,
3. Lecture de Maria Montessori,
4. Communications téléphoniques avec Agnès Putoud, formatrice à l’association « la Pédagogie Montessori Aujourd’hui »,
5. Visite de la classe par M. et Mme Bellamy, directeurs de l’école Montesourire à Beauséjour.
- Année 2. 1
. Réunions avec Sophie Riemens, Béatrice Hardt et Christelle Cuenot (professeurs des écoles qui expérimentent la mise en place de la pédagogie Montessori dans leur classe) pour parler de nos pratiques, nos difficultés, nos réussites… fréquence des réunions : à chaque vacance.
2. Visite de la classe par Patricia Spinelli.
3. Visite de la classe par Mme Berry, neuropsychologue au CRTSA, qui m’a aidé à l’élaboration d’une grille d’observation des élèves
4. Observations croisées entre PE dans le cadre du projet de circonscription « L’école des valeurs » : Mathilde Guinoiseau (CP), puis Sophie Riemens (PS) sont venues observer ma classe, je suis allée observer leur classe. Echanges autour de nos pratiques de classe, posture de l’enseignant.
- Année 3. 1. Organisation de 2 réunions entre PE pour échanger sur nos pratiques de classe

Difficultés rencontrées
- Année 1.
1. La 1ère année est difficile, car elle correspond à la mise en place du projet avec aucun élève qui ne connaît le fonctionnement de la classe, soit beaucoup de présentation et moins d’observation.
2. Le manque d’échange avec des enseignants engagés dans un projet similaire.
3. Gros problème au niveau des ATSEM : elles se succèdent et ne sont pas formées, perturbations sur l’ambiance. Je choisis d’être seule en attendant le retour de mon ATSEM. 
4. Problème pour commander le matériel : difficulté pour dédouaner le matériel, il manquait le numéro de COA ; prix des taxes élevé (731,47 euros) ; virement à un fournisseur allemand qui ne passe pas. Tout le matériel a été reçu, avance des frais de douane par la coopérative de l’école, mais il faut voir un système de remboursement pour les frais de douane, environ 550 euros.
- Année 2.
1. Problème pour renouveler le contrat de l’ATSEM, qui est formée et assez investie dans le projet.
2. Difficultés dans la mise en place du projet en début d’année : les nouveaux PS et les 2 enfants porteurs de handicap ont perturbé l’ambiance.
- Année 3.
1. Problème pour renouveler le contrat de l’ATSEM, entretien avec M. le Maire de St Denis à ce sujet.
2. Problème avec l’enfant porteur de handicap, son comportement en classe devient très préoccupant et inadapté.

Moyens mobilisés
• Demande de poser des meubles à 3 étagères à la mairie : réalisée
• Demande à la mairie de repeindre la classe : réalisée
• Demande à la mairie de renouveler le contrat de l’ATSEM (Mme Goudron Laurianne), qui était à la fin de son contrat ou de mettre à la disposition du projet une ATSEM compétente, formable et « durable ». Proposition de M. Annette, maire de Saint Denis, de prendre une ATSEM sur un contrat particulier, permettant sa stabilité sur la durée du projet. Arrivée d’une nouvelle ATSEM, Mme Cécile Modely, un contrat aidé renouvelable pour 2 ans. Le problème de reconduction du contrat de Mme Modely se pose de nouveau pour l’année 3.
• Rectorat : paiement de 50 HSE
• Caisse des écoles : virement sur la coopérative de l’école de 5292.50 euros pour l’achat de matériel pédagogique spécifique.
• Ouverture de 2 classes d’inspiration Montessori au sein de l’école : PS/MS/GS avec Mme Riemens et attribution d’un budget pour l’achat de matériel pédagogique spécifique ; CP/CE1 avec Mme Carnazzi et attribution de 2 salles de classe, peinture des salles, attribution d’un budget de 5000 euros pour l’achat de matériel pédagogique spécifique et promesse d’ameublement des classes.
• Contrat de l’Atsem, Mme Modely, a priori revu, pour qu’elle puisse rester sur la classe.

Partenariat et contenu du partenariat
• Mme Agnès Putoud : formatrice Montessori de l’association « la Pédagogie Montessori Aujourd’hui » : aide apportée au projet pour sa réalisation (http://www.formation-montessori.eu/).
Suivi de trois stages de 5 jours pendant les vacances de mai et de janvier sur la pédagogie Montessori avec Mme Agnès Putoud.
• Pôle égalité des chances, santé et social de la Région Réunion.

Liens éventuels avec la Recherche
• Contact pris avec Mme Céline Alvarez, PE à Gennevilliers, sur une classe expérimentale de type Montessori, elle propose un essaimage auquel je me suis inscrite.
• Contact pris avec Mme Rios, médecin scolaire de la circonscription.Elle est venue et a trouvé la classe très intéressante, « Quand je suis arrivée, je ne vous cache pas que je me suis dit c’est le bazar, ça ne marchera pas. Et puis je me suis assise et j’ai vu apparaître l’ordre dans le mouvement. » A ma question, vous ne trouvez pas qu’il n’y a pas vraiment une ambiance de travail, elle a répondu : « Je trouve cela normal, même les adultes ont du mal à se mettre au travail. Mais ils vous écoutent et font ce que vous demandez, et quand ils se mettent au travail, j’ai vu de la joie, voire de la jubilation. »
• Contact avec Mme Rios, médecin scolaire de la circonscription, qui est venue observer la classe. Elle m’a mise en relation avec le CRTSA, et plus particulièrement avec la neuropsychologue, Mme Berry.
• Prise de contact avec Mme Berry, qui propose d’organiser une réunion de travail avec Mme Rios et M. Verheulpen, docteur référent du CRTSA, pour évaluer l’impact de la pédagogie mise en place dans ma classe sur les apprentissages des élèves.
• Rencontre avec Mme Berry, neuropsychologue au CRTSA : je lui ai envoyé par mail les relations entre les programmes et le matériel spécifique Montessori de la classe, le profil de chaque enfant, les bilans ; elle m’a envoyé les liens entre le matériel et les fonctions cognitives, prendre contact avec Céline Alvarez.
• Nous avons fixé comme jour de rendez-vous le vendredi (jour de disponibilité de Mme Berry pour se consacrer au projet). Elle pourra venir observer la classe.
• Nous avons discuté autour d’une évaluation du projet : possibilité de comparer les enfants par rapport à un schéma des compétences cognitives par âge, de faire passer aux enfants le DSM4… Pour l’instant, il s’agit essentiellement d’observations qui permettront de suivre leur évolution.
• Participation à l’école des valeurs, action menée par la circonscription.

Evaluation
1) La coéducation : vers une éducation partagée pour la réussite de tous les élèves
2) La conscience phonologique, base de l’apprentissage de la lecture
3) Donner la cohérence collective et harmoniser les pratiques pédagogiques de classe, de cycle et inter degrés
4) Personnaliser le parcours scolaire de chaque élève et assurer la continuité des apprentissages
5) Augmenter la proportion d’élèves maîtrisant les compétences 1 et 3 du socle commun
6) Développer chez l’élève l’initiative, l’autonomie et le sens de la responsabilité

Documents
- Mur partagé du projet
- Un site internet avec des vidéos de la classe (diaporama)
- Un site internet pour une association, Public Montessori, qui œuvre pour intégrer la pédagogie Montessori dans l’école publique

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
• Cahier journal du projet en lien avec le projet d’école.
• Echanges avec les représentantes de la Caisse des écoles le vendredi 13 septembre : besoins matériels et financiers
• Rencontre avec M Gilbert Anette, Maire de Saint-Denis le jeudi 3 octobre ; évocation des besoins matériels et du poste de l’ATSEM. 
• Venue de M et Mme Bellamy dans ma classe
• Animation pédagogique dans ma classe - Réception d’une partie du matériel vendredi 6 décembre ; Réception complète finalisée.
• Stage en janvier 2013
• Réunion avec les parents d’élèves vendredi 6 décembre : remise d’un questionnaire • Observation de ma classe par Dr Rios prévue
• Film de ma classe prévu lundi 9 décembre
• Contact téléphonique avec Céline Alvarez, professeur des écoles à Gennevilliers avec une classe expérimentale d’inspiration Montessori, pour me donner quelques conseils sur la gestion de la classe.
• Arrivée dans l’école de Sophie Riemens pour l’ouverture d’une autre classe d’inspiration Montessori, avec uniquement des PS, à côté de ma classe.
• Contact avec le CRTSA
• Visite de ma classe par Patricia Spinelli, directrice de l’ISMM, pour des conseils sur l’organisation matérielle de la classe.
• Participation à l’école des valeurs.
• Observation de ma classe par une éducatrice Montessori mardi 10 février 2015
• Venue de Mme Berry pour des observations vendredi matin 13 février 2015
• Venue de Mme Rios vendredi 13 février 2015, après la classe pour discuter de son aide au projet.
• Observations croisées entre PE dans le cadre du projet de circonscription « L’école des valeurs »
• Venue de Mme Muriel Bertrand, psychologue comportementaliste, lundi 18 mai 2015, pour observer ma classe
• Participation à la journée du 3 juin, séminaire international organisé par le CERVOI et M. Chabernaud du CARDIE, sur le thème « comment vivre, faire vivre les valeurs avec les partenaires de l’école ».
• Rencontre avec M Gilbert Anette, Maire de Saint-Denis, pour le contrat de l’ATSEM, afin qu’elle puisse rester sur la classe
• Adhésion à l’association Public Montessori : organisation de 2 réunions dans ma classe pour échanger entre PE intéressés sur la pédagogie Montessori et sa mise en place dans l’école publique
• Observations croisées à nouveau entre PE dans le cadre du projet de circonscription « L’école des valeurs »

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves :
▪ Année 1.
→ Bilan 1 : Tenue d’un carnet d’observation avec tous les ateliers et les noms des élèves, chaque présentation d’atelier est datée et « surligné » quand il est réussi ; tenue d’un journal quotidien portant sur les événements de la journée, les comportements des enfants. Pour l’instant, l’observation est positive : les PS ne pleurent plus le matin, sauf un.
→ Bilan 2 : les enfants semblent venir avec plaisir, plus personne ne pleure, 1 MS lit bien, 2 GS et 1 MS sont entrés dans la lecture. L’ambiance est généralement assez calme et sereine, chacun est à sa tâche, la plupart des enfants semblent venir et travailler avec plaisir.
→ Bilan 3 : 1 MS lit très bien, elle est en passage anticipé, 2 GS lisent les mots avec des sons complexes et des phrases courtes, 2 GS lisent des mots avec une correspondance graphie phonie, 1 GS commence à écrire des mots avec une correspondance graphie phonie, 1 MS lit des phrases simples avec une correspondance graphie phonie. L’ambiance est généralement calme et sereine, chacun a sa tâche, la plupart des enfants sont autonomes et l’ambiance est de plus en plus souvent au travail.

▪ Année 2. Période 1 :
Le début d’année a encore été difficile, les nouveaux étaient un peu perdus, les petits pleuraient et touchaient à tout. En cette fin de période, même si les petits ont encore beaucoup besoin d’attention, ils sont plus respectueux des règles, du matériel et des autres. Ils apprennent l’autonomie, le plaisir de développer ses sens et de maîtriser ses gestes, et surtout ils découvrent le vivre ensemble. Pour les autres arrivants, ils se sont bien adaptés à la classe : ils deviennent autonomes, parlent moins fort, et se montrent curieux du matériel. Le nouvel enfant porteur de handicap a été et est encore très déstabilisant pour l’ambiance de la classe. Si la demande d’AESH est en cours, sa gestion en classe reste difficile et perturbante pour les autres enfants. Pour les autres enfants déjà présents dans la classe, après des débuts un peu déstabilisants pour eux, ils semblent avoir repris leurs marques.
Pour les 8 enfants partis au CP : 1 est parti en métropole, les 7 autres ne présentent pas de difficultés d’adaptation.
Pour les 7 GS :
Langage :
• 4 ont un bon ou très bon niveau général de langage, en vocabulaire et en syntaxe, sans problème de prononciation.
• 1 présente encore des confusions de prononciation, de type « s/z », elle s’exprime volontiers, a un vocabulaire et une syntaxe corrects.
• L’enfant porteur de handicap entre également en communication par le langage avec ses pairs, il participe oralement lors des regroupements. Il est capable de répéter des mots en articulant correctement et de les réutiliser à bon escient. En revanche, les phrases ne sont pas construites, il utilise quelques mots repérables, sujet et complément, et habille le reste de la phrase par une longue prosodie sans mots.
• 1 vient d’un milieu créolophone et est très introverti : il s’exprime en créole, et il commence à oser prendre la parole en regroupement. Autres apprentissages :
• 3 entrent dans la lecture : ils sont capables d’encoder des mots graphie phonie et de décoder des mots simples graphie phonie, de type CVC. Ils maîtrisent les 10 premiers nombres, écrivent leur prénom et des mots étudiés en cursive.
• La nouvelle arrivée présente des capacités et un bon niveau général. Elle écrit son prénom en cursive, mais les lettres sont mal formées, elle a une très bonne discrimination auditive et une assez bonne connaissance des 10 premiers nombres.
• L’enfant porteur de handicap a pris en charge une petite fille mutique, il lui présente des plateaux. Il s’intéresse aux clochettes, il est capable de dénombrer jusqu’à 10 et d’associer les symboles aux quantités correspondantes.
• Les 2 autres ont beaucoup évolué au niveau de leur comportement, ils ont pris confiance en eux et ont un comportement adapté aux règles de la classe. Ils apprennent avec assiduité à écrire leur prénom en cursive. Ils travaillent beaucoup avec un enfant plus avancé qu’eux, surtout 1, qui maintenant connaît ses couleurs, s’intéresse et progresse en phonologie, construit les 10 premiers nombres, mais ne reconnaît pas encore les symboles. L’autre a encore beaucoup de mal avec la numération.
Pour les 10 MS :
Langage :
• 7 ont un bon ou très bon niveau général de langage, en vocabulaire et en syntaxe, sans problème de prononciation.
• 2 sont d’origine mahoraise, ils parlent mahorais entre eux et à la maison. 1 s’exprime correctement en français, il est capable d’exprimer un besoin, d’évoquer un évènement passé, il a quelques lacunes syntaxiques (dues au mélange créole, français) et de prononciation (confusion « an, on »), son vocabulaire est correct et il commence à participer en regroupement. L’autre a plus de difficulté, il n’est pas toujours compréhensible, mais il est dans la communication orale, et il utilise le langage d’évocation. Les problèmes sont surtout d’ordre articulatoire, il manque souvent des morceaux de mots, ce qui donne une impression de « bouillie verbale ». Il aime apprendre du vocabulaire.
• 1 est d’un milieu créolophone et présente un retard de langage, au niveau syntaxique et articulatoire, idem que pour l’enfant précédent. Elle communique oralement, mais n’est pas encore bien compréhensible. Elle aime apprendre du vocabulaire.
Autres apprentissages :
• 7 connaissent leurs couleurs, 3 sont dans l’apprentissage.
• 8 ont une bonne ou très bonne discrimination auditive, les 2 enfants en difficulté de langage ont du mal également en phonologie.
• 7, dont 5 qui en ont une bonne maîtrise, construisent les 10 premiers nombres (dénombrement, association des symboles aux quantités, aspect ordinal et cardinal). Les 3 autres sont sur les 3 premiers nombres.
• 5 mémorisent les lettres et font des tentatives d’écriture en cursive.
• 9 sur les 10 se montrent autonomes, confiants, heureux d’être là, d’apprendre. Ils continuent de développer leurs sens et montrent de plus en plus d’intérêt pour les apprentissages fondamentaux. Ils sont capables de concentration sur des temps de plus en plus longs.
Pour les 6 PS :
Langage :
• 5 sur 6 communiquent par le langage, ils sont capables de se faire comprendre pour exprimer un besoin.
• 1 est mutique, elle est capable de répéter en articulant correctement des mots de vocabulaire, elle comprend des consignes simples, mais elle n’utilise pas le langage pour communiquer.
• 1 est d’origine malgache, on s’exprime uniquement en malgache à la maison, en classe il s’exprime en français, le vocabulaire et la syntaxe sont en construction.
• 1 est issue d’un milieu créolophone, le vocabulaire et la syntaxe sont également en construction.
• Les 3 autres présentent un bon niveau de vocabulaire et de syntaxe, une bonne écoute et une bonne compréhension.
Ils participent aux jeux de phonologie. 1 a des défauts de prononciation (confusion « z,j »), 1 a des défauts de syntaxe du type « ma fait… » (mélange français, créole ?).

• Année 2, période 2 : Pour cette période, les enfants s’ordonnent et l’ambiance de classe est bien plus sereine. Le nouvel enfant porteur de handicap ne fait plus du tout de « crise », et s’il n’est pas encore capable de concentration pour accepter des présentations, il n’est plus un élément aussi perturbateur pour la classe.
Pour les 7 GS :
Langage : L’enfant présentant des confusions de prononciation est capable de se corriger.
Autres apprentissages :
• 3 commencent à lire de petites phrases simples, graphie phonie, ils commencent à mémoriser des sons complexes, « ou », « ch ».
• La nouvelle arrivée est entrée dans la lecture, elle lit des mots graphie phonie de type CVC.
• L’enfant porteur de handicap connaît le bruit des lettres de son prénom.
• Les 2 continuent d’apprendre à écrire leur prénom en cursive, et d’autres lettres. Tous 2 s’intéressent à la lecture, ils cherchent à faire chanter les lettres pour lire des mots.
Pour les 10 MS :
• 2 sont entrés dans la lecture, 1 lit de petites phrases courtes graphie phonie, elle a le « ch », l’autre lit des mots simples graphie phonie. Tous les 2 écrivent des lettres en cursive, mais également des mots simples graphie phonie.
• 1 est capable d’encoder des mots graphie phonie, 1 commence à encoder des mots de type CVC.
Pour les 6 PS :
Langage :
• L’enfant mutique utilise davantage le langage pour communiquer, elle aime toujours autant apprendre des mots de vocabulaire.
• L’enfant d’origine malgache possède un vocabulaire et une syntaxe corrects.
Autres apprentissages : Ils commencent à s’ordonner :
• 1 est très concentré quand il travaille, il aime beaucoup rouler les tapis, se laver les mains.
• 1 a tendance à partir dans l’imaginaire et a du mal à tenir son attention, mais il progresse, il est très intéressé par le matériel de développement sensoriel.
• 1 a des gestes encore assez désordonnés, mais de moins en moins et elle est capable de tenir son attention, elle aussi est intéressé par le matériel sensoriel.
• 1 donne encore l’impression d’agir sans but, de ne pas savoir quoi faire (elle pleure encore souvent le matin en arrivant).
• 1 a l’air heureux d’être là, il n’est pas encore entré dans la concentration, il touche un peu à tout sans jamais se fixer vraiment sur un matériel particulier.
• L’enfant mutique semble de plus en plus à l’aise dans la classe, mais elle n’est pas encore « ordonnée », elle touche à tout, dérange facilement ses camarades.
• 3 connaissent leurs couleurs, les autres sont en apprentissage.
• Tous aiment apprendre des mots de vocabulaire
• 3 aiment jouer à « Mon petit œil voit », reconnaître des mots par rapport à l’attaque donnée. Ces 3 enfants s’intéressent également aux lettres rugueuses et à la numération.

• Année 2, période 3 : On assiste à une auto-régulation du bruit et à de belles séances de travail spontané. Le nouvel enfant porteur de handicap, non seulement ne fait plus de « crise », mais en plus est entré dans les apprentissages, des présentations ont pu lui être faites, il devient capable de temps de concentration et d’échanges avec ses pairs et les adultes. Les moments où il est perturbateur, sont souvent les temps de regroupement et surtout celui avant l’arrivée des parents, et lorsqu’il est « mal ». - Pour les 7 GS :
Langage : Pas de changements.
Autres apprentissages :
• Les 3 lisent de mieux en mieux et mémorisent les sons complexes. 2 d’entre eux cherchent à lire dans les albums jeunesse, mais c’est encore difficile pour eux. Ils sont dans les grands nombres et 2 ont construit les nombres jusqu’à 19.
• La nouvelle arrivée lit des mots graphie phonie et commence à écrire des lettres.
• L’enfant porteur de handicap ne semble plus s’intéresser aux lettres, il est davantage dans le matériel de développement sensoriel.
• Les 2 adorent écrire des mots dans leur cahier, ils semblent mémoriser des lettres, mais ne parviennent pas encore à associer le bruit des lettres d’un mot à un mot porteur de sens.
Pour les 10 MS :
• 6 sont entrés dans la lecture : celle qui lisait de petites phrases courtes graphie phonie, mémorise des sons complexes, celui qui lisait des mots simples n’a pas évolué, une autre se passionne pour la lecture de mots à placer dans l’ambiance mais également des mots à associer aux images, l’enfant porteur de handicap lit de petites phrases simples graphie phonie, 2 autres commencent à lire de petits mots simples graphie phonie et sont capables d’encoder des mots simples.
• 4 mémorisent le bruit des lettres.
• 7 écrivent des lettres en cursive. 2 seulement écrivent leur prénom en cursive.
• 7 maîtrisent la construction des nombres jusqu’à 10, dont 1 s’intéresse aux grands nombres.
Pour les 6 PS :
Langage : pas de changements.
Autres apprentissages :
• 1 mémorise le bruit des lettres et aime écrire des mots avec l’alphabet mobile, elle maîtrise les nombres jusqu’à 10. En observant des enfants travailler avec les grands nombres, elle a dit : « Mais c’est facile en fait maîtresse ! »
• 3 autres commencent à mémoriser le bruit des lettres.
• Les 6 commencent à tous être capables de repérer l’attaque d’un mot donné, avec le jeu de phonologie « Mon petit œil voit ».
• 3 connaissent leurs couleurs, les autres continuent leur apprentissage.
• Ils continuent de s’ordonner : ils aiment chanter, observer les plus grands, ils affinent leurs gestes, coordonnent leurs mouvements et deviennent plus autonomes avec le matériel de vie pratique. Ils aiment nettoyer, se servir à boire, laisser des traces à la peinture.

• Année 2, période 4 :
Pour les 7 GS :
• Lecture : 5 enfants sont entrés dans la lecture. 1 commence à lire des albums jeunesse. 1 autre essaie, mais trop de sons lui posent problème, en revanche il est capable de lire des ordres avec des sons complexes. 1 se perfectionne dans la fusion. 1 commence à lire des phrases courtes graphie phonie. 1 lit des mots graphie phonie. 1 cherche à lire les mots graphie phonie, mais il a du mal à mémoriser le bruit des lettres.
• Numération : 3 manipulent les grands nombres et 2 autres essaient, viennent observer, cherchent à participer. 1 a construit les nombres jusqu’à 39, 3 commencent à effectuer de petites additions.
• Ecriture :
• 6 élèves écrivent dans leur cahier.
• L’enfant porteur de handicap a mémorisé les lettres de son prénom et commence à les écrire, ainsi que les chiffres jusqu’à 9.
Pour les 10 MS :
• Langage : les 3 enfants en difficulté de langage améliorent leur vocabulaire et leur articulation.
• Lecture : 2 s’exercent dans la lecture de phrases simples et de mots avec des sons complexes. 2 commencent à lire de petites phrases courtes graphie phonie. 1 lit des mots simples graphie phonie. L’enfant porteur de handicap lit les albums jeunesse avec une certaine fluidité. 1 mémorise le bruit des lettres et commence à encoder. 2 commencent à mémoriser le bruit des lettres et se perfectionnent en phonologie. 1 commence à s’intéresser aux lettres et vient observer.
• Ecriture : 7 écrivent des lettres en cursive, 3 apprennent à suivre le tracé des lettres. 5 sont capables d’écrire leur prénom en cursive. 1 écrit dans un cahier.
• Numération : 3 commencent à manipuler les grands nombres et 4 s’y intéressent et veulent participer. 3 commencent à construire les nombres jusqu’à 10.
Pour les 6 PS :
• Langage : tous échangent verbalement avec l’adulte ou avec leurs pairs. Ils sont tous compréhensibles. 2 sont à surveiller au niveau de la prononciation, dont l’ancienne enfant mutique.
• Phonologie : tous deviennent capables de repérer l’attaque d’un mot (avec plus ou moins de facilité), 3 repèrent la fin des mots.
• Lecture : 1 commence à lire des mots graphie phonie et connaît le bruit de toutes les lettres et certains phonèmes complexes. 4 mémorisent le bruit des lettres. 1 commence à s’intéresser aux lettres et vient observer.
• Ecriture : tous cherchent à écrire les lettres en cursive, 3 parviennent à en reproduire certaines sur l’ardoise.
• 5 connaissent leurs couleurs, 1 apprend.
• Numération : 1 maîtrise les nombres jusqu’à 9, 5 apprennent à les construire.
• Ils continuent d’apprendre à vivre ensemble et à devenir élève.

• Année 2, période 5 :
Pour les 7 GS :
• Lecture : tous les enfants sont entrés dans la lecture, sauf l’enfant porteur de handicap. La plus avancée lit des albums jeunesse, le moins avancé lit des mots graphie phonie type CVC.
• Numération : 2 enfants ont construit les nombres jusqu’à 100, 1 jusqu’à 20 et 4 jusqu’à 10. 4 manipulent les grands nombres, 3 effectuent des additions.
• Ecriture : tous les élèves écrivent dans leur cahier, l’enfant porteur de handicap écrit des lettres sur son ardoise. 
Pour les 10 MS :
• Langage : les 3 enfants en difficulté de langage améliorent leur vocabulaire et leur articulation, mais ils ne sont pas toujours compréhensibles. Ils sont capables d’identifier les sons en attaque d’un mot, 1 les identifie également en fin de mot et associe le bruit de la lettre à la lettre, mais il a pour l’instant mémorisé peu de lettres.
• Lecture : L’enfant porteur de handicap lit les albums jeunesse avec fluidité. 4 s’exercent dans la lecture de phrases simples et de mots avec des sons complexes. 2 lisent des mots simples graphie phonie, type CVC.
• Ecriture : 2 écrivent des mots dans un cahier 3mm, 5 écrivent des lettres en cursive sur l’ardoise, 3 apprennent à suivre le tracé des lettres. 7 sont capables d’écrire leur prénom en cursive.
• Numération : 5 manipulent les grands nombres. 2 font des additions. 1 apprend à construire les nombres jusqu’à 100, 1 a construit les nombres jusqu’à 20, 5 ont construit les nombres jusqu’à 10 et 3 continuent leur apprentissage.
Pour les 6 PS :
• Langage : pas de changement.
• Phonologie : pas de changement.
• Lecture : pas de changement.
• Ecriture : pas de changement.
• 5 connaissent leurs couleurs, 1 apprend.
• Numération : 1 manipule les grands nombres, 5 apprennent à construire les nombres jusqu’à 10.
• Ils continuent d’apprendre à vivre ensemble et à devenir élève.

• Année 3.
→ Bilan 1 : Bonne ambiance en général, les petits ont bien intégré la classe et semblent à l’aise.
Pour les 6 enfants partis au CP : ils ne présentent pas de difficultés d’adaptation au CP.
Pour les 12 GS : l’enfant maintenu et porteur de handicap pose problème, une réorientation est envisagée. Les autres sont souvent autonomes et montrent un désir d’apprendre.
Langage : 3 restent à surveiller, leur articulation rend souvent leur discours peu compréhensible. L’enfant porteur de handicap ne parle pas, mise à part quelques phrases stéréotypées.
Lecture : 8 élèves sont dans la lecture, le plus avancé lit des albums avec fluidité, la moins avancée lit des mots simples graphie phonie type CVC, 1 mémorise le bruit des lettres et commence à encoder des mots, les 2 autres commencent à mémoriser le bruit des lettres de leur prénom.
Ecriture : 8 écrivent dans un cahier avec interlignes soit 5mm soit 3mm, 2 reproduisent des lettres sur leur ardoise, 1 suit le tracé de la lettre et commence à la reproduire dans la semoule. 10 sont capables d’écrire leur prénom en cursive avec (3) ou sans modèle (8).
Numération : 7 manipulent les grands nombres, 4 perfectionnent leur apprentissage des 10 premiers nombres, 1 les a construits jusqu’à 3.
Sensoriel : 10 connaissent leurs couleurs, tous sont capables d’ordonner les grandeurs, d’apparier les sensations.
Pour les 6 MS : ils ont encore du mal à s’engager, mais guidés ils y arrivent, ils sont capables de temps plus longs de concentration, 1 a du mal à se séparer encore le matin, elle a souvent besoin d’un objet transitionnel. Ils aiment beaucoup travailler entre eux.
Langage : tous s’expriment verbalement, améliorent leur vocabulaire et leur articulation.
Lecture/écriture : tous mémorisent des lettres et des chiffres et cherchent à les reproduire sur leur ardoise. 1 lit des mots simples graphie phonie et écrit son prénom en cursive, 2 écrivent leur prénom en cursive avec modèle, 2 reproduisent des lettres sur leur ardoise et 1 suit le tracé des lettres.
Numération : 1 manipule les grands nombres, les 5 autres construisent les 10 premiers nombres.
Sensoriel : 5 connaissent leurs couleurs, tous deviennent capables d’ordonner des grandeurs.
Pour les 6 PS : ils s’intègrent très bien à la classe, 1 a beaucoup pleuré au début. Ils suivent les plus grands et les observent, ils aiment les imiter. 5 s’expriment verbalement. Ils apprennent à respecter les règles de la classe et à ordonner leurs gestes.

- Sur les pratiques des enseignants :
▪ Année 1. Les enseignantes de CP et de maternelle veulent assister aux animations pédagogiques « distancielles » concernant la pédagogie Montessori, elles mettent en place dans leur classe des ateliers autonomes de type Montessori.
→ Bilan 2 : les enseignantes de maternelle ont assisté à une animation pédagogique « distancielle » de 3 heures concernant la pédagogie Montessori (présentation du film de Céline Alvarez « Learning is fun », puis de ma classe), elles veulent mettre en place dans leur classe des ateliers autonomes de type Montessori, réduire les activités « papier crayon », et se sont montrées admiratives devant le matériel.
→ Bilan 3 : 1 MS lit très bien, elle est en passage anticipé, 2 GS lisent les mots avec des sons complexes et des phrases courtes, 2 GS lisent des mots avec une correspondance graphie phonie, 1 GS commence à écrire des mots avec une correspondance graphie phonie, 1 MS lit des phrases simples avec une correspondance graphie phonie. L’ambiance est généralement calme et sereine, chacun a sa tâche, la plupart des enfants sont autonomes et l’ambiance est de plus en plus souvent au travail.

▪ Année 2. Toutes les enseignantes de maternelle ainsi que 2 enseignantes de l’élémentaire mettent en place dans leur classe des ateliers autonomes de type Montessori. Pour cela elles ont acheté ou construit du matériel. Elles ont un regard positif sur le projet et se montrent très satisfaites de ce qu’elles ont mis en place. L’enseignante de CP, Mathilde Guinoiseau, a eu l’autorisation pour ouvrir une classe CP- CE1- CE2 à la rentrée prochaine, et poursuivre le travail commencé dans ma classe. L’enseignante de PS, Sophie Riemens, a l’accord des collègues pour ouvrir une classe de cycle (PS- MS- GS) à la rentrée prochaine. Année 3. Nous sommes maintenant 3 enseignantes dans l’école à expérimenter une pédagogie inspirée de Maria Montessori, 2 en PS/MS/GS et 1 en CP/CE1. Toutes les anciennes ont également aménagé des temps pour travailler en ateliers autonomes, investi dans du matériel Montessori et épuré leur salle de classe.

- Sur le leadership et les relations professionnelles :
▪ Année 1. Beaucoup de remise en question, peur concernant la gestion de la classe, difficulté à prendre du recul et à lâcher prise par rapport à mon éducation.
Bilan 2 : toujours des difficultés avec mon éducation institutionnelle et avec le lâcher prise, intérêt des enseignants pour la pédagogie Montessori.
▪ Année 2 :
• Contact intéressant à poursuivre et à développer avec le CRTSA, qui peut apporter une expertise au projet.
• Le développement des classes d’inspiration Montessori permet l’enrichissement des échanges et donc des pratiques.
• Les parents semblent satisfaits par la classe (enquête de satisfaction, remarques), certains ont demandé à ce que leur enfant soit dans cette classe (9 enfants concernés).
• L’ATSEM semble également satisfaite, après des débuts fatigants.
• La participation au projet « l’école des valeurs » permet des rencontres intéressantes et des réflexions sur les pratiques. Année 3. 2 réunions ont été organisées entre PE dans ma classe, pour partager notre expérimentation et sensibiliser à la pédagogie Montessori.

- Sur l’école / l’établissement :
▪ A la rentrée scolaire 2014-2015, deux enseignantes ont demandé et obtenu l’école par intérêt pour la classe expérimentale.
▪ A la rentrée 2015 – 2016 : ouverture dans l’école des 2 classes d’inspiration Montessori (ambiance 3-6 et ambiance 6-9)
▪ Paroles de certains parents 2014-2015, lors d’entretiens individuels : « Je la trouve plus épanouie, avant je devais jouer avec elle, maintenant elle peut rester 1h à jouer seule dans sa chambre. Je n’ai plus de crise d’énervement. Elle entre dans la lecture et l’écriture avec plaisir. » « C’est un projet super, si les 2 aînés avaient pu en bénéficier… Ce type de projet permettrait une meilleure réussite des élèves, moins d’échec…. Ma fille est plus autonome, elle est heureuse de venir. » « Il est content de venir le matin, il se prépare tout seul et arrive souriant. »
▪ Paroles de certains parents 2015-2016, période 1, lors d’entretiens individuels : « Il vient à l’école en courant. » « On est très content, A est beaucoup moins stressée depuis qu’elle vient dans cette école malgré tous les changements (déménagement du Canada !) »

- Plus généralement, sur l’environnement  :
▪ Année 1. Après le stage de janvier 2013, deux autres enseignantes veulent demander une classe expérimentale, et créer un réseau sur l’île.
▪ Année 2. Sur l’île, deux enseignantes ont obtenu l’ouverture d’une classe expérimentale basée sur les principes de la pédagogie Montessori. Une association de parents voudrait créer dans l’est de l’île à Cambuston, une scolarité complète de 0 à 9 ans. Ils cherchent à mettre en place deux classes d’inspiration Montessori, l’une avec des 3-6 ans et l’autre des 6-9 ans dans une école publique, et d’assurer une continuité avec la crèche voisine pour les 0-3ans et cela en lien avec la Mairie qui soutient la démarche. Année 2. Demande de financement de matériel pédagogique à la région pour la classe maternelle de Christelle Cuenot à St Louis, par le biais de l’association Public Montessori

Extrait du site Expérithèque : 2016E Ecole mat Les Badamiers : Apprendre avec plaisir

Répondre à cet article