> 5 - Pédagogie en ZEP > Actions pédagogiques AU COLLEGE > Français et langues (Collège) > L’enseignement de la littérature avec le numérique : Ecriture de textes au (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’enseignement de la littérature avec le numérique : Ecriture de textes au collège REP+ Mendès-France de Tourcoing et "Pecha Kucha créatif" au microlycée de Paris (actes du colloque de l’Afef des 7-8 mars 2017)

5 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

L’enseignement de la littérature avec le numérique, Compte-rendu de l’AFEF
Maison des Sciences de l’Homme, Université de Grenoble, 7-8 mars 2017

Atelier 4.2 Nouvelles pratiques d’écriture

- [p. 14]
« Les outils numériques au service de l’écriture littéraire : résultats d’une expérimentation d’écriture dans les textes d’auteur avec le numérique » – Magali Brunel (Université Grenoble-Alpes)

Magali Brunel présente les résultats d’une expérimentation d’écriture dans les textes d’auteur avec le numérique.
Ses appuis théoriques sont le rapport à l’écriture, le développement d’une posture d’auteur, le développement de la cohérence textuelle.

L’expérimentation s’est déroulée au collège Mendès- France de Tourcoing (REP+, collège connecté).

3 phases ont eu lieu : lancement de l’activité d’écriture dans un texte d’écrivain – phase de retour, travaux comparés et échangés – phase de réécriture. Un appariement d’élèves a été mis en place, un de groupe test et l’autre de groupe témoin.

Tous les élèves ayant participé au dispositif en tirent profit, ceux qui progressent le plus sont les plus fragiles.
Les entretiens menés soulignent l’évolution des représentations associées à l’acte d’écriture ; ainsi qu’une immersion dans la tâche. Ils soulignent aussi l’importance accordée à l’orthographe, les élèves se sentant rassurés par le correcteur orthographique. Ils montrent aussi la construction d’une posture d’auteur. Les progrès sont nets particulièrement sur les élèves qui entretiennent un rapport difficile à l’écriture. Le dispositif a permis la construction de compétences scripturales, et de compétences d’écriture littéraire, de construction textuelle. Ce n’est pas une simple transposition numérique de principes didactiques courants mais une activation par les ressources numériques de nouveaux processus.

Compte-rendu de Viviane Youx, le 21 mars 2017 (p. 14 du compte rendu de 17 pages)

 

- [p.15]

« Écrits créatifs interactifs en classe de littérature : analyse d’un dispositif numérique expérimental » – Anne-Marie Petitjean (Université de Rouen)

Anne-Marie Petitjean s’appuie sur des pratiques, en classe de littérature, d’écrits collaboratifs.
Quelle articulation recherche-pratiques d’enseignement ?
Par rapport aux potentialités du numérique : par rapport aux enjeux éducatifs, quelle didactique du littéraire « avec le numérique » ?
À partir de l’analyse de trois dispositifs de classe, quels leviers pour favoriser l’écriture numérique ? Quelles compétences rédactionnelles des élèves ? Quelle adaptation des démarches et des gestes professionnels de l’enseignant ?

3 projets dans le second degré : 2 projets d’écriture sur pad en collège et lycée ; une expérience de Pecha Kucha8 créatif (Ingrid Duplaquet, microlycée Paris).
Si l’on examine l’écriture créative en fonction du contexte de la classe et du relationnel qui s’installe, l’outil collaboratif reprend-il les gestes professionnels usuels en didactique de l’écriture ?

Bilan :
• Motivation des élèves et des enseignantes
• Problèmes techniques et d’organisation matérielle
• Au plan de l’autonomie, on note le souhait des élèves d’être accompagnés, épaulés
• Une relation élèves-professeur différente, vue à travers les tchats
• Adaptation des gestes professionnels, du côté du numérique comme outil pédagogique, du côté de l’organisation, du côté du rôle de l’enseignant.
Ces écrits se situent du côté des écritures de la réception, écritures créatives où l’élève projette de soi.

Note :
« Le Pechakucha ou Pecha Kucha (à prononcer « Pétcha Koutcha ») est un format de présentation orale associée à la projection de 20 diapositives se succédant automatiquement toutes les 20 secondes. La présentation dure 6 mn 40 sec. au total. Cette contrainte impose à l’orateur le sens de la narration, du rythme, de la concision, mais aussi un goût pour l’expression graphique. »
in Le Pecha Kucha, pitch parfait évitant la mort par PPT

Compte-rendu de Viviane Youx, le 21 mars 2017 (p. 15 du compte rendu de 17 pages)

 

Extrait de afef.org du 22.03.17 : L’enseignement de la littérature avec le numérique, Compte-rendu de l’AFEF

Répondre à cet article