> 5 - Education prioritaire > POSITIONS > Déclarations gouvernementales (ZEP) > Budget de la Sécurité sociale : le recentrage de l’aide sur les familles (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Budget de la Sécurité sociale : le recentrage de l’aide sur les familles pauvres se poursuit (le Monde)

29 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Le recentrage des aides sur les familles pauvres poursuivi
Avec l’alignement des plafonds, les classes moyennes seront perdantes

[...] C’est sur ce levier qu’agit le gouvernement dans son projet de loi, en aidant en premier lieu les familles les plus pauvres. Pour les parents isolés ayant deux enfants, dont un de moins de 3 ans, et dont le revenu est inférieur à 32 800 euros annuels, l’aide à la garde d’enfants versée pour l’emploi d’une assistante maternelle ou d’une garde d’enfants à domicile passera de 462 à 600 euros par mois, soit 138 euros mensuels d’augmentation. Dans une configuration familiale comparable, l’augmentation sera de 87 et 52 euros par mois pour les deux tranches supérieures de revenus (de 32 800 à 72 800 euros et au-dessus de 72 800 euros).

[...] D’autres augmentations bénéficieront aux parents isolés : le complément familial, une prestation versée aux parents de trois enfants âgés de plus de 3 ans, augmentera pour les familles monoparentales de 16 euros par mois à partir du 1er avril 2018.

[...] L’ensemble de ces mesures -entérine la logique redistributive initiée en 2012 et poursuivie lors des PLFSS tout au long du -quinquennat Hollande. Des " transferts massifs " de res-sources ont eu lieu entre les -familles les plus riches et les plus pauvres pendant cette période, a relevé la Cour des comptes dans un -rapport publié mercredi 20 septembre. Cette fois, les -classes moyennes seront aussi touchées au portefeuille. Une -politique " assumée " par le ministère. Reste à savoir quel en sera le coût politique.

Extrait de lemonde.fr du 29.09.17 : Le recentrage des aides sur les familles pauvres poursuivi

 

"La France se caractérise par un nombre élevé d’enfants pauvres et par le fait que les familles moins aisées recourent comparativement moins que dans d’autres pays à des solutions de garde collective, pourtant favorables au développement de l’enfant et à l’égalité des chances", a indiqué le ministère des Solidarités. [...]

[...] Ainsi, la prochaine convention devra porter une "attention particulière" à la situation des enfants les plus fragiles, vivant notamment dans des familles monoparentales, et prévoir "la création de places supplémentaires en crèches qui répondent territorialement aux besoins des parents" avec un "financement des établissements d’accueil du jeune enfant simplifié et un travail sur les normes entrepris", est-il précisé.

Extrait de lepoint.fr du : Accueil des jeunes enfants, une "priorité" d’Agnès Buzyn

Répondre à cet article