> 5 - TYPES DE DOCUMENTS : Annuaires, Textes et Rapports officiels, (...) > RAPPORTS OFFICIELS > Rapports interministériels : C. Comptes, Fr. Stratégie > La note de France Stratégie sur l’éducation prioritaire : la présentation de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La note de France Stratégie sur l’éducation prioritaire : la présentation de ToutEduc

13 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Carte scolaire et refondation de l’éducation prioritaire : les propositions de France Stratégie

L’analyse publiée par France Stratégie sur les moyens affectés au cours de la période 2013-2016 aux écoles maternelles et élémentaires permet "d’évaluer une grande partie du chemin parcouru depuis le rapport du SGMAP (Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique) sur la refondation de l’éducation prioritaire en 2014, et de poser les enjeux principaux de la réforme de la rentrée 2020".

"En dépit de l’amélioration du ciblage de la politique d’éducation prioritaire, on observe toujours une forme de désajustement" entre les écoles bénéficiant du label REP ou REP+ et les élèves socialement les plus défavorisés. La note d’analyse met notamment en exergue les "écoles orphelines", situées dans un quartier socialement difficile, mais qui ne sont pas rattachées à un collège REP, et, à l’inverse, des écoles "embarquées", dont les caractéristiques ne justifient pas le label REP, mais qui sont liées à un collège labellisé.

La note s’interroge surtout sur la possibilité d’ "étendre progressivement le dédoublement des CP et CE1 aux écoles orphelines". En augmentant d’un élève par classe les effectifs des écoles des quartiers favorisés les mieux dotées, on économiserait "environ 3 000 postes" tandis que les évolutions démographiques prévues 2019-2023, - 250 000 élèves, rendraient possible "de dégager environ 12 500 postes sans dégrader les taux d’encadrement". Cette perspective "permet de concevoir la mise en œuvre de mesures de dédoublement sur la grande section de l’école maternelle, en éducation prioritaire et dans les écoles orphelines ; cela représenterait un besoin de 15 000 à 20 000 postes, selon que l’on fixe l’objectif à 15 ou 12 élèves par classe."

France Stratégie ajoute qu’ "une cible indicative de moyens par élève pourrait être fixée pour l’ensemble des niveaux et écoles à l’horizon 2025", ce qui pourrait "servir de signal aux acteurs locaux au sein du processus de réallocation des postes". Ces "objectifs indicatifs" pourraient également servir de base de discussion entre les communes et les services de l’Éducation nationale pour redessiner la carte scolaire, en cas de sur- ou de sous-dotation structurelle et non justifiée".

Extrait de touteduc.fr du 11.04.19.

Répondre à cet article