> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > PAUVRETE, AIDE SOCIALE, Assist. soc. > Une enquête du Cnal révèle le "vrai coût" de l’école gratuite, qui pénalise (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une enquête du Cnal révèle le "vrai coût" de l’école gratuite, qui pénalise particulièrement les familles en difficulté

26 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Quel est le « vrai coût » de l’école gratuite pour les parents d’élèves ?
Fournitures, voyages scolaires… le Comité national d’action laïque (CNAL) recense tous ces frais parfois lourds pour les parents.

L’école gratuite a un coût… Cette information n’étonnera pas les parents d’élèves, qui, rentrée après rentrée, ont pris l’habitude de calculer l’évolution du prix des cahiers, classeurs et autres fournitures scolaires.

L’enquête que rend publique mardi 25 juin, lors d’un colloque à Paris, le Comité national d’action laïque (CNAL), fédération de cinq organisations impliquées de longue date sur le terrain de l’éducation, montre que la rentrée n’est en réalité qu’un avant-goût de ce qui pèse, concrètement, sur les familles tout au long de l’année.

L’état des lieux du CNAL porte sur le primaire (1 022 réponses) et le secondaire (230 réponses). Il s’adosse à un sondage de l’IFOP centré, lui, sur les parents d’élèves (échantillon représentatif de 603 personnes). L’ensemble est éclectique, il mêle des coûts réels, des estimations, du ressenti… Mais « il éclaire une zone grise de l’école », souligne le secrétaire général du CNAL, Rémy-Charles Sirvent, par ailleurs secrétaire national du syndicat SE-UNSA.
Le chiffre fait réagir Jean-Paul Delahaye. Cet inspecteur général honoraire, ancien président du CNAL, avait prévu de s’en emparer en ouverture du colloque, pour livrer un témoignage très personnel.
[...]

[...] D’autres sources d’inégalités sont mises en lumière par le CNAL – aide aux devoirs, activités culturelles, etc. Elles perdurent, alors que l’éducation est le premier budget de l’Etat… et que l’angoisse parentale ne faiblit pas : selon le sondage IFOP, 4 parents sur 10, parmi ceux qui envisagent des études pour leurs enfants, ont commencé à épargner pour les financer.

Extrait de lemonde.fr du 26.06.19

 

Voir au milieu de la colonne de gauche la liste des MOTS-CLES de cet article,

Voir en haut de la page le chemin de la RUBRIQUE de cet article

Répondre à cet article