> ACTEURS et PARTENAIRES (Identité et Statut). Liste des sous-rubriques et (...) > Enseignants (Identité professionnelle) > Enseignants (Témoignages, Portraits d’) > Le confinement en ULIS TFC (troubles des fonctions cognitives ou mentales) (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le confinement en ULIS TFC (troubles des fonctions cognitives ou mentales) au collège REP+ Paul Éluard de Garges-lès-Gonesse (95) (Le Café)

25 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Gabrielle Kouassi : Quand l’école s’arrête en ULIS

Le confinement a mis à mal l’école, les enseignants ont dû se réinventer afin de ne pas rompre le lien avec leurs élèves. Selon les territoires mais aussi les publics, ce travail a été plus ou moins laborieux. Gabrielle Kouassi, enseignante d’un dispositif ULIS TFC (troubles des fonctions cognitives ou mentales) au collège REP+ Paul Éluard de Garges-lès-Gonesse (95), raconte son expérience.

Gabrielle, 25 ans et professeure des école, enseigne dans l’ULIS du collège Paul Éluard depuis deux ans. Ses élèves, tous reconnus porteur de handicap, rencontrent des difficultés de compréhension, certains des dysorthographies sévères mais aussi des dyscalculies. Son groupe regroupe treize élèves de la sixième à la troisième. « Cette année, c’est plus coriace que l’an passé, car j’ai 3 nouveaux élèves qui ont de grandes difficultés, et qui demandent des adaptations importantes. Mais par contre, les élèves qui étaient en grande difficulté l’an dernier sont devenus plus autonomes en lecture ! Cela me permet donc de consacrer plus de temps aux nouveaux arrivants ».

Déculpabiliser les élèves face à leurs difficultés

COVID19, confinement, école à la maison, tout s’est accéléré très vite, alors lorsque le président a annoncé que les écoles et établissements fermaient, Gabrielle a eu du mal à se projeter. Comment faire classe à distance avec ses élèves qui rencontrent tant de difficultés ? Comment faire pour des élèves non-lecteurs qui ne comprennent les consignes qu’à l’oral ? Comment faire quand certains élèves ne peuvent utiliser les plateformes ENT puisque la lecture n’est pas acquise ? Comment envoyer un mail ? « Après un premier moment d’incertitude, le confinement a été synonyme pour moi de : Réaction, adaptation et créativité. Toutes ces questions m’ont tournée en bourrique, et je n’ai vu qu’une solution : envoyer du travail minutieusement adapté, décortiqué et guidé. Ensuite, j’appelais les élèves plusieurs fois par semaine pour m’assurer qu’ils aient bien compris le travail, les rassurer aussi car certains avaient pleinement conscience que travailler à la maison était beaucoup plus compliqué pour eux. Certains exercices qu’ils pouvaient faire en classe avec mon aide ou celle de l’AESH étaient devenus complexes seuls. Il était important de les faire déculpabiliser, en verbalisant leurs états d’esprit et en insistant bien sur le fait qu’il soit normal d’éprouver des difficultés à travailler seul, dans un environnement pas forcément propice au travail ». Maintenir le lien et rassurer ses élèves telles étaient les objectifs premiers de Gabrielle. « Je leur ai envoyé des petites cartes individuelles, dans lesquelles je prenais de leur nouvelle et leur souhaitais courage pour ce confinement qui était aussi difficile pour eux, que pour nous adultes ».

[...]

Extrait de cafepedagogique.net du 13.06.20->http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/06/17062020Article637279740201511553.aspx?actId=ebwp0YMB8s1_OGEGSsDRkNUcvuQDVN7aFZ1E4yS5hsZMczVe0oRbhh3UnbIPB94q&actCampaignType=CAMPAIGN_MAIL&actSource=503365]

Répondre à cet article