> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Orientation et Découverte professionnelle > Orientation > La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession du conseiller d’orientation, par Jérôme Martin, L’Harmattan, juillet 2020

11 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession du conseiller d’orientation
Jérôme Martin

Collection : Histoire et mémoire de la formatio
L’Harmattan, juillet 2020

L’ouvrage explore les origines du mouvement d’orientation professionnelle en France, des années 1900 aux années 1940. Croisant l’histoire sociale, l’histoire de l’éducation et celle de la psychologie, il met en valeur les conditions d’apparition de la question de l’orientation, la diversité des acteurs ainsi que ses bases idéologiques et scientifiques. L’après Première Guerre mondiale et les années 1930 constituent deux périodes fondamentales dans l’histoire de l’orientation professionnelle.

Extrait de editions-lharmattan.fr de juillet 2020

 

La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940) par Jérôme Martin
Jérôme Martin vient de publier, chez l’Harmattan, LA NAISSANCE DE L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE EN FRANCE (1900-1940) Aux origines de la profession du conseiller d’orientation[1]. Il fait suite à quelques trop rares études sur cette histoire. Au moment où des questions essentielles se posent en France sur les conditions d’existence des services d’orientation, la lecture de ce retour sur les origines est éclairante.

[...] Aux origines de cette histoire
En 1979, Michel Huteau et Jaques Lautrey s’étaient penchés sur Les origines et la naissance du mouvement d’orientation[2]. Ils montraient les liaisons très fortes de l’orientation avec la seconde révolution industrielle, et comment l’orientation était convoquée à répondre et à résoudre tous les problèmes que cette révolution créait. Elle se trouvait aussi bien du côté des industriels que du côté des philanthropes. Les uns voulaient éviter les risques, les autres voulaient une nouvelle justice sociale. Autrement dit un objet parfait pour résoudre les conflits. Et côté mise en œuvre, la tension se jouait entre les praticiens, on dirait peut-être aujourd’hui les innovateurs sur le terrain, car la pratique est venue de la périphérie (associations diverses, communes, entreprises), et les scientifiques, les psychologues, les médecins (avec des tensions entre eux). [...]

Extrait de educpros.fr du 09.09.20

Répondre à cet article