> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Actions autres ou pluridisciplinaires) > B* Créer des groupes de compétences en français et maths en 6e au collège REP (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Créer des groupes de compétences en français et maths en 6e au collège REP Anatole France de Limoges

14 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Objectif : tous en cycle 4 !

08/10/2020

Nous cherchons à répondre de manière pédagogique à la grande hétérogénéité des classes et aux grandes difficultés des élèves à l’entrée en 6ème. Il s’agit de mettre en place des modalités pédagogiques différentes et innovantes permettant une plus grande personnalisation des parcours des élèves, une progression des résultats des élèves en français et mathématiques à la fin du cycle 3.
Il s’agit d’offrir aux élèves la possibilité de progresser à leurs rythmes dans les apprentissages.

QUOI ?

QUI ?

3 membre(s) dans l’équipe

La problématique : Comment en modulant les structures, peut-on améliorer les performances scolaires de nos élèves ?
L’idée a été de décloisonner pour permettre à chaque enfant d’avancer et de progresser à son rythme et selon des modalités d’apprentissage qui lui correspondent.
Nous avons choisi de travailler avec les disciplines les plus présentes en 6èmes, et qui regroupent le plus d’enseignants, soit maths et français.
Afin de donner de la cohérence au projet et parce que les tests de positionnement montrent bien que les élèves de SEGPA ne sont pas forcément les plus en difficulté, nous envisageons une politique globale d’inclusion : tous les collègues du collège et de la SEGPA.
Il s’agit de créer de réels groupes de compétences construits sur des protocoles de raisonnement (groupes explorateur, savant et expert) qui n’ont pas forcément de hiérarchie.

-Les participants
• 112 élève(s)
• 9 enseignant(s)

OÙ ?

ANATOLE FRANCE, Limoges (022)
Collège [REP] - 6ème, 6ème SEGPA renovée

Cette réflexion réside dans le fait que nous sommes un collège classé REP, et que nos élèves présentent de grosses difficultés scolaires à l’entrée en 6ème. Nos élèves travaillent peu chez eux et surtout de manière très inégalitaire. L’idée poursuivie à travers ce projet, était de tenter de permettre à nos élèves de travailler à leur rythme, et d’apprendre à leur rythme, tout en développant la coopération entre eux.

• 1 académie(s)
• 1 établissement(s)
• 6 classe(s)

POURQUOI ?

-Problème identifié
Nous cherchons à répondre de manière pédagogique à la grande hétérogénéité des classes et aux grandes difficultés des élèves à l’entrée en 6ème. Il s’agit de mettre en place des modalités
pédagogiques différentes et innovantes permettant une plus grande personnalisation des parcours des élèves, une progression des résultats des élèves en français et mathématiques à la fin du cycle 3.
Il s’agit d’offrir aux élèves la possibilité de progresser à leurs rythmes dans les apprentissages.

-Indicateur(s) qualitatif(s)
Indicateur idéal : avoir une mesure avec les mêmes thermomètres en début et fin d’année (cf évaluations de 6ème).
• QCM sur la perception des enseignants, élèves et parents du dispositif
• Comparaison des taux de réussites dans les différentes maîtrises des attendus du socle
• Impact sur les emplois du temps
• Garder une ou plusieurs classes-témoins pour mesurer les différences de résultats et pour pouvoir garder un point de comparaison

QUAND ?

Du 01/09/2019 Au 30/06/2021

COMMENT ?

Le projet est innovant au sens où il amène à travailler réellement sur les compétences et sur les capacités des élèves, à partir de thèmes de travail, en maths et français. Il nécessite un fort travail de construction commune des séquences et ce en classe de 6ème et de 6ème SEGPA.

-Moyens mobilisés
Il s’agit de créer de réels groupes de compétences construits sur des protocoles de raisonnement (groupes explorateur, savant et expert) qui n’ont pas forcément de hiérarchie.
Il est difficile de faire disparaître les niveaux, raison pour laquelle nous avons choisi d’avoir une entrée sur un seul niveau dans un premier temps afin de décloisonner les classes en maths et en français. Reste le problème majeur des alignements d’emploi du temps tant pour les élèves que pour les enseignants. Ces gros alignements (6X4h30 en maths et en français) vont mécaniquement contraindre les emplois du temps des autres collègues et des autres classes.

• 6 groupes – 6 enseignants – 6 semaines
• Bilan et constitution des groupes de la période suivante
• Aligner toutes les classes de 6ème en maths et en français pendant 4h30 par semaine.
1h de concertation sera nécessaire toutes les semaines pour permettre aux équipes de s’adapter et de se questionner
• La 7ème semaine devra permettre de redéfinir les groupes en fonction de la programmation de la période suivante.
• Que les enseignants de SEGPA puissent enseigner devant des élèves du collège
• Tous les contenus du programme devront être repensés au regard de ces protocoles. Un appui fort des corps d’inspection est donc nécessaire pour accompagner les collègues dans ce lourd travail de préparation.
• Il nous semble pertinent de garder en français et en maths une classe témoin pour avoir des points de comparaison entre les deux modalités et ainsi en tirer des conclusions et des observations en fin d’année.

QUEL BILAN ?

-Modalités d’évaluation ?
Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique
La période de confinement a mis un terme de manière anticipée au projet. Nous n’avons donc pas pu réaliser de bilan permettant de quantifier les progrès des élèves.

-Indicateur(s) qualitatif(s)
Le constat final ne peut pas être réalisé correctement. A mi parcours, les enseignants trouvaient que le projet n’atteignait pas son objectif, au sens où c’étaient toujours les mêmes élèves qui se retrouvaient dans la difficulté quelque soit le thème abordé.

ET APRÈS ?

Le bilan est bien entendu en demi teinte puisqu’il n’a pas permis de réaliser concrètement les effets sur les élèves. Cela étant, cela aura permis aux équipes de co construire les séquences et de travailler sur des progressions communes. Les enseignants trouvent que le co enseignement pendant les heures d’AP sont aussi bénéfiques pour les enfants que ce dispositif.

-Développement et suite de l’actionn
L’action n’est pas reconduite cette année. Le contexte sanitaire ne s’y prêtait pas non plus

Extrait de innovatheque du 08.10.20

Répondre à cet article