> AGENDA > Site OZP. Archives d’articles non indexés (2004-2008) > année 2006 > juillet 2006 > 28.07.06 - Synthèse des premières Journées de la DIV sur la réussite (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

28.07.06 - Synthèse des premières Journées de la DIV sur la réussite éducative

28 juillet 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site Inter-réseaux DSU le 26.07.06 : Une synthèse des 1ères journées nationales de la DIV sur la réussite éducative

Synthèse des principaux points évoqués lors de la journée nationale du 29 juin 2006

Une volonté de modélisation du PRE contestable... La structuration du dispositif reste très en phase avec les dynamiques locales. Avec une demande des acteurs de bénéficier d’une mutualisation des expériences et de clarification sur certains points techniques (question des structures juridiques porteuses notamment). Toutefois, la question de la modélisation d’une déclinaison type du P.R.E. reste posée. Il est à souligner que l’association de l’ensemble des acteurs de terrain en amont de la mise en place du dispositif, reste un élément déterminant de « réussite ».

Des projets encore trop peu innovants... L’ étude comparée des différents sites en P.R.E. montre que les objectifs d’intervention se déclinent en trois axes principaux : socio-éducatif, médico-social et le soutien à la parentalité. Les innovations restent limitées. Certains partenariats permettraient pourtant d’optimiser les actions (associations issues de l’éducation populaire notamment, approche interculturelle...)

De l’individu et du collectif... de l’élève à l’enfant La question de l’individualisation du suivi reste centrale. Elle pose notamment la question de la stigmatisation des situations. Un constat : sur les sites en P.R.E. plus le suivi est individualisé, plus les actions sont tournées vers le soutien à la parentalité et le médico-social. Moins les actions sont individualisées, plus elles sont orientées vers l’accompagnement à la scolarité. Le CLAS reste moins difficile à aborder. Il traduit aussi le poids de l’Education Nationale sur certains territoires. Ce point souligne les enjeux autour de la population ciblée, qui peut être celle plus restrictive d’élèves ou plus globale d’enfants.

Une place des parents réaffirmée La place des parents au sein du dispositif reste essentielle à double titre : en tant que public cible mais aussi en tant que partenaires (adhésion des parents à la démarche). La contractualisation permet de clarifier la place des parents et fixe des obligations de moyens et de résultats. Un écueil à éviter : La culpabilisation, la stigmatisation des pratiques éducatives des parents.

Un nouveau référentiel métier ? Le coordonnateur de réussite éducative constitue la cheville ouvrière du dispositif même si le rôle et la place des référents de parcours sont importants. Les coordonnateurs ont des origines diverses : membre de l’administration territoriale, ,de l’éducation nationale, élus, travailleur sociaux... Cette diversité des statuts soulève à nouveau la problématique du secret (partagé, professionnel, déontologique, obligation de réserve...). A ce titre, l’ingénierie constitue un part importante du financement du dispositif (doit-elle être limitée ?) mais qui reste essentielle.

Rester vigilant... La vigilance des acteurs en charge du P.R.E. est essentielle quant à : La pérennité du dispositif puisqu’un suivi débuté à l’âge de 5 ans peut s’étaler sur une plus d’une dizaine d’année. La définition très amont des critères d’évaluation (indicateurs de résultat) et notamment la transformation des rapports institutionnels. La structuration de certains outils permettant les échanges d’information (charte déontologique, protocole...).
La déclinaison de ce qu’est la réussite éducative, qui ne peut être limitée à la réussite scolaire, et qui permettra une appréhension des résultats devant les parents L’approfondissement des critères d’entrée sur le dispositif pour éviter la « psychologisation » des problématiques socio-éducatives, voire la « pathologisation » des familles.

Le P.R.E. reste une approche sociale et individuelle des problématiques, il se doit de respecter la dignité des enfants et des parents !

Synthèse par : laurent DAUTY,
chargé de mission "éducation-culture" à la communauté d’agglomération du pays de Flers (orne) au sein de l’équipe de projet. administrateur de l’irdsu en charge du chantier "projet éducatif territorial"

contact : Laurent Dauty

Répondre à cet article