> AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2004 > novembre > 28/11 - Les projets ZEP de l’Ile Maurice (Week-end)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

28/11 - Les projets ZEP de l’Ile Maurice (Week-end)

30 novembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « Week-end » 28.11.04 : les projets ZEP de l’Ile Maurice

Les projets communautaires rapportent leurs fruits

Les différents projets mis en place dans le cadre de l’implémentation de la Zone d’Education Prioritaire (ZEP) contribuent peu à peu au progrès des écoles concernées. Activités pédagogiques et artistiques en dehors des heures de classe, participation active des parents, des enseignants, de la communauté, entre autres contribuent à refaire l’image de ces écoles les moins performantes du pays. Des projets et leurs résultats présentés, jeudi dernier, à l’auditorium Octave Wiehe, par quatre écoles démontraient que la ZEP est une solution clé et viable pour combattre l’échec scolaire et l’absentéisme. Mais, si les écoles H. Ramanarain (Terre Rouge), Serge Coutet (Baie du Tombeau), Nuckchady (Rose-Hill) et Jean Eon RCA (Grand-Gaube) étaient à l’honneur jeudi dernier, c’est principalement grâce à la volonté et le travail soutenu des parents médiateurs et parents d’élèves des régions concernées.

L’aide du Trust Fund for the Social integration of the Vulnerable Groups a été non négligeable. Après des mois de travail, le pont entre l’école et les parents a été établi par le biais de l’introduction du carnet de liaison, des visites régulières des parents médiateurs et liaison officers aux familles entre autres. Ailleurs, le manque d’intérêt, fortement déploré, des maîtres d’écoles, freinerait l’enthousiasme des parents et du coup l’envol du projet. Pour encourager la bonne volonté, le ministère de l’Éducation a remis un certificat aux parents et autres volontaires œuvrant à resserrer les liens entre la communauté, les familles et l’école.

Ainsi, plus d’une année après sa mise en place, la ZEP vient affirmer sa pertinence. "Nous avons atteint notre objectif ! Tous : parents, enseignants, élèves, la communauté, nous avons travaillé ensemble. Quand nous investissons dans l’éducation des enfants de la ZEP, nous combattons l’échec scolaire et la pauvreté", déclarait Eshan Abdool Raman, coordonnateur du projet de la ZEP.

Pour obtenir des résultats positifs, insiste, pour sa part, le ministre de l’Éducation, Steve Obeegadoo, l’investissement financier est une nécessité. "ZEP pa ve dir pran lamone an plis pou zet dan lekol ! Le projet a certes pris du temps, mais petit à petit, il a apporté ses fruits. D’ailleurs, un des premiers résultats positifs du projet est la baisse dans le taux d’absentéisme. Nous commençons à remporter une bataille sur l’échec scolaire", déclarait Steve Obeegadoo. Saluant l’effort des parents, il estime que ceux-ci "ont repris confiance dans l’éducation et l’école." Commentant les critiques axées sur le food project de la ZEP par le rapport de l’Audit, Steve Obeegadoo reconnaît que "tout nouveau projet comprend des erreurs." Toutefois, assure-t-il, son ministère ne compte monter jusqu’à la source du problème. "Nous disposons d’un personnel compétent au sein du ministère. Mais, si nous relevons une certaine incompétence, nous agirons", affirme ce dernier.

Venus en masse à l’auditorium, des parents n’auraient, cependant, pas apprécié le traitement reçu après la cérémonie. Ces derniers, qui disent avoir été mobilisés pour venir en grand nombre, disent avoir été ignorés par le ministère de l’Éducation à la sortie du programme.

Répondre à cet article