> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2005 > mars > 01/03 - A propos de la carte scolaire du Creusot (71)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

01/03 - A propos de la carte scolaire du Creusot (71)

1er mars 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du " Journal de Saône-et-Loire » du 01.03.05 : communiqué des parents d’élèves

Fermeture d’une classe à l’école Victor-Hugo.

Après notre article de samedi dernier, certains parents ont estimé que les informations distillées par nos interlocuteurs lors de cette manifestation étaient par trop excessives.

Ils ont donc souhaité apporter leur propre constat en parallèle de celui présenté précédemment en y ajoutant la lettre transmise à l’inspecteur d’académie :
« Les parents d’élèves de l’école Victor-Hugo, très choqués par l’article paru dans le journal du samedi 26 février tiennent à rectifier les propos tenus et à souligner le ton d’une partie de l’article qui nous apparaissent démesurés au regard de la situation. Ces propos excessifs donnent une vision caricaturale de notre école, voire fausse (plus de vente de gaufres depuis 3 ans, pas 70 % d’élèves en difficulté.). L’état des lieux a été bien défini dans la lettre des parents jointe à la pétition du 24 février, c’est pourquoi nous publions cette lettre pour vous donner une vision plus juste de la situation :

Nous sommes parents d’élèves à l’école Victor-Hugo au Creusot, et c’est avec consternation que nous avons appris le projet de fermeture d’une classe dans cet établissement.
Il faut tout d’abord préciser que Le Creusot a vu son existence modifiée par la fermeture partielle de son usine et de beaucoup d’autres entreprises. Il en résulte donc que de nombreuses familles sont en difficultés du fait du chômage.

L’école Victor-Hugo est une école de centre ville qui a toujours reçu des enfants d’horizons différents, mais qui est à proximité d’un quartier devenu « sensible », (sans pour autant être classé en ZEP) et en ressent évidemment les conséquences avec une augmentation en quelques années, du nombre des enfants en difficultés dans toutes les classes. De plus pour la rentrée 2004, il a été accueilli 48 enfants en Cours Préparatoire dont 18 sont en grandes difficultés. L’équipe enseignante a réussi à « gérer au mieux » la situation en créant 3 CP de 15 ou 16 élèves chacun. Dans ces classes où les enseignants prennent en charge chacun 6 élèves en grandes difficultés, ils se sont organisés exceptionnellement bien, pour pouvoir s’occuper tant de ces enfants, que des autres élèves qui ont le droit de suivre une scolarité normale.

A ce jour, grâce à l’intervention des enseignants et à l’organisation interne qui avait été mise en place pour la rentrée de septembre, les 18 élèves en grandes difficultés sont intégrés sans que la progression des autres enfants ne soit gênée.
Vu les difficultés éprouvées par les enseignants pour gérer cette situation cette année, avec 11 classes dont 3 petits CP, comment voulez-vous qu’ils y réussissent, l’année prochaine, avec une classe en moins ?

Si cela se réalise, le nombre d’enfants en difficultés va augmenter dans chaque classe et ce qui a pu fonctionner cette année, va devenir impossible, malgré la bonne volonté de l’ensemble des enseignants. Ne prenons-nous pas le risque de mettre tous les enfants en difficulté ?
Les chiffres sont une chose, mais nos enfants ne sont pas des numéros et les mesures qui s’annoncent nous causent le plus grand souci pour leur avenir, car nous, parents, nous en sommes responsables et vous aussi.

Les chiffres sont les chiffres, mais pourquoi ne pas tenir compte de la situation particulière de chaque école ? Car si Victor-Hugo n’accueillait que des enfants scolairement « faciles », les chiffres seraient les chiffres. Mais, ce n’est pas le cas.

Non, vraiment, l’Éducation Nationale n’est pas dans son rôle en prenant une telle décision qui hypothèque l’avenir de nos enfants. Nous nous en remettons à votre bon sens et espérons que vous prendrez la bonne décision pour l’avenir de nos enfants.

La mobilisation se poursuit face à cette fermeture de classe, pour continuer d’offrir aux enfants de tous niveaux, les meilleures conditions possibles de réussite, comme il a toujours été fait dans cette école.
Victor-Hugo reste notre école et nous entendons bien la défendre. L’équipe pédagogique, choquée elle aussi, est sensible aux efforts des parents, et apporte son appui à cette démarche ».

Retour à la page d’accueil du site

Répondre à cet article