> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2005 > mai > 04/05 - L’Observatoire des inégalités a publié sa lettre n°20

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

04/05 - L’Observatoire des inégalités a publié sa lettre n°20

4 mai 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « La lettre de l’Observatoire des inégalités », le 04.05.05 : la pauvreté des enfants a augmenté dans les pays riches.

On compte 2,4 % d’enfants vivant dans la pauvreté au Danemark contre 21,9 % aux Etats-Unis. On enregistre une augmentation de la pauvreté des enfants pour 17 des 24 pays de l’OCDE (les pays riches) étudiés, notamment en Pologne, en Belgique et en République tchèque.

Dans la plupart des pays, le chômage, l’augmentation des familles monoparentales, et les difficultés des travailleurs non qualifiés sur le marché du travail sont les causes de l’augmentation de la pauvreté des enfants. Mais les politiques publiques peuvent en restreindre les effets : avec un taux de pauvreté comparable avant les aides sociales (un peu plus de 11 % d’enfants pauvres), le Danemark le réduit à 2,4 % et les Pays-Bas seulement à 9,8 %. La volonté politique d’une telle réduction n’est pas généralisée puisque les dépenses publiques allouées aux enfants des ménages recevant des aides sociales ont diminué dans 8 pays sur les 13 pour lesquels l’étude disposait de données.

Note statistique : la comparaison des différents pays doit se faire avec prudence : le revenu médian diffère en effet selon les pays. Un pauvre au Danemark a un revenu bien supérieur à celui d’un pauvre en république Tchèque puisque le revenu médian danois est plus élevé. Mais la mesure de la pauvreté ne peut être que relative car les biens et services possibles dépendent de l’époque et du lieu.

* part des enfants vivant dans des familles sous le seuil de pauvreté égal à 50 % du revenu médian. Ce revenu médian est celui qui partage la population en deux parties égales, la moitié gagnant le revenu médian ou moins, l’autre plus.

** différence entre 1991 et 2000, en points de %, entre la proportion d’enfants pauvres. Le seuil de pauvreté est, pour chacune des deux années, égal à 50 % du revenu médian de l’année

(voir le tableau joint sur le site de l’Observatoire des inégalités : la pauvreté des enfants

Répondre à cet article