> 6 - ACTEURS, POSITIONS > POSITIONS > Autres positions : associations, journalistes, observateurs, (...) > Fondapol, "think tank libéral" dirigé par Dominique Reynié, souhaite qu’on (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Fondapol, "think tank libéral" dirigé par Dominique Reynié, souhaite qu’on remplace les ZEP par des "écoles fondamentales" aux programmes simplifiés. La réponse de Choukry Ben Ayed

12 décembre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

"12 idées pour 2012"
Fondapol. Fondation pour l’innovation politique.
Un Think Tank libéral, progressiste et européen

Extrait de fondapol.org du 08.12.11 : 12 idées pour 2012

 

Selon la Fondapol, « de nouvelles formes d’hétérogénéité sociale rendent désormais impossible la distribution d’un même savoir à tous, au même moment de la vie et selon les mêmes méthodes ». Elle propose donc d’organiser les programmes scolaires différemment pour répondre à la différenciation sociale et culturelle « afin de mieux assurer l’égalité des chances ».
[..] Dans les « écoles fondamentales » censées accueillir les élèves aux performances insuffisantes pour intégrer un collège général, la rémunération des enseignants et des chefs d’établissements devra être doublée, propose la Fondapol. « L’impact budgétaire sera neutre grâce à l’augmentation du nombre d’heures de présence devant les élèves des enseignants » et à la « reconversion des heures d’enseignement correspondant aux disciplines supprimées », argumente le think tank. Avec un tel projet, le métier des enseignants serait complètement modifié au sein de ces écoles qui viendraient remplacer les actuelles zones d’éducation prioritaires.

Extrait de lefigaro.fr du 12.12.11 : Education. Les propositions chocs de la Fondapol

 

"Vous prônez la fin de l’éducation prioritaire et la fin du collège unique, ni plus ni moins. Selon vous la politique d’éducation prioritaire a échoué car elle procéderait d’une logique de zonage des territoires et non du ciblage des individus. Mais savez-vous ce que recouvre cette logique de zonage ? Elle signifie que, pour venir en aide aux élèves en difficulté, il est nécessaire de travailler en lien avec leur territoire, avec le champ associatif, avec les collectivités locales, les réseaux d’éducation prioritaire… Vous êtes muets sur ce point. Que proposez-vous ? De bunkeriser l’école ? De l’insulariser ? C’est ainsi que vous pensez prendre en compte le quotidien des élèves et de nouer avec leur environnement et leurs parents des relations éducatives ?

[...] Pourquoi ne proposez-vous pas une lecture plus documentée des difficultés de l’éducation prioritaire ? Que disent sur ce point les travaux de recherche et les rapports officiels que vous passez une nouvelle fois sous silence ? Faisons ici un bref rappel : déficit de pilotage tant local que national, sous-dotation financière ne permettant pas de réduction significative du nombre d’élèves par classe (plus tout à présent avec la suppression des postes), instabilité du cadre national, défauts d’accompagnement des équipes, des coordinations locales, inanité de la lutte contre les ségrégations scolaires… C’est tout cela qu’il faut empoigner et regarder en face plutôt que de jeter le bébé avec l’eau du bain.

Extrait de cafepedagogique.net du 12.12.11 : Fondapol : Des propositions qui ne valent pas grand chose

Répondre à cet article