> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline/ > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Climat ) > B* Deux actions pour améliorer le climat (contre les bagarres) au collège (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Deux actions pour améliorer le climat (contre les bagarres) au collège ECLAIR Le Chapitre, Chenôve (Côte d’or) : Les gardiens de la liberté, Mettre en place des challenges éducatifs

2 février 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

- Améliorer le climat scolaire en éducation prioritaire : les gardiens de la liberté
Action présentée aux Journées de l’innovation de mars 2013

Collège Le Chapitre
1 Boulevard Amiral De Lattre de Tassigny, 21304 Chenôve
Site du collège
Auteur : Sixdenier Christelle
Mél : christelle.sixdenier@ac-dijon.fr

Face à la recrudescence des bagarres dans un établissement ECLAIR, les délégués de 4è/3è ont proposé le recrutement d’élèves "patrouilleurs" pour venir alerter les adultes. Ils ont recruté 88 élèves volontaires sur 250 collégiens l’année passée puis 112 aujourd’hui. Formés pour alerter, les patrouilleurs ont décidé de changer de nom et ont proposé différents noms de code. Les patrouilleurs et les professeurs du collège ont retenu la proposition des "gardiens de la liberté", abrégés en "G2L". Parallèlement, les délégués ont été sollicités pour proposer des jeux en récréation. Les "G2L" ont permis une chute de 41 % des bagarres au troisième trimestre de l’année passée !

Plus-value de l’action
La forte diminution du règlement par la violence des conflits rencontrés entre jeunes dans un collège de banlieue. Cette initiative va au-delà des scénarii classiques de médiation par les pairs puisqu’elle a été construite afin de rendre la très grande majorité des élèves acteurs d’une amélioration du climat scolaire.

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
88 élèves en 2011/2012 et 119 en 2012/2013.

A l’origine
Une recrudescence des bagarres constatée tout au long du premier trimestre 2011-2012. Un comptage a été effectué au second trimestre pour recenser 36 bagarres contre 21 au troisième trimestre après la concrétisation du projet des G2L. Au premier trimestre 2012, 15 bagarres ont été comptabilisées.

Objectifs poursuivis
• Responsabiliser les élèves par leurs pairs en développant des compétences civiques et faire chuter les actes de violence pour garantir la sécurité de tous afin de travailler dans un climat scolaire plus favorable aux apprentissages.
• Créer un climat de coopération entre les élèves.
• Améliorer l’image de l’établissement et rassurer les familles pour éviter la fuite d’élèves venant du CM2 dans le contexte d’une carte scolaire assouplie.

Description
• Informer les élèves par voix d’affichage du nombre d’alertes et de bagarres mensuelles pour les sensibiliser.
• Inscrire le projet dans le temps pour développer des compétences sociales et civiques chez les élèves volontaires ( chacun à son rythme).
• Proposer aux G2L de créer un logo pour être identifiables.
• Formés les G2L sur leur manière d’alerter, les plus impliqués seront invités à faire partie d’un petit groupe de médiateurs pour gérer les petits conflits dans la cour.
• Impliquer des adultes accompagnateurs – qui doivent acquérir les techniques de médiation et se doter d’outils pour superviser au quotidien le projet.
• Introduire des jeux dans la cour en recensant les besoins des élèves pour favoriser un climat convivial.
• Punir les bagarreurs et sanctionner les récidivistes.
• Récompenser les élèves les plus impliqués pour encourager les démarches citoyennes.
• Echange de pratique avec les écoles primaires du réseau ECLAIR sur les règles de vie adoptées en milieu scolaire. Echange poursuivi avec les équipes vie scolaire du bassin dans le cadre de la liaison collèges/lycée de secteur.

Difficultés rencontrées
• 1. Au début du projet, les élèves ont confondu l’alerte avec la dénonciation (de ceux qui se battent), c’est pourquoi le mot patrouilleur a été changé et un nouveau nom de code a été proposé par des élèves.
• 2. Trouver plus de personnel adulte pour former les nombreux élèves.
• 3. Par mauvais temps, les élèves se battent davantage car ils sont tous regroupés et serrer sous le préau et il est impossible de mettre en place des jeux pour réguler les phénomènes de violence en raison de l’exigüité des lieux.

Moyens mobilisés
• Ressources humaines de l’établissement : la conseillère d’éducation a porté le projet et elle a été soutenu par l’équipe de direction. Une professeure avec des fonctions de médiation participe aux entretiens de régulation et à la formation.
• Mobilisation du CESC et de ses fonds d’état pour un montant de 300 euros par an.

Partenariat et contenu du partenariat
Travail en partenariat avec l’AROEVEN (éducation populaire) qui est venu former les 88 élèves sur deux jours banalisés en 2011/2012 pour intervenir sur le mode de l’alerte et non de l’intervention directe dans les bagarres pour éviter d’être blessé . Un autre travail a été mené avec les élèves sous forme de petits groupes pour trouver un nouveau nom de code.

Evaluation
Nombre d’incidents en milieu scolaire Taux de passage CM2 vers 6e et demandes de dérogations.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Les bagarres ont été quantifiées au deuxième trimestre de l’année 2011/2012 et le comptage se poursuit en 2012/2013 pour en connaître les indicateurs :
Quel niveau est concerné ? ; Quels élèves, combien de filles et de garçons ? ; Quelle fréquence ? ; Quel horaire ? ; Quels jours ? ; Quels lieux ? ; Comment et pourquoi se déclenchent-t-elles ? ; Quels élèves alertent ? Filles ? Garçons ? Quel Niveau ?

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : acquisition du sens des responsabilités et de l’esprit d’initiatives, renforcement du sentiment de coopération
- Sur les pratiques des enseignants : mutualisation des pratiques et cohérence dans les projets mis en œuvre.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : ce projet a permis de crédibiliser la pratique de la vie scolaire et de renforcer la confiance réciproque entre les enseignants et la conseillère d’éducation
- Sur l’école / l’établissement : apaisement du climat scolaire garantissant la sécurité de tous pour favoriser les apprentissages scolaires.
- Plus généralement, sur l’environnement mise en place d’une commission sur les règles de vie avec les écoles primaires du réseau et création d’un groupe de travail en vie scolaire sur le bassin pour harmoniser les pratiques

Extrait du site Expérithèque : Améliorer le climat scolaire en éducation prioritaire : les gardiens de la liberté

 

- Améliorer le climat scolaire en éducation prioritaire : mettre en place des challenges éducatifs

Collège Le Chapitre
1 Boulevard Amiral De Lattre de Tassigny, 21304 Chenôve
Site du collège
Auteur : Court-Maurice Catherine
Mél : catherine.court@ac-dijon.fr

Cette action a pour but d’aider les élèves à adopter un comportement positif en évitant le recours à la sanction. Créer des challenges par classe permet de développer la coopération entre élèves et de s’appuyer sur l’attrait pour le jeu des collégiens. La classe gagnante se voit proposée une récompense collective sous forme d’une journée différente à dominante ludique.

Plus-value de l’action
Favoriser l’appropriation par les élèves du respect de cadres et de règles strictes en évitant le recours à la sanction

Nombre d’élèves et niveaux concernés
Toutes les classes et tous les niveaux la première année puis 6e-5e cette année

A l’origine
Nous avons cherché à améliorer le climat scolaire au sein des classes. L’assiduité et la ponctualité n’étaient pas au niveau attendu. Les carnets de correspondance étaient l’objet de nombreuses détériorations. Il n’existait pas de sentiment d’appartenance à une classe et les élèves n’étaient pas solidaires entre eux. De nombreuses incivilités étaient aussi constatées entre les élèves, nous avons constaté qu’il y avait peu ou pas d’entre aide eu sein des classes. Notre objectif était donc de mettre en place « des groupes classes » solidaires.

Objectifs poursuivis
• Construire la solidarité au sein des classes.
• Motiver les élèves et les responsabiliser.
• Améliorer le suivi des classes et des élèves
• Donner des objectifs concrets aux élèves

Description
Les challenges mis en place concernaient l’amélioration de la tenue des carnets de correspondance des élèves, l’amélioration du comportement du groupe classe ainsi que l’assiduité des élèves. Les préfets des études ont travaillé sur la récupération des informations concernant les 3 challenges mis en place durant l’année scolaire.
Les carnets de correspondances ont été vérifiés régulièrement par les professeurs principaux et les préfets des études. Des points ont été donnés aux élèves afin de valoriser la bonne tenue des carnets. Un barème a été mis en place afin d’accorder des points aux groupes classes avec un correctif en fonction du nombre d’élèves. Des bonus peuvent être données par les enseignants lors des cours très vivants dans lesquels les élèves se sont particulièrement impliqués. Un challenge initiative a été proposé aux élèves afin de valoriser toutes les idées et initiatives apportées par les élèves pour améliorer l’ambiance de travail ou l’atmosphère de vie au sein de l’établissement.

Difficultés rencontrées
• Cette action était très chronophage lors de la mise en place . Nous avons donc ré- évalué l’action et nous avons réduit les actions. Les carnets sont toujours vérifiés régulièrement par les professeurs principaux. Cependant, la valorisation des carnets a lieu lors d’une semaine précisée aux élèves. Ceux-ci sont donc prévenus et peuvent ainsi mieux comprendre les attentes.
• Hétérogénéité des classes. Certaines classes sont désavantagées parce qu’elles ont plus d’élèves ayant des comportements inadaptés.
• Difficultés à motiver les plus grands. Les challenges fonctionnent bien avec les élèves de 6ème et de 5ème. Les plus jeunes sont motivés par les challenges et l’amélioration du climat est perceptible. Les plus grands ne jouent pas le jeu, ils ont l’impression d’être manipulés.

Moyens mobilisés
Professeurs responsables de l’action. Assistantes pédagogiques. Equipe éducative et équipe vie scolaire.

Partenariat et contenu du partenariat
Mobilisation des structures locales pour la mise en œuvre des récompenses.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
• Prise d’indicateurs qualitatifs : nombre de retards, d’absences , de carnets de correspondance renouvelées, d’incidents en classe.
• Prise d’indicateurs qualitatifs : participation des élèves à la construction des challenges et aux propositions de récompenses permettant de mesurer l’adhésion des élèves au projet.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : L’amélioration de l’ambiance au sein du groupe classe permet une meilleure ambiance de travail. Les classes qui remportent les challenges sont motivés pour poursuivre sur cette voie. On constate une réelle motivation des élèves qui permet de valoriser les compétences 6 et 7 du socle.
- Sur les pratiques des enseignants : Les enseignants qui s’impliquent dans le dispositif y trouvent la possibilité de mieux participer à la dimension éducative du projet de l’élève. Cette donnée est importante en éducation prioritaire.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Le projet favorise le travail d’équipe et permet de mieux faire partager par l’ensemble des acteurs le contrat d’objectif de l’établissement.
- Sur l’école / l’établissement : Ce projet, participe avec les deux autres centrés sur le climat scolaire, à la pacification du climat scolaire et favorise le vivre-ensemble.
- Plus généralement, sur l’environnement De la même manière, il contribue à valoriser l’image de l’établissement. Il développe les liens avec l’extérieur puisque que les structures communales et associatives sont sollicitées dans le cadre des récompenses.

Extrait du site Expérithèque : Améliorer le climat scolaire en éducation prioritaire : mettre en place des challenges éducatifs

Répondre à cet article