> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. (Positions) > EDUC. PRIOR. (Autres positions) > Assises EP. La FSU précise ses positions sur l’éducation prioritaire : pas de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Assises EP. La FSU précise ses positions sur l’éducation prioritaire : pas de délabellisation ni de recentrage brutal de la carte prioritaire

6 septembre 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Education prioritaire : la relance tarde
Une relance de l’éducation prioritaire est prévue par la loi d’orientation et son rapport annexe. Le rapport de la CIMAP (Comitéinter-ministériel sur la Modernisation de l’action publique) publié fin août critique les orientations prises par le précédent gouvernement et met en avant l’éducabilité de tous.
Ce rappel des objectifs de l’éducation prioritaire est rassurant mais le flou sur les propositions à venir n’aide pas à préciser les intentions du ministère. Celui-ci avait avancé des pistes de délabellisation ou d’un recentrage de la carte sur un très faible nombre d’écoles et d’établissements à la suite de la réforme de la Politique de
la Ville. Le rapport annexé au projet de loi laisse ouverts ces risques en évoquant notamment une différenciation des moyens dans le cadre des contrats d’objectifs.

De telles orientations seraient inacceptables, car elles conduiraient à l’abandon de centaines d’écoles et d’établissements en difficulté, dans un contexte social et économique de plus en plus dégradé. La FSU défend l’idée d’une éducation prioritaire aux contenus et exigences identiques aux autres établissements, ambitieuse pour tous les élèves avec des mesures spécifiques dont l’intensité doit correspondre aux difficultés des écoles et des établissements retenus sur la base de critères scolaires et sociaux concertés dans un cadre national.

Le ministre a récemment annoncé la banalisation d’une demi-journée dans les
réseaux de l’éducation prioritaire. Ce sera l’occasion pour les personnels, de porter un projet ambitieux pour l’éducation prioritaire, qui permette des améliorations concrètes au quotidien pour assurer la réussite de tous, pour améliorer les conditions de travail et permettre la nécessaire stabilité des équipes, à l’opposé des fondements délétères du label ECLAIR.

Extrait de fsu.fr du 05.09.13 : Conférence de presse de rentrée

 

L’éducation prioritaire doit voir sa carte révisée avec une concentration des moyens sur les zones les plus défavorisées. "Il ne faut pas de brutalité dans les sorties", a prévenu S. Sihr, secrétaire général du Snuipp. Il envisage une modulation de la prime et des moyens selon les difficultés locales. Dans tous les cas, "le personnel doit être consulté". On sait que le ministère s’y est engagé.

Extrait de cafepedagogique.net du 06.09.13 : Pour la FSU, Peillon est au carrefour des chemins

 

Autre "chantier lourd" pour la FSU, l’éducation prioritaire. La fédération ne s’oppose pas, bien au contraire, à une révision de la géographie des zones prioritaires, mais elle demande que le cadrage soit national, qu’il implique d’autres ministères, Ville, Jeunesse & Sports, Culture notamment, et qu’il prévoie des situations intermédiaires, des paliers. Les personnels dont l’établissement est actuellement classé "éducation prioritaire" et qui touchent l’indemnité correspondante, continueraient de la toucher si leur établissement en sort, afin d’éviter une rupture du "contrat moral" passé avec eux quand ils ont pris le poste, mais pour les jeunes enseignants, "tout est ouvert". Il faudrait aussi que les sorties soient progressives, programmées sur plusieurs années, et donnent lieu à des évaluations régulières, la situation pouvant évoluer défavorablement.

Consulter les personnels
Si elle se félicite que "le ministre [ait] enfin compris" qu’il devait, à l’occasion des assises de l’éducation prioritaire qui seront organisées cet automne, consulter les personnels, c’est aussi ce qui doit être fait sur d’autres dossiers, comme les programmes.

Extrait de touteduc.fr du 06.05.13 : "Il y a urgence à rendre le système éducatif plus efficace" (B. Groison, FSU)

Tout Educ. La formule d’abonnement d’essai gratuit

Répondre à cet article