> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > Enseignement privé > Un sondage réalisé pour les APEL auprès de parents sur les pratiques de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un sondage réalisé pour les APEL auprès de parents sur les pratiques de lecture de leurs enfants fait souvent référence aux spécificités des enfants scolarisés en ZEP

28 octobre 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

La lecture chez les enfants du primaire et du secondaire

[...] Bien que presque tous les parents per­çoivent la lec­ture comme un bon moyen de s’instruire (97%), d’améliorer l’expression orale et écrite (96%) ou de sti­mu­ler l’imagination (95%), plus d’un élève sur sept (14%) ne lit aucun livre hors de l’école, selon une étude menée par l’Apel(1).

Toutefois, plus de la moi­tié des enfants lisent au moins une fois par semaine (56%), et presque tous les jours pour 28% d’entre eux. Ce pour­cen­tage dif­fère selon les caté­go­ries socio­pro­fes­sion­nelles : les enfants lisent tous les jours ou presque dans 36% des ménages les plus aisés, contre 22% pour les autres.

 

Sondage OpinionWay/Apel réalisé en ligne du 18 au 26 septembre 2013 auprès de 630 parents d’enfants scolarisés en élémentaire et en secondaire extraits d’un échantillon représentatif de la population française de 3043 personnes âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Extraits des principaux enseignements
Pour plus de la majorité des parents interrogés, leurs enfants lisent au moins une fois par semaine (56%) et, pour près de 30%, ils lisent tous les jours ou presque. C’est davantage le cas dans les familles des catégories socioprofessionnelles les plus aisées (36% vs 22%) et les familles ayant des enfants scolarisés en primaire (exclusivement) (37% vs 23%). Ainsi, on constate, que le milieu social mais aussi le
niveau de scolarisation de l’enfant, interviennent et influencent l’installation d’habitudes de lecture chez l’enfant et l’adolescent.

[...] [la lecture comme un plaisir] Seuls les parents ayant des enfants scolarisés en ZEP se montrent moins positifs, avec 13% d’entre eux qui envisagent la lecture comme une obligation (vs 8% des parents ayant des enfants non scolarisés
en ZEP).

[...] Toutefois certaines populations semblent l’associer davantage à une obligation
. Les enfants de familles monoparentales, en particulier, mais aussi les enfants
scolarisés en ZEP et plus largement les adolescents au collège et au lycée
sont plus enclins, d’après leurs parents, à vivre la lecture comme une contrainte
(respectivement 29% vs 16%, 27% vs 17% et 23% vs 13%).

[...] [le moment de la lecture] Pour près de 70% des parents leurs enfants préfèrent lire essentiellement le soir
. Notons, cependant,qu’il s’agit d’une pratique moins présente dans certaines familles et notamment celles ayant des enfants scolarisés en ZEP
(59%) ou les familles monoparentales (62%).

[...] [la fréquence de la lecture ] Ainsi, on constate, que le milieu social mais aussi le niveau de scolarisation de l’enfant, interviennent et influencent l’installation d’habitudes de lecture chez l’enfant et l’adolescent.
Par ailleurs, parmi les familles monoparentales, on observe un taux particulièrement faible, avec 18% d’entre elles qui estiment que leurs enfants lisent tous les jours ou presque.

Extrait de vousnousils.fr : Plus d’un élève sur sept ne lit jamais hors de l’école

Consulter le sondage (26 pages)

Note du QdZ : Les tableaux font apparaitre le détail des différences entre les enfants scolarisés en ZEP et les autres.

Répondre à cet article