> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2005 > décembre > 01/12/01 - La conférence de presse de D. de Villepin : des mesures sur les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Concentration des moyens sur les établissements les plus en difficulté, remise à plat de la carte des ZEP, réforme de la formation des enseignants ...

01/12/01 - La conférence de presse de D. de Villepin : des mesures sur les ZEP

1er décembre 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable
  Sommaire  

Après la conférence de presse du Premier ministre, le 1er décembre en fin de matinée, le « Quotidien des ZEP » publie une série de nouvelles dépêches dans lesquelles nous avons sélectionné ce qui concernait directement les ZEP.

 ---------------

Extrait du site de l’Hôtel Matignon, le 1er décembre 2005 Le Premier ministre a tenu, jeudi 1er décembre 2005, sa sixième conférence de presse mensuelle à l’Hôtel de Matignon

. Il a détaillé ses propositions pour renforcer l’égalité des chances autour de "deux leviers" : l’emploi et l’éducation.

"Nous avons devant nous une vraie opportunité" a affirmé le Premier ministre qui a souligné qu’après "l’épreuve grave" des dernières semaines, les "résultats économiques et sociaux montrent que la France a des atouts considérables" :
la baisse du chômage avec 130 000 demandeurs d’emplois en moins depuis le mois d’avril,
le retour de la croissance avec l’un des taux les plus forts de la zone euro (+ 0,7 %).
Dominique de Villepin souhaite mobiliser les "deux leviers" de l’égalité des chances : l’emploi et l’éducation.
"L’égalité des chances se construit d’abord par l’emploi"
(...)

"Au coeur de l’égalité des chances, il y a aussi l’éducation".
Dominique de Villepin, qui a rencontré "des enseignants, des chefs d’établissement, des parents d’élèves, des éducateurs", souhaite que "notre système éducatif [relève] de nouveaux défis" :

aider les élèves à surmonter les "difficultés lourdes" qu’ils rencontrent au cours de leur scolarité, sources de descolarisations et d’échecs scolaires,

informer sur les orientations possibles et les débouchés professionnels,

lutter contre les inégalités face aux études universitaires et dans les grandes écoles.

Ainsi, le Premier ministre a-t-il dégagé des priorités pour le système éducatif : que chaque enfant "reçoive le même enseignement et la même culture de base", que l’enseignement "prenne mieux en compte les réalités du monde du travail", que les enfants puissent bénéficier "d’un soutien adapté".
"Il n’y aura pas de nouvelle loi mais des mesures concrètes" a déclaré le chef du Gouvernement qui a détaillé les cinq chantiers qu’il souhaite ouvrir :

1) L’évaluation en CE1 de la maîtrise de la lecture et de l’écriture. "Nous devons être plus exigeants" a-t-il affirmé, annonçant la mise en place d’un "programme personnalisé de réussite éducative" dans le cadre de groupes de moins de dix élèves.

2) La responsabilité des parents, avec le renforcement de "l’aide aux parents en difficulté" et la mise en place d’un "contrat de responsabilité parentale".

3) La diversification des parcours scolaires. "Il n’y a pas qu’une seule voie de réussite" a souligné Dominique de Villepin, qui a détaillé deux mesures gouvernementales :
• l’apprentissage à 14 ans, qui sera mis en place dès la rentrée 2006 et permettra aux jeunes de "decouvrir les métiers dans l’entreprise" avec un vrai contrat de travail possible "dès quinze ans" et la possibilité de "retrouver à tout moment le collège",
• le développement des BTS, qui pourront déboucher directement sur des licences professionnelles.

4) La création d’un service public de l’orientation afin de "faire de l’université une voie de succès pour tous ceux qui s’y destinent".

5) Le renforcement de l’aide aux zones d’éducation prioritaire, passant par :
• une remise à plat et un meilleur ciblage de la carte des ZEP,

• la réforme de la formation des enseignants des ZEP,

• la reconnaissance du mérite et de l’aide "aux élèves qui réussissent", avec le développement des internats d’excellence, la mise en place de systèmes de tutorat, le lancement d’expérimentations diverses comme "l’accompagnement personnalisé dans des classes d’accueil" ou des modules spécifiques de préparation aux concours administratifs.
Des propositions seront remises dans ce sens par Gilles de Robien, ministre de l’Education nationale, "dans les quinze prochains jours".

L’égalité des chances, grande cause nationale en 2006.
"Notre ambition commune, c’est que chacun trouve sa place dans notre République" a conclu Dominique de Villepin, annonçant que "l’année 2006 sera l’année de l’égalité des chances comme grande cause nationale".

 --------------

Extrait du site « VousNousIls » du 1er décembre 2005 : "M. de Villepin annonce une année 2006 de l’égalité des chances".

Le Premier ministre Dominique de Villepin a présenté jeudi une série de mesures en matière d’emploi et d’éducation, visant à "faire de l’égalité des chances une réalité pour tous".
L’année 2006 "sera l’année de l’égalité des chances", décrétée grande cause nationale, a affirmé M. de Villepin, évoquant, lors de sa sixième conférence de presse mensuelle six mois après sa nomination à Matignon, "l’épreuve grave" que vient de traverser la France avec l’embrasement des banlieues.
Il était entouré de plusieurs ministres de son "pôle social" comme Jean-Louis Borloo (Emploi), Gilles de Robien (Education nationale), Azouz Begag (Egalité des chances), Catherine Vautrin (Cohésion sociale), Gérard Larcher (Emploi, insertion professionnelle des jeunes).

(...)

M. de Villepin a annoncé une "concentration des moyens" sur les établissements scolaires situés en Zones d’éducation prioritaire (ZEP) les plus difficiles et une "remise à plat de la carte des ZEP".
(...)

 -------------------

Extrait du site « VousNousIls », le 1er décembre 2005 : ZEP : "15 mesures concrètes pour le 15 décembre" (Robien)

Le ministre de l’Education nationale Gilles de Robien a annoncé jeudi à la presse qu’il présenterait au Premier ministre "15 mesures concrètes au 15 décembre" pour les Zones d’éducation prioritaires (ZEP).

"Le Premier ministre m’a passé une commande à laquelle je dois répondre pour le 15 décembre : le 15 décembre, j’amènerai 15 réponses pour les ZEP, concrètes", a-t-il déclaré lors de la conférence de presse mensuelle de Dominique de Villepin.

"Il ne faut pas faire table rase de quelque chose qui mérite au moins un inventaire", a-t-il estimé, répliquant indirectement au président de l’UMP Nicolas Sarkozy qui a demandé mercredi de "déposer le bilan des ZEP".
Parmi ces mesures, le Premier ministre a proposé jeudi la "concentration des moyens" sur les établissements situés en ZEP les plus difficiles, mais aussi "la remise à plat de la carte des ZEP" et "une réforme de la formation des enseignants"

 --------------------

Extrait du site « VousNousIls », le 1er décembre 2005 : ZEP : Villepin veut se placer sur le terrain des "solutions à apporter".

Le Premier ministre Dominique de Villepin a déclaré jeudi que, concernant les ZEP (Zones d’éudation prioritaires), il y a "surtout des solutions à apporter", ajoutant : "c’est le terrain sur lequel je me veux me placer", en réponse indirecte à Nicolas Sarkozy qui demande de "déposer le bilan des ZEP".

"Il faut essayer d’être juste, il y a des réussites, des efforts incontestables", a assuré le Premier ministre interrogé lors de sa conférence de presse mensuelle sur les déclarations de son ministre de l’Intérieur la veille.
"Mais il y a aussi un bilan contrasté, les réussites ne sont pas égales sur l’ensemble du territoire et un certain nombre d’établissements rencontrent des difficultés graves", a-t-il rappelé.

"Le souci qui est le mien et le seul qui m’intéresse est de faire avancer l’action dans ce pays", a-t-il ajouté.
"Il faut déposer le bilan des ZEP. Cette politique a échoué", avait déclaré M. Sarkozy mercredi lors de la convention de l’UMP sur les injustices. Selon le ministre de l’Intérieur, "améliorer, renforcer la politique des ZEP, c’est très en-deçà de nos besoins. Il faut donc changer les ZEP".

 ----------------

Extrait du site « VousNousIls », le 1er décembre : Robien : "il ne faut pas faire table rase" des ZEP, qui "méritent inventaire"

Le ministre de l’Education Gilles de Robien a estimé jeudi, lors de la conférence de presse mensuelle du Premier ministre, qu’"il ne faut pas faire table rase" des Zones d’éducation prioritaire (ZEP), estimant qu’elles "méritent au moins un inventaire".

A l’appui de son propos, M. de Robien a cité un rapport de l’inspection générale de l’Education nationale selon lequel "plus du quart des collèges (de apportent une valeur ajoutée positive ou très positive à leurs élèves, et un sixième seulement ont une valeur ajoutée négative".
Selon ce rapport, "la moitié (des collèges) accompagnent seulement le niveau des enfants", a-t-il ajouté, demandant : "sans les ZEP que se serait-il passé ?"
"La communauté éducative mérite beaucoup de gratitude de notre part, beaucoup de remerciements et d’encouragements pour ce qu’elle fait déjà", a insisté le ministre.
Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, a appelé mercredi, lors d’une convention de son parti sur les injustices, à "déposer le bilan des ZEP", affirmant que la politique des Zones d’éducation prioritaire avait "échoué".

 --------------------

Extrait d’une dépêche de « VousNousIls », le 1er décembre 2005 : ZEP : "concentration des moyens" dans établissements les plus difficiles.

Le Premier ministre Dominique de Villepin a proposé jeudi une "concentration des moyens" sur les établissements scolaires situés en Zones d’éducation prioritaire (ZEP) les plus difficiles et une "remise à plat de la carte des ZEP", lors de sa conférence de presse mensuelle.
"Notre objectif doit être de concentrer les moyens sur les établissements où les difficultés sont les plus lourdes", a déclaré le Premier ministre, assurant qu’il s’agit d’"axes de travail" du gouvernement.

Il a également proposé "la remise à plat de la carte des ZEP en relation avec l’ensemble des acteurs du système éducatif".

Le ministre de l’Education nationale Gilles de Robien doit lui remettre "ses propositions de mise en oeuvre" de ces mesures "dans les quinze prochains jours", a-t-il affirmé.
Ces propositions feront l’objet de concertations "avec les chefs d’établissement, les enseignants, les parents, les élus locaux et les partenaires économiques et sociaux", a rappelé le Premier ministre.

M. de Villepin a aussi souhaité une "réforme de la formation des enseignants de ZEP, afin qu’ils aient une meilleure connaissance des publics scolaires", notamment pour "l’apprentissage de la langue française" des "enfants de familles non francophones".

"Ces enseignants devront également bénéficier de meilleures conditions de rémunération et de carrière", afin de "créer des équipes pédagogiques stables", a-t-il ajouté, reprenant une piste de travail déjà évoquée par le ministre de l’Education nationale.

 -------------------

Extrait du site « VousNousIls », le 1er décembre 2005 : Classe d’accueil au lycée Henri IV pour bacheliers issus de ZEP (Villepin)

Le lycée parisien Henri IV expérimentera, à la rentrée scolaire 2006, une classe d’accueil pour une trentaine de bacheliers issus de ZEP afin de les préparer à pouvoir suivre des cours de classes préparatoires (hypokhâgne, Math’sup...), a annoncé jeudi Dominique de Villepin

"Pour permettre aux élèves issus des zones d’éducation prioritaire d’entrer dans de bonnes conditions dans les meilleurs classes préparatoires, le lycée Henri IV sera pilote" d’un "accompagnement personnalisé", a déclaré le Premier ministre lors de sa sixième conférence de presse mensuelle.
"30 élèves seront accueillis dans ce dispositif et logés dès la rentrée 2006", a-t-il dit.

"Je souhaite que l’ensemble des grandes écoles et des universités s’engagent avant la rentrée 2006 sur la mise en place de systèmes de tutorat en faveur des élèves les plus méritants des ZEP ou sur la mise en place d’un dispositif d’accès adapté", a ajouté M. de Villepin.

Il a par ailleurs confirmé le triplement des bourses au mérite à la rentrée scolaire 2006 (100.000 contre 30.000) et le doublement du nombre d’internats de réussite éducative (10 supplémentaires).

D’une manière générale, le Premier ministre a plaidé pour "le renforcement de l’aide aux zones d’éducation prioritaire", alors que son ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy avait estimé la veille qu’il fallait "déposer le bilan" de ces ZEP qui, à ses yeux, ont échoué.

 ------------------

Répondre à cet article