> 6 - ACTEURS et POSITIONS > 25.ACTEURS > Enseignants > Enseignants (Dossiers) > Le Café fait le bilan de la refondation de l’Ecole et rappelle ce qui a été (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le Café fait le bilan de la refondation de l’Ecole et rappelle ce qui a été fait pour l’éducation prioritaire

2 mai 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Réunies à Paris les 2 et 3 mai, les Journées de la refondation de l’Ecole veulent faire le point sur ce qui était la priorité du quinquennat. Quatre ans après la grande concertation lancée par Vincent Peillon, quel bilan peut en être dressé ?

Beaucoup a été fait

 

Quelle réponse à la question des inégalités ?
Pour autant aura-t-on répondu aux besoins du systèmes éducatifs ? Trois se faisaient sentir avec urgence en 2012.

Le premier c’est bien sur la montée des inégalités sociales dans le système éducatif. Est-il utile de redonner des chiffres ? L’étude Pisa 2012 a montré que la France est le pays où l’origine sociale pèse le plus sur les résultats scolaires. Les inégalités d’offre d’enseignement entre les établissements sont devenues très importantes. Une véritable ségrégation sociale et scolaire s’est mise en place au point que les collèges sont plus ségrégatifs que les quartiers qui les environnent. Les travaux de G Felouzis, A Van Zanten ou P Merle, les études précises, lancées par la région Ile-de-France puis par le Cnesco, le rapport Delahaye ont conduit à des diagnostics précis sur ces points.

La Refondation a-t-elle apporté des réponses satisfaisantes ? Là aussi beaucoup a été fait. Les enseignants des REP et REP+ ont obtenu une revalorisation. Les équipes pédagogiques ont été reconnues réellement dans les REP+ grâce à un allègement horaire. Des formations sont dispensées, des référents mis en place. Tout cela représente un nouvel investissement réel que le ministère évalue à plus de 300 millions. Une politique de mixité sociale vient d’être lancée par le ministère en collaboration avec les collectivités locales.

Pour autant est-ce à la hauteur du défi ? L’affectation des moyens des académies en fonction de leurs réalités sociales (environ 1600 postes ) est une réalité au niveau national. Mais comment est-elle utilisés sur le terrain ? Car l’écart du nombre d’élèves par classe entre les établissements REP et les autres reste minime. L’effort de formation et celui pour travailler en équipe est mis à mal par la rotation permanente des enseignants dans l’éducation prioritaire. Quant à la politique de mixité sociale elle est d’une grande modestie dans ses objectifs. Ajoutons que cette politique qui aurait du être le phare de la politique ministérielle, celle sur lequel il aurait du construire sa crédibilité et la confiance a été aussi minorisée par la mise en route de nombreuses autres politiques jusqu’à l’illisibilité.

Extrait de cafepedagogique.net du 02.05.16 : Refondation : Quel bilan ?

 

Voir aussi l’éditorial de François Jarraud

Pourquoi des Journées de la Refondation ?

Répondre à cet article