> 5 - Education prioritaire > POSITIONS > Positions syndicales (ZEP) > A propos de la Guyane, une communiqué du Sgen-Cfdt national demande que le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

A propos de la Guyane, une communiqué du Sgen-Cfdt national demande que le classement en REP+ soit "équitable" et "transparent" pour l’ensemble des DOM-TOM

27 mai 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

En annonçant le classement de tous les collèges guyanais en REP+, à l’exception du collège Auguste Dédé à Rémire-Montjoly, le ministère apaise une situation sociale qui devenait de jour en jour plus tendue. Notre équipe militante, qui a apporté tout son soutien aux personnels mobilisés, a été totalement impliquée dans cette sortie de crise.

Cependant, depuis les annonces du recteur Lacombe en 2014 jusqu’au dénouement annoncé hier aux parlementaires ainsi qu’à une délégation syndicale reçue au ministère, cette séquence interroge le pilotage du ministère de l’Éducation nationale.

Comment un recteur peut-il annoncer sa volonté d’outrepasser le classement de l’éducation prioritaire prévu par décret sans que le ministère ne réagisse et lui indique clairement de quels moyens il dispose ?

Le Sgen-CFDT a toujours revendiqué la prise en compte des réalités territoriales dans la définition de la politique de l’éducation prioritaire. Sur ce dossier, au regard de critères démographiques et sociaux, les territoires ultra marins doivent être traités différemment du reste du territoire national.

Mais cela doit se faire de manière équitable pour l’ensemble des DOM-COM. Ce débat doit être mené dans un souci de transparence par l’ensemble des acteurs.

Le Sgen-CFDT rappelle qu’il a porté auprès du ministère la situation d’un collège réunionnais qui aurait mérité au regard de l’indicateur social unique d’être classé en REP+, mais qui, suite à une décision du recteur, ne bénéfice pas des moyens afférents.

Il n’est pas tolérable d’avoir en la matière deux poids, deux mesures.

Lors de la réécriture du décret REP+, le ministère doit remettre sur l’ouvrage la politique de l’éducation prioritaire dans l’ensemble des académies d’outre-mer. Mais il doit aussi se donner les moyens de faire respecter ses décisions par l’ensemble des recteurs, pour l’ensemble des établissements concernés.

Extrait de sgn-cfdt.fr du 27.05.16 : REP+ en outre-mer : le Sgen-CFDT exige équité et transparence

 

Voir aussi
Guyane : Après les nombreuses protestations syndicales, la ministre annonce le passage en REP+ de 10 nouveaux collèges

Répondre à cet article