> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > VIE SCOLAIRE (Climat, Décrochage, Internats, Milieu rural, Pauvreté, Rythmes, (...) > DECROCHAGE > Décrochage (Textes officiels) > Une prime annuelle de 600 euros pour les lycéens qui raccrochent.

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une prime annuelle de 600 euros pour les lycéens qui raccrochent.

13 juin 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 13 juin 2016
Adopté au CSE du 9 juin, un projet de décret décide de verser une prime annuelle de 600 euros aux élèves décrocheurs âgés de 16 à 18 ans titulaires d’une bourse qui reviennent en formation professionnelle. Manuel Valls avait annoncé la mesure le 11 avril dans le cadre du Plan jeunesse. La mesure a été immédiatement critiquée par l’opposition. Dans un tweet E Ciotti dénonce "une mesure destructrice des valeurs républicaines". Des mesures similaires sont appliquées dans d’autres pays comme le Royaume Uni depuis des années. Elles résultent du fait que le décrochage est souvent lié au travail lycéen. Une étude réalisée pour la région Ile de France en 2015 a montré qu’un pourcentage important de lycéens des catégories populaires est obligé de travailler au point de mettre en danger leurs études. Le surcout moyen d’un décrocheur tout au long de sa vie pour la société a été estimé à 230 000 euros. Une somme à mettre en face des 600 euros...

Extrait de cafepedagogique.net du 13.06.16 : 600 euros pour les lycéens boursiers décrocheurs

 

Bourses de lycée et prime pour reprise d’études : les textes présentés au CSE

Un décret et deux arrêtés relatifs à la "majoration des bourses de lycée de 10% à la rentrée 2016" et à la "création d’une prime pour les jeunes reprenant leurs études après une interruption de leur scolarité" ont été présentés au CSE (Conseil supérieur de l’éducation) le jeudi 9 juin.

Il est ainsi prévu d’instaurer "une prime complémentaire à la bourse nationale d’études du second degré de lycée destinée aux élèves de 16 à 18 ans révolus qui reprennent leurs études après une interruption d’au moins cinq mois suite à démission ou rupture définitive de l’assiduité (...) et qui sont éligibles à une bourse nationale de lycée au moment de cette reprise d’études".

Le projet d’arrêté précise que cette prime "est versée aux élèves qui reprennent sous statut scolaire une formation du second degré sanctionnée par un diplôme ou certificat inscrit au répertoire national des certifications professionnelles".

Le montant annuel de la prime "est fixé à 600 euros et assure à tous les élèves concernés un montant annuel total de bourse d’au moins 1000 euros", elle "est versée par tiers à chaque trimestre".

Le projet de décret "modifie le montant de chaque échelon de la bourse nationale d’études de second degré de lycée". L’arrêté précise que "le montant annuel de la part de bourse de lycée est fixé à 49,86 € à compter de l’année scolaire 2016-2017".

Extrait de touteduc.fr du 11.06.16 : Bourses de lycée et prime pour reprise d’études : les textes présentés au CSE

 

Cette « prime », selon le vocabulaire du ministère de l’Education nationale lui-même, fait l’objet d’un projet de décret que l’Opinion s’est procuré

Extrait de lopinion.fr du 10.06.16 : Najat vallaud-Belkacem veut accorder 1 000 euros par an aux décrocheurs qui reviennent à l’école

 

Une bourse de 1 000€ au moins pour les jeunes qui raccrochent
Najat Vallaud-Belkacem annonce la création d’une bourse annuelle de 1000 euros accordée à partir de la rentrée 2016 aux jeunes de 16 à 18 ans qui reprennent des études après avoir interrompu leur cursus. Ce financement sera attribué sous conditions de ressources, à des lycéens qui sont déjà boursiers. Il est prévu d’en faire bénéficier a minima 1 250 jeunes.

Cette mesure a été communiquée vendredi 3 juin à Villeurbanne, lors d’une visite de la ministre au sein de la filière "Nouvelle chance" du lycée Magenta. Chaque année, celle-ci accueille une soixantaine de jeunes âgés de 16 à 18 ans, sortis du système scolaire depuis au moins un an. Particularité de la filière, les candidats au bac bénéficient du statut de stagiaire de la formation professionnelle et perçoivent à ce titre une rémunération du Conseil régional ou continuent à être indemnisés par pôle emploi s’ils ont des droits. Leur taux de réussite oscille entre 90% et 100%.

En novembre 2014, en présentant le plan interministériel "Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire", le gouvernement avait promis 50 millions supplémentaires par an mobilisés à cet effet. Mais cette bourse n’apparaissait pas parmi les diverses mesures annoncées (stages de découverte de l’entreprise, meilleure détection des décrocheurs potentiels, développement du lien avec les parents, lutte contre l’absentéisme, conservation des notes au bac…). La nouvelle bourse est en revanche apparue en avril 2016, dans le plan jeunesse, au chapitre "renforcer le droit à la formation de tous les jeunes".

L’enveloppe pourra être dépassée

Selon l’entourage de la ministre, le financement dépendra bien de l’Education nationale dès la première année. Par ailleurs, la bourse sera modulable selon la situation des jeunes avant leur sortie du système scolaire. Les lycéens qui percevaient une bourse élevée pourraient bénéficier de cette nouvelle bourse à hauteur de 1 600 euros. Le minimum est fixé à 1000 euros par an, payés à la rentrée 2016. De même source, on indique que l’enveloppe pourra donc être dépassée, y compris si le nombre de jeunes concernés est plus important.

En janvier, la Cour des comptes avait évalué le nombre de jeunes qui sortent sans qualification du système scolaire à "autour de 100 000 par an en France métropolitaine" soit 9 %. L’objectif du quinquennat est de réduire ce nombre à 70 000 d’ici 2017. En 2015, environ 26 000 jeunes sont retournés en formation initiale. Parmi les préconisations figure l’augmentation du nombre de places disponibles notamment dans les structures de retour à l’école. Le ministère en dénombre aujourd’hui 32 pour 1 400 élèves au lieu de 12 pour 700 élèves en 2012.

Extrait de touteduc.fr du 007.06.16 : Une bourse de 1 000€ au moins pour les jeunes qui raccrochent

Répondre à cet article