> 8 - PÉDAGOGIES, ACTIONS LOCALES, FORMATIONS > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Actions autres ou interdisciplinaires) > B* Happy’culture au collège REP Les Padule d’Ajaccio (Journée innovation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Happy’culture au collège REP Les Padule d’Ajaccio (Journée innovation 2017)

21 décembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Happy’culture

Projet présenté à la journée de l’innovation 2017

Collège [REP] Les Padule Ajaccio
10 rue P.COLONNA D’ISTRIA , 20186 AJACCIO CEDEX 2
Site du collège
Auteur : MORENO Dominique
Mél : dominique.moreno@ac-corse.fr

Si le projet a pour évident objet la découverte du monde des abeilles et de la filière apicole de notre région, son nom se veut aussi un clin d’œil au travail de la pédagogue Maria Montessori, ou celui tout aussi bourdonnant de Célestin Freinet. Toutefois, le but n’est pas de reproduire un modèle éducatif précis, mais de se servir d’outils et de méthodes pédagogiques divers, afin d’amener l’élève à découvrir l’école « autrement », et donc apprendre autrement, dans un souci de libre expression des élèves cher à tout pédagogue.
L’équipe pédagogique du collège Padule a pu observer que la transition école-collège peut s’avérer délicate pour certains élèves : l’adaptation à un nouvel environnement, à ses codes, aux multiples intervenants est souvent déroutante, parfois même douloureuse pour les plus fragiles. Plusieurs objectifs sont ici visés : adoucir ce passage en mettant en contact les deux univers, à travers un projet innovant au thème attractif, articulé autour de trois disciplines, l’Éducation Musicale, les Mathématiques et les Sciences de la Vie et de Terre, réunissant une classe de CM2, une classe de 4ème et des élèves volontaires du collège (trois ateliers fonctionnent sur ce thème au collège Padule). Egalement, donner un axe pédagogique pluridisciplinaire et transversal, à la classe sans notes du collège Padule. Enfin, mettre en œuvre sur le terrain une action pédagogique pour « apprendre autrement ».

Plus-value de l’action
Ce dispositif, comme d’autres, peut faire état de ses points forts et de ses points faibles. Souvent en pareil cas, les points faibles sont le revers de la médaille des points forts.
Mais nous pouvons retenir un ensemble de points qui marque la réussite du projet : • Forte collaboration entre pairs dans les apprentissages.
• Développement de l’investissement personnel dans les apprentissages.
• Développement de l’autonomie.
• Sensibilisation au monde économique (par le biais de l’artisanat) et à l’environnement.
• (Au niveau de l’élève) Modification du regard porté sur l’école.

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Une classe de quatrième de collège, trois ateliers éducatifs en collège et une classe de CM2 de l’école primaire de secteur. Soit environ une soixantaine d’enfants des niveaux CM2, 6ème, 5ème et 4ème.

A l’origine
Les élèves sont souvent las d’une posture d’écoute, passive ou active, derrière leur bureau. Quelle que soit la discipline depuis des décennies, manipuler, apprendre autrement, a toujours fait rêver des cohortes d’élèves. Ce projet s’inscrit dans ce cadre philosophique éducatif.

Objectifs poursuivis
L’apprenant construit ses compétences cognitives, comportementales et développementales, tout en manipulant, en « pétrissant » la matière. Les schèmes d’action, d’autorégulation et de rétroaction, doivent être inépuisables grâce à des situations « vivantes ». L’élève n’a plus UNE posture, mais DES postures.

Description
De façon disciplinaire, les enseignants intervenant dans ce projet transmettent des éléments de programme à travers le media apiculture. Ainsi, différentes actions sont mises en œuvre par l’activité autour de la ruche, grâce aux outils des programmes scolaires (de la construction des ruches, à l’observation des abeilles, en passant par la collecte de miel et la fabrication artisanale de produits comme des bougies en cire d’abeille).
De façon plus transversale, dans le cadre du Parcours Avenir, qui permet à chacun de découvrir les univers professionnels, des visites sont organisées pour découvrir les professionnels de la filière apicole.
Ce projet est aussi l’occasion de mettre en avant la langue et la culture corses. « L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit mais une source que l’on laisse jaillir. » (Maria Montessori).
Les observations des élèves sont la clé de ce projet pédagogique qui rassemble plusieurs disciplines d’enseignement. La formulation d’hypothèses, les activités de recherche (observation, expérimentation, documentation, modélisation), l’interprétation des résultats, permettront d’apporter des réponses et de réaliser des productions diverses. Ce projet est associé principalement à la classe sans notes, mais également à tous les élèves désireux de participer à cette aventure pédagogique. Oui, il s’agit bien d’une aventure pédagogique, où le formateur et le formé découvre ensemble une nouvelle relation aux savoirs. L’idée est de tester ici « l’apprendre autrement » tout en continuant à évaluer des compétences, mais en abandonnant tout codage dans l’évaluation (référence à la classe sans notes mise en place dans ce même établissement, voir site du collège Padule).

Modalité de mise en œuvre
Une action principale est conduite par la classe sans notes, donc toute une équipe pédagogique. Dans ce cadre chaque enseignant conduit un « mini » projet en lien avec l’action principale. Par exemple, la classe et l’enseignant de SVT travaillent sur l’écologie, l’impact des abeilles sur l’environnement,… Le professeur d’Anglais conduit la création d’un livre de recettes et « petits trucs de grand-mère » à base de miel. Le professeur de Mathématiques met en place la fabrication des ruches et des hausses. Etc

Trois ressources ou points d’appui
Les ressources qui ont nourri le projet sont nombreuses. Pour n’en citer que quelques unes : la motivation des élèves (nombre croissant d’inscrits dans les ateliers) ; la confiance de la part de l’Institution (Rectorat, Inspection, …) ; La confiance de la part de la direction de l’établissement (point moteur de ce projet) ; Les partenariats signés ;…

Difficultés rencontrées
Elles sont parfois le revers de la médaille d’un tel projet innovant : les lourdeurs administratives ; le coût (innover a un coût, c’est ce rapport constant à l’efficience du projet).

Partenariat et contenu du partenariat
Le projet en est à sa troisième année d’existence. Un partenariat a été conclu avec le Syndicat AOC Miel de Corse. Un autre partenariat est en construction avec l’ODARC (Office du Développement Agricole et Rural de la Corse).

Liens éventuels avec la Recherche
Différents travaux sont conduits en lien avec la recherche. Les premiers sont d’ordre pédagogique (l’évaluation des élèves sans notes et sans codages). Les seconds conduisent à une réflexion sur l’efficience (coût – efficacité) d’un dispositif pédagogique innovant (observations en lien avec la Réforme du collège, aspects pédagogiques, économiques, sociologiques et philosophiques). Ces travaux sont couplés à l’université de Bourgogne et son laboratoire de recherche l’IREDU. Parallèlement, une observation sur le milieu apicole et environnemental est en construction. Travaux qui sont associés à la station apicole de Corse.

Evaluation
Motivation des élèves. Réussite scolaire

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
A suivre grâce aux différents bulletin et bilans que nous publions sur nos sites.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Les élèves des différents groupes impliqués dans l’action (ateliers et/ou classe sans notes), développent leurs compétences sous la modalité « apprentissage/enseignement ». Il s’agit de croiser l’approche par compétences mise au service des savoirs purement cognitifs (ex : connaître le cycle de vie d’une abeille afin de pouvoir intervenir physiquement sur une ruche). Mais l’effet premier de cette innovation réside dans le développement des compétences sociales. Une large littérature scientifique aborde ce domaine appelé en anglais Social skills ou encore soft skills. Nous pouvons citer les travaux de Morlaix (2010, 2012), ou encore Duru-Bellat (2013). Nous nous appuyons également sur différentes études qui permettent de mieux cerner les effets de ces compétences (Drozda-Senkowska, Gasparini, Huguet, Rayou et Filisetti, 2002 ; Goleman et Boyatzis, 2008 ; Ministère de l’Éducation nationale, 2006 ; OCDE, 2005 ; OMS, 2003). Les élèves sont ainsi conduits à augmenter leur capacité à écouter, débattre, collaborer, coopérer et mettre en œuvre un ensemble d’actions. Le dispositif est évalué plus largement à travers un autre dispositif innovant de classe sans notes.
- Sur les pratiques des enseignants : Pour les enseignants, le côté « réel » de l’approche par compétences offert par cette expérimentation, permet d’ancrer les apprentissages dans des savoirs durables (constat émis au regard des trois années d’innovation).
- Sur le leadership et les relations professionnelles : De la même façon que les élèves, les enseignants du dispositif pratiquent, tant sur le plan didactique que pédagogique, la collaboration et la coopération. Les actions et progressions communes (du dispositif, des élèves, …) inter et intra groupes, conduisent à de régulières concertations. Un enseignant représente le dispositif du point de vue administratif. En revanche toutes les décisions se gèrent au niveau collégial.
- Sur l’école / l’établissement : Le collège Padule a choisi d’intégrer cette expérimentation dans le projet d’établissement. A ce titre, le projet Happy’culture fait office de fil rouge, projet pédagogique, entre : -Une école et le collège. -Des disciplines. -Des ateliers.
- Plus généralement, sur l’environnement : Ce projet, de par sa dimension, son impact sur l’environnement, l’installation d’une ruche dans l’établissement, permet à un autre dispositif de l’établissement (la classe CLED, tournée vers l’environnement), d’investiguer le domaine de l’écologie.

Extrait du site Expérithèque : Happy’culture 2017E

Répondre à cet article