> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > TYPE DE DOCUMENT > COMMUNICATION GOUVERNEMENTALE > Conférence de presse du ministre (2). 7. Souplesse et enrichissement des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Conférence de presse du ministre (2). 7. Souplesse et enrichissement des enseignements au collège. 16 - Mieux soutenir les élèves : Devoirs faits et stages de réussite

29 août 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a présenté l’année scolaire 2017-2018 lors d’une conférence de presse le mardi 29 août à 8h30 au ministère de l’Éducation nationale.

L’École de la République
100 % d’élèves qui maîtrisent les savoirs fondamentaux
Diviser par deux les classes de CP et CE1 en réseau d’éducation prioritaire
Mobilisation en faveur du livre et de la lecture
École inclusive : la scolarisation des élèves en situation de handicap
Continuité du service public de l’École sur tout le territoire métropolitain et dans les Outre-mer
Souplesse nouvelle dans l’organisation du temps scolaire
Sécurisation des écoles et des établissements scolaires

L’École des excellences
L’école maternelle, école du langage
Souplesse et enrichissement des enseignements au collège
Remuscler le baccalauréat
Faire de l’enseignement professionnel une voie d’excellence
Développer la culture de l’évaluation
Pour une école innovante
Former les professeurs

L’École de la bienveillance
Respecter autrui
Mieux soutenir les élèves : Devoirs faits et stage de réussite
La culture et les arts au cœur de l’École de la confiance
Le bien-être des élèves : santé et sport
Renforcer le dialogue avec les parents
Ouvrir l’École sur l’Europe et le monde

Voir les nombreuses infographies

Extrait de education.gouv.fr du 29.08.17 : Année scolaire 2017-2018. pour l’école dela confiance

 

Fiche 9. SOUPLESSE ET ENRICHISSEMENT DES ENSEIGNEMENTS AU COLLEGE

09 Adapter le collège aux besoins des élèves
Les nouvelles mesures mises en œuvre à la rentrée permettent aux équipes éducatives de mieux répondre aux besoins des élèves en décidant de la meilleure répartition horaire entre les :
• temps d’accompagnement personnalisé (AP) ;
• enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).
Les équipes choisissent également le mode d’organisation des EPI :
leur nombre et leurs thématiques ne sont plus imposés ; ils demeurent ancrés dans les programmes et les horaires disciplinaires. Pour les équipes éducatives, ils sont donc un moment important de créativité pédagogique et pour les élèves un moyen de comprendre la richesse de l’interdisciplinarité.
Concrètement :
• les collèges qui souhaitent conserver leur organisation actuelle le pourront ;
• les collèges qui souhaitent faire évoluer, dès la rentrée 2017, l’organisation actuelle pour mettre en place des classes bilangues le pourront ;
• les collèges qui souhaitent faire évoluer l’organisation de leurs enseignements à la rentrée 2018, ou aux suivantes, le pourront.

L’ESSENTIEL
L’assouplissement de la réforme du collège permis par l’arrêté modificatif
du 16 juin 2017 contribue à bâtir l’École de la confiance.
Cette nouvelle étape pour le collège vise en effet à donner davantage de
liberté, d’autonomie et de pouvoir aux équipes pédagogiques,
au plus près des réalités locales et des besoins des élèves.
Elle est l’occasion d’enrichir l’offre éducative et de permettre une
diversification des parcours des élèves.
Le cadre rigide des enseignements interdisciplinaires est assoupli, l’accompagnement personnalisé des élèves est renforcé, les classes bilangues sont rétablies, un véritable enseignement du latin et du grec est créé.

Enrichir les enseignements
Entre 2014 et 2016, il y a eu :
• la fermeture de 30 % des classes bilangues ;
• la diminution de 30 000 élèves bénéficiant d’une LV2 dès la 6e ;
• la diminution de 20 000 élèves bénéficiant de l’enseignement des langues anciennes.
Afin de s’ouvrir sur l’Europe et sur le monde et de valoriser les racines culturelles de
l’Europe, les établissements peuvent proposer aux élèves davantage d’enseignements facultatifs et affirmer ainsi l’identité spécifique de leur projet éducatif.
Les classes bilangues sont réouvertes pour permettre l’apprentissage de deux langues dès la classe de 6e
. Dès la 5e, un nouvel enseignement de langue et culture européennes est créé,
permettant de renforcer l’apprentissage des langues vivantes, jusqu’à deux heures à chaque niveau.
• En septembre 2017, 13 % des collèges envisagent d’ores et déjà l’ouverture de cet enseignement.
À partir de la 5e, les élèves pourront désormais suivre jusqu’à
deux heures de langue et culture régionales.
À partir de la 5e, un véritable enseignement du latin et du grec est créé (jusqu’à 1 heure en 5e, jusqu’à 3 heures en 4e et en 3e).
• 18 % des collèges prévoient déjà d’augmenter le volume horaire de leur enseignement de latin-grec dès l’année 2017-2018 ;
• une mission de réflexion est confiée à Pascal Charvet, IGEN honoraire, pour identifier les voies et les leviers afin de développer l’enseignement des langues anciennes en France.

Le début de l’apprentissage d’une seconde langue dès la 5e pour tous les élèves est
maintenu.
L’enrichissement des enseignements de langues permet de diversifier les parcours des élèves, mais aussi de conforter l’attractivité des établissements, qui choisissent de faire des langues un marqueur de leur projet.

Construire l’avenir des élèves
Cette souplesse nouvelle et cette diversification des enseignements permettent aux
élèves de mieux préparer leurs projets de poursuite d’études.
Cette projection vers le futur des élèves nécessite :
• un accompagnement pédagogique continu et personnalisé des élèves ;
• l’association étroite des familles à la construction des choix des élèves ;
• l’information sur les perspectives données par chaque filière ou métiers, les métiers de demain et les moyens de les exercer en valorisant particulièrement
les formations professionnelles par la voie scolaire ou de l’apprentissage ;
• un aperçu concret du monde professionnel par des stages ou des rencontres.
La procédure d’affectation au lycée via l’application Affelnet, sera améliorée afin de rendre la procédure plus lisible.

Voir infographie

 

Fiche 16 ; MIEUX SOUTENIR LES ELEVES. DEVOIRS FAITS ET STAGES DE REUSSITE

Stages de réussite
Il s’agit de stages gratuits pour des élèves volontaires qui rencontrent des difficultés scolaires. Ils sont encadrés par des professeurs. Ces stages sont d’une durée de 15 heures (3 heures quotidiennes pendant cinq jours). Ils sont organisés dans les locaux scolaires.
Ils existent depuis 2008. Le nombre d’élèves qui y participent a augmenté entre 2008 et 2012 et n’a cessé de décroître depuis
1. Afin d’apporter le soutien nécessaire aux élèves pour leur réussite, il est urgent de relancer et de renforcer ces « stages de réussite ».

Accompagner la réussite des élèves
Le travail personnel fourni par les élèves est déterminant pour la réussite de leur
scolarité.
Ce travail commence dans le cadre de la classe et se poursuit en-dehors de la classe avec les devoirs qui prolongent les apprentissages.
Le programme Devoirs faits, organisé au sein de l’établissement, permet d’améliorer
la synergie entre les temps de classe et les devoirs.
Chaque enfant a ainsi la possibilité de travailler individuellement, au calme, pour faire des exercices, répéter ses leçons, approfondir ses apprentissages ou exercer sa mémoire et son sens de l’analyse, en bénéficiant d’un soutien quand il en a besoin.
En cela, le programme Devoirs faits contribue à réduire les inégalités d’accès au savoir.

L’ESSENTIEL
Les élèves les plus fragiles se verront proposer un « stage de réussite » pour commencer l’année dans de bonnes conditions, notamment en vue de l’entrée au collège.
À compter de la rentrée des vacances de la Toussaint, les élèves volontaires
pourront par ailleurs bénéficier gratuitement, au sein de leur collège, d’une
aide appropriée pour effectuer le travail qui est attendu d’eux.
Les devoirs sont indispensables aux progrès des élèves, notamment
les plus fragiles.
Ils peuvent aussi être source d’accroissement des inégalités sociales et peser sur la vie de famille.
Le programme Devoirs faits vise à surmonter ce blocage en offrant un cadre bienveillant aux élèves pour progresser

Faire ses devoirs au collège
Au retour des vacances de la Toussaint, les collèges proposeront Devoirs faits en cohérence avec leur projet d’établissement.
Les modalités de mise en œuvre feront d’abord l’objet d’une réflexion en conseil pédagogique, puis seront présentées par le chef d’établissement au conseil d’administration.
L’organisation de Devoirs faits répond à quelques principes simples :
• c’est un temps dédié à la réalisation des devoirs ;
• il a lieu au sein de l’établissement, en-dehors des heures de classe, en fin de journée ou à un autre moment ;
• son volume horaire est fixé par l’établissement ;
• il s’adresse à tous les collégiens, sur la base du volontariat ;
• les élèves en situation de handicap devront bien évidemment pouvoir bénéficier de ce programme, qu’ils suivent une scolarité individuelle en classe ordinaire ou dans une unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis) ;
• les collégiens peuvent être invités par les équipes éducatives à y participer ou les familles en font spontanément la demande auprès des professeurs ;
• il est gratuit pour les familles.
Il revient aux équipes de direction, en prenant appui sur le conseil pédagogique, d’assurer la coordination entre les différents acteurs et de réguler le programme. Un chargé de la coordination du programme sera désigné au sein de l’établissement.
Mobiliser les énergies au service des élèves

Le programme Devoirs faits peut être pris en charge par les professeurs, les professeurs documentalistes, les conseillers principaux d’éducation, les assistants d’éducation, les volontaires du service civique et par des associations répertoriées nationalement et localement.
De nombreuses associations, qui contribuent d’ores et déjà à l’aide aux devoirs, ont manifesté leur volonté de participer activement à Devoirs faits. Elles le feront en s’inscrivant dans le projet défini par l’établissement et dans un cadre juridique formalisé par une convention.
Devoirs faits s’articulera avec les programmes existants d’aide aux devoirs mis en place par les collectivités territoriales ou encore par les associations à l’extérieur des établissements (aide au domicile des élèves, accueil des élèves dans les associations, etc.).

Des ressources à disposition des équipes
Le ministère de l’Éducation nationale met des ressources, notamment un
vademecum, à disposition des établissements pour les aider à mettre en place Devoirs faits

Répondre à cet article