> 8 - PÉDAGOGIE, FORMATION > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Education artistique et culturelle) > B* Le STREET ART et le numérique au service de l’inclusion et du Parcours (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Le STREET ART et le numérique au service de l’inclusion et du Parcours Artistique et Culturel en 6ème au collège REP Emile Guillaumin de Moulins

25 avril 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le STREET ART et le numérique au service de l’inclusion et du Parcours Artistique et Cuturel en 6ème

Collège [REP] Emile Guillaumin
18 AVENUE PROF ETIENNE SORREL , 03000 MOULINS
Site du collège
Auteur : DAVID Sandrine
Mél : 0030838V@ac-clermont.fr

Ce projet vise avant tout le partage et la création d’une culture artistique commune entre des classes de 6e S.E.G.P.A. et de 6e générale. Le passage au numérique permet de placer les élèves sur un pied d’égalité face à l’écrit. La cohésion de groupe visant un objectif commun permet la création de vidéos afin de financer des sorties (Lascaux IV, Street Art City) via le crowdfunding, par exemple, mais également de créer un « musée imaginaire » (fiches d’identité d’œuvres d’art, et émotions ressenties) à diffuser sur un blog, ou encore la création d’œuvres artistiques en utilisant les moyens du Street Art.
Ce projet vise donc à faire travailler ensemble des élèves de 6e adaptée et de 6e générale afin de favoriser la citoyenneté, la compréhension et l’appropriation des valeurs de la République, en développant les compétences langagières. Il cherche à permettre une éducation du regard, une ouverture culturelle, artistique et humaniste autour du mouvement « Street-art », tout en permettant de lutter contre l’« illettrisme » et l’« innumérisme ».

Plus-value de l’action
• la vidéo dont le scénario a été écrit par les élèves de S.E.G.P.A., l’implication sans faille des élèves lors du tournage et la diffusion sur la plateforme Ulule qui a connu du succès.
• la participation active et la coopération de tous les élèves dans les « mini-projets ».

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Nombre d’élèves : 71 Niveau : 6e – 4 classes - (2 classes de 6e d’Enseignement Général et Professionnel Adapté – S.E.G.P.A. et 2 classes de 6e d’enseignement général) -

A l’origine
• Des élèves en difficulté dans les relations aux pairs (dans et hors la structure SEGPA).
• Une connaissance des arts - et de l’art contemporain en particulier - très limitée pour tous les élèves de sixième au moins.
• Peu d’élèves de sixième se rendent dans des lieux de culture (musée notamment). • Une maîtrise de la langue française à renforcer.
• Un goût certain pour les T.I.C.E. associé à une maîtrise toute relative.
• Un contexte local où le Street art a récemment été mis en lumière

Objectifs poursuivis
• Développer des connaissances et compétences pour une meilleure maîtrise de la langue française.
• Développer des connaissances et compétences citoyennes.
• Développer des connaissances et compétences pour une meilleure maîtrise des outils numériques.
• Favoriser une ouverture culturelle : l’art - la trace à caractère artistique - dans la société, d’hier à aujourd’hui. - Gérer ses émotions en apprenant à formuler, argumenter une intention.

Description
• Le Street Art et le numérique au service de l’inclusion, de la maîtrise des langages et du Parcours Artistique et culturel en 6ème ;
• Utiliser le numérique (vidéo, blog, logiciels...), le Street Art, la culture comme vecteur d’échanges et d’acquisition de connaissances et compétences.

Modalité de mise en œuvre
Des actions spécifiques par période sont proposées aux élèves. A chaque période, le projet a été décliné en « mini-projets » visant la réalisation « d’objets concrets ».
Un co-enseignement est proposé sur l’année :
- Période 1 : Co-enseignement entre collègues P.E./P.L.C. en français - histoire/géographie/E.M.C. 6e Enseignement Général et Professionnel Adapté - S.E.G.P.A. - Création d’une vidéo à caractère publicitaire diffusée sur Ulule - site de financement participatif.
- Période 2, 3 et 4 : Co-enseignement entre collègues P.E. et P.L.C. en histoire/géographie/E.M.C.- français et en français-arts plastiques à destination 6e S.E.G.P.A. et 6e générale. Création d’images de soi pour une exposition en interne / lettrage - en lien avec les programmes de français, d’E.M.C. et d’arts plastiques Création de textes - créations d’images fantastiques - en lien avec les programmes de français et d’histoire. Les textes seront ensuite mis en scène afin de « fabriquer » un jeu de rôle géant (dont le personnage principal est un Ozobot qu’il faudra programmer). Une sortie commune 6e S.E.G.P.A. et 6e Générale, en Dordogne (Lascaux 4 à Montignac).
- Période 5 : Co-enseignement entre collègues P.E. en français - histoire/géographie/EMC. Des sorties communes prévues entre 6e S.E.G.P.A. et 6e Générale, dans des musées sur l’agglomération (Street Art City à Lurcy Lévis) et Des sorties avec les 6e S.E.G.P.A. dans la ville. Créer une image, une œuvre artistique avec une artiste. A noter : certains enseignements seront orientés autour du Street Art. Exemples : en géographie, le thème « Habiter une métropole » sera agrémenté de repérage d’œuvres urbaines…

Trois ressources ou points d’appui
• l’émulation entre les élèves,
• la participation, l’investissement d’enseignants de différents corps.

Difficultés rencontrées
le financement des sorties

Moyens mobilisés
• 2 à 3 P.E.
• 3 à 4 P.L.C. dont documentaliste.
• 1 personnel technique présentant des compétences particulières indispensables à la réalisation.

Liens éventuels avec la Recherche
L’intérêt de ce projet consiste à donner un rôle important, au sens où l’entend Serge Boimare, à la culture et au langage argumentaire.

Evaluation
• Le nombre d’élèves de 6ème sachant, sans aucun problème, toujours utiliser leur code de session (ordinateur) en fin d’année civile et en fin d’année scolaire.
• Progrès en lecture, compréhension, et écriture.
• Le nombre d’élève de 6ème sachant utiliser les outils numériques utilisés au cours de l’année et gérer leur identité numérique en fin d’année.
• Le nombre d’œuvres et/ou artistes retenues/s par chaque élève en fin d’année. Nombre d’incivilités par séance.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
L’évaluation est formative et positive en fonction des « mini-projets ».

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : - le plaisir partagé des élèves des différentes sections, d’évoluer ensemble sur un certain nombre de séances, - la baisse de tension entre élèves de S.E.G.P.A. sur les séances de co-enseignement et sur toutes les séances en lien avec le projet, - une motivation particulière sur les séances en lien avec le projet, même pour l’écriture, qui est généralement une tâche très laborieuse pour les élèves. - un langage argumentaire plus développé
- Sur les pratiques des enseignants : - un travail en équipe et des échanges plus nombreux entre P.L.C. et P.E.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : /

- Sur l’école / l’établissement : /
- Plus généralement, sur l’environnement : /

Extrait du site Expérithèque : Le STREET ART et le numérique au service de l’inclusion et du Parcours Artistique et Cuturel en 6ème

Répondre à cet article