> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale AU COLLEGE > Collège (Climat ) > « Boucs émissaires, parlons-en ! » - le programme Sentinelles et Référents (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

« Boucs émissaires, parlons-en ! » - le programme Sentinelles et Référents pour prévenir le harcèlement de Seine-Saint-Denis : 5 collèges REP+ et REP présents (sur 8 collèges) lors de la journée de formation

31 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

« Boucs émissaires, parlons-en ! » - le programme Sentinelles et Référents pour prévenir le harcèlement

Chaque année, sept établissements dionysiens bénéficient de la formation Sentinelles et Référents proposée par la Société d’entraide et d’action psychologique (Sedap), grâce à un financement de l’Agence régionale de santé (ARS).
Le dispositif associe élèves et adultes pour repérer et prendre en charge les élèves harcelés ou devenus bouc émissaires, y compris dans des cas qui passent inaperçus. Un groupe de 10 sentinelles élèves (qui choisiront ou non de devenir sentinelles) et de 6 référents adultes (2 enseignants, 2 non-enseignants, 1 parent, 1 partenaire) sont formés en établissement pendant 4 jours. Côté élèves, il s’agit d’aller au contact de la victime pour rompre son isolement, et au contact des témoins pour solliciter leur sympathie et leur solidarité. Côté adultes, il s’agit d’établir des rapports différents avec les élèves ainsi responsabilisés et d’améliorer la prise en charge des élèves auteurs. Deux d’entre eux reçoivent également six jours complémentaires de formation, pour former eux-mêmes de futures sentinelles et assurer ainsi la pérennité du projet.

Les sentinelles et référents de Seine-Saint-Denis se sont retrouvés pour la première fois le 20 juin 2018 au collège Jean Moulin de Montreuil pour un moment de réflexion et de partage.
La rencontre, organisée par la Sedap, a été introduite par Mme Hélène Ménard, référente académique Harcèlement au rectorat de Créteil, M. Régis Astruc, proviseur vie scolaire à la DSDEN 93, et Mme Martine Dalet de l’Agence régionale de santé (ARS).
Le but de cette journée était de partager et d’échanger à partir des différentes expériences des équipes ayant bénéficié de la formation.
Venus des quatre coins de la Seine-Saint-Denis, neuf équipes de sentinelles et référents ont eu l’occasion de présenter leurs manières de fonctionner, les outils mis en place ainsi que les éventuelles difficultés rencontrées. Ce partage d’expérience, riche en émotions, a été un réel temps fort de l’année pour les sentinelles, il a permis de dynamiser des groupes qui savent désormais que leur combat quotidien contre le harcèlement est une cause partagée par d’autres adolescents au sein du département.

Le déroulé de la journée en quatre étapes :
• témoignages sur les points forts et les difficultés dans chaque établissement
• travail en groupe sur la définition d’aspects problématiques du dispositif auxquels apporter des réponses.
• mise en commun et construction de solutions
• création de 10 « punchlines » (phrases choc) sur le dispositif

L’infolettre des Sentinelles et Référents de France propose les détails de cette journée.

Quelques témoignages des sentinelles entendus lors de la journée :
- « Avant, j’embêtais les plus petits, c’était marrant. Cette formation m’a fait mûrir. J’ai pris conscience que ce n’était pas un jeu et que ça pouvait avoir de grosses conséquences. »
- « Mes potes m’ont dit que ça faisait rater les cours, mais c’est beaucoup plus que ça ! Ça m’a beaucoup aidé, à titre personnel. Je ne me rendais pas compte de ce qu’était le harcèlement. Au fil des années, il y a de moins en moins de bagarres dans la cour et de moins en moins de harcèlement au collège. Ça me plaît d’aider les autres et de régler leurs problèmes. »
- « Ce qui m’a plu, c’est qu’on s’occupe des violences invisibles. Si un coup n’est pas porté, il n’y a pas de signalement. »
- « Personnellement, quand on m’a dit que quelque chose allait être mis en place contre le harcèlement, je ne pensais pas que ça allait marcher. »
- « J’ai remarqué qu’au début les élèves s’en fichaient, maintenant ils viennent nous voir. La formation nous a rendus matures. »
- « Maintenant je vais essayer de creuser plus. Je suis arrivé par hasard dans le groupe, puis au fur et à mesure je commence à y croire et ça marche. »

Outre les apports théoriques et pratiques initiés par cette rencontre, cette journée, ponctuée par un repas convivial, restera un vrai moment d’échange et de partage.

Les établissements présents :
• Collège [REP] Jean Moulin, Montreuil
• Collège Paul Eluard, Montreuil
• Collège [REP] Pablo Neruda, Stains
• Collège Langevin, Rosny-sous-Bois
• Collège [REP] Henri Sellier, Bondy
• Collège [REP] Georges Politzer, Bagnolet
• Collège [REP+] Lenain de Tillemont, Montreuil
• Collège [REP] Mandela, Le Blanc-Mesnil

Extrait de dsden93.ac-creteil.fr du 13.07.18 : « Boucs émissaires, parlons-en ! » - le programme Sentinelles et Référents pour prévenir le harcèlement

 

Sur le site OZP,
voir le mot-clé du groupe 3 *Médiateur / APS / Tuteur (pair)
Pour croiser

Répondre à cet article