> 6 - ACTEUR, POSITION > POSITION > Position syndicale > Une lettre ouverte du Sgen-Cfdt sur la situation des personnels en éducation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une lettre ouverte du Sgen-Cfdt sur la situation des personnels en éducation prioritaire

17 octobre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Personnels de l’Éducation prioritaire : le Sgen-CFDT écrit au Ministre

Courrier en date du 12 octobre sur la situation des personnels de l’Éducation prioritaire.

La lettre ouverte

Monsieur le Ministre,

Le Sgen-CFDT a pris acte de votre décision de reporter d’un an la révision de la carte actuelle des réseaux REP/REP+ de l’Éducation prioritaire. Mais si cela induit le report du traitement de certaines problématiques majeures toujours en suspens et qui maintiennent les personnels dans l’inquiétude, ce sera incompréhensible pour nos collègues.

Nous pensons notamment :

− à la définition du périmètre des écoles incluses dans les réseaux d’Éducation prioritaire : le choix précédent d’une définition à partir des secteurs de collèges a laissé certaines écoles à fort public défavorisé sans moyens suffisants (« Les écoles orphelines ») ;

− à l’actualisation de la liste des établissements relevant de la politique de la ville fixée par arrêté, et qui n’a pas bougé depuis 2001. Vous le savez, cela fait plusieurs années que le Sgen-CFDT demande son actualisation sur la base de la liste actualisée en 2014 des quartiers prioritaires de la ville. Ce texte déclenche certaines des mesures d’attractivité en direction des personnels qui se sont investis pendant des temps longs (bonifications pour les mutations, primes, avancement de carrière..) et des collègues n’accèdent pas à leurs droits, faute d’actualisation du texte. S’il semble que cette révision est envisagée par la DGRH, il est indispensable qu’elle soit menée dans le cadre du dialogue social ;

− à la prise en compte des élèves issus des REP/REP+ lorsqu’ils arrivent en lycée : nous vous avons remis des propositions écrites à ce propos dès nos premières rencontres et dans le cadre de nos échanges sur la réforme du lycée.

Pour l’instant, la situation actuelle résulte d’un empilement de mesures qui ont été prolongées de façon transitoire (pour certaines uniquement jusqu’à la rentrée scolaire 2019). Or, les personnels ont besoin d’une vision claire pour s’investir pleinement. La question des lycées, labellisés ou non, devra être tranchée. Mais dans l’urgence et faute de mieux, il est indispensable de proroger les dispositions transitoires en matière d’indemnité et de mobilité des personnels des lycées « Éducation Prioritaire » jusqu’à la rentrée 2020.

Pour le Sgen-CFDT, tous ces sujets relèvent spécifiquement d’une politique publique en faveur de territoires – identifiés par des critères socio-économiques (et non géographiques). Cette politique publique implique des moyens spécifiques et suffisants pour assumer les objectifs assignés, en terme de justice sociale, de réussite des élèves et d’attractivité pour les personnels. Prendre le temps de la réflexion est certes indispensable, mais il serait incompréhensible de ne pas envoyer dès maintenant des signaux forts sur la reconnaissance de l’engagement des personnels de ces territoires, qui œuvrent au quotidien pour la réussite de leurs élèves.

Extrait de sgen-cfdt.fr du 12.10.18 : Personnels de l’Éducation prioritaire : le Sgen-CFDT écrit au Ministre

Répondre à cet article