> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale AU COLLEGE > Collège (Français et Langues) > Hauts-de-France : un escape game en histoire-géographie sur la guerre froide (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Hauts-de-France : un escape game en histoire-géographie sur la guerre froide créé par un collectif académique est expérimenté au collège REP Verlaine de Lille (Vousnousils)

7 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Hauts-de-France : un escape game pédagogique en histoire-géographie sur le thème de la guerre froide

Un collectif de dix professeurs d’histoire-géographie des Hauts-de-France a créé un jeu d’évasion sur le thème de la guerre froide. Sébastien Lambert, enseignant et interlocuteur académique pour le numérique (IAN) nous en dit plus. Interview.

Comment avez-vous développé cette initiative pédagogique ?

Nous sommes un collectif de dix professeurs d’histoire-géographie de l’académie de Lille, réunis sous le pilotage d’un inspecteur pédagogique régional. Nous nous sommes intéressés à la question des escape games, jeux d’évasion « à la mode ». Il y en a de très nombreux dans plusieurs disciplines –notamment en langues vivantes avec l’espagnol– et relativement peu en histoire-géographie. C’est comme cela que l’escape game pédagogique sur la guerre froide intitulé « 1991 » est né.

Pourquoi avoir choisi la thématique de la guerre froide au détriment d’autres événements historiques ?

La particularité d’un escape game en histoire, c’est qu’il est difficile d’aborder certaines périodes. Typiquement, la Seconde Guerre Mondiale ou même la crise des années 1930 sont par exemple des sujets très chauds. Nous avons exclu d’emblée certains contextes historiques en partant du principe qu’il était difficile de jouer avec ceux qui sont chargés par la tragédie et la souffrance humaine.

Et la guerre froide fascine, car il s’agit de la période phare de l’espionnage. Cela nous a permis de créer un jeu dans lequel on place l’élève dans ce contexte avec des éléments qui rappellent la vie d’un espion. Nous avons décidé pour cette période de la guerre froide d’exercer les élèves sur l’ensemble de la période 1947-1991.

Présentation vidéo de l’escape game réalisé par le collectif de professeurs d’histoire-géographie de l’Académie de Lille

Quelles sont les compétences nécessaires pour réussir le jeu d’évasion ?

Nous avons légèrement transformé l’esprit de l’escape game -qui se traduit souvent par des défis. Dans notre jeu, il y a des énigmes mais on trouve aussi des exercices de remédiation. Avec ces exercices, nous avons pu mettre en place un grand nombre de compétences à travailler. Le repérage dans le temps par exemple : les élèves doivent compléter une frise chronologique de la guerre froide avec les six événements majeurs : les crises de Berlin (blocus de 1947, construction du mur en 1961, chute du mur à partir de 1989), la crise de Cuba (octobre 1962) ou encore la chute de l’URSS (1991). Ils doivent se repérer dans l’espace et manipuler les fondamentaux d’un planisphère.

Il y a aussi de la coopération, de la mutualisation, ainsi que de l’analyse de texte basée sur des documents d’époque. Nous avons prévu dans le jeu des coups de pouces automatiques, ce qui fait qu’aucun groupe d’élèves ne peut rester bloqué plus de 5 minutes devant la même énigme. C’est une façon de relancer la motivation et l’intérêt, avec des indices visuels pour savoir où cliquer par exemple.

On en reste aux connaissances exigibles du collégien de 3ème dans le cadre du Diplôme national du brevet (DNB). Les compétences sont assez variées, les énigmes et les défis servent en réalité de prétexte pour faire des exercices de remédiation et de révision.

L’escape game pédagogique est destiné à quel type de niveau ? Des collégiens, des lycéens ?

Le jeu a été prévu pour deux types de niveaux ;

• Les élèves de 3ème (testé par les élèves du collège [REP] Verlaine de Lille) pour aller avec le programme scolaire de l’année « le Monde après 1945 » dans lequel se trouve la guerre froide. Comme ils s’avèrent être plus jeunes que des lycéens, la part du professeur reste importante pour aider les élèves puisque finalement tout n’est pas simple dans la résolution. Le jeu ne se substitue d’aucune façon au cours dispensé par le professeur.
• Le jeu a été rendu plus difficile pour l’adapter aux lycéens. Il a été testé au lycée Watteau de Valenciennes en amont du cours sur la guerre froide pour vérifier ce que les lycéens avaient retenu de leurs cours de 3ème. Cela a très bien marché, ils étaient très autonomes ce qui est assez rassurant (rires).

Globalement, les élèves se sont montrés très motivés car le jeu sort un peu des sentiers battus. Cela permettra aux professeurs de remédier aux éventuelles difficultés des élèves (en revenant sur les événements, les dates et les enjeux importants de la période), au collège comme au lycée. Les élèves jouent et finissent par se rendre compte qu’ils révisent des dates et des faits importants du cours.

Le jeu suscite-il un esprit de compétition entre les élèves ?

Le professeur compose dans sa classe des groupes de quatre à six élèves. A l’intérieur de chaque groupe, il est nécessaire d’avoir une certaine coopération pour réussir les différentes épreuves. De la qualité de leur coopération dépendra la rapidité de l’exécution du groupe. Puis, entre les groupes, il y a une compétition, ils ont 45 minutes pour finir le jeu, le but étant de finir premier dans un temps imparti.

Cela nous a beaucoup interrogé, certains professeurs estimant que le jeu devait surtout fonctionner sur la coopération, étant donné que nous sommes déjà dans un monde hyper compétitif. Toutefois, il nous a semblé intéressant de fixer cet enjeu-là, se dire que ça pourrait être un levier de motivation supplémentaire.

Dans le collège lillois Verlaine, classé en REP, les élèves étaient répartis en 4 groupes. Sur ces 4 groupes, 2 ont réussi dans le temps imparti. Au lycée de Valenciennes, quasiment tous les groupes réussissent. Nous avons en effet souhaité tester le jeu auprès de tous les élèves, en REP ou pas.

Comptez-vous étendre le dispositif pédagogique dans d’autres académies françaises ?

Le dispositif a fait l’objet de beaucoup de publicité au sein de l’académie de Lille. Nos vidéos de présentation ont été remarquées sur le site de l’académie. Nous ne savons pas encore si d’autres professeurs vont s’emparer du dispositif mais en tout cas il a été fait dans cette optique-là, notamment pour des révisions plus ludiques après la classe.

L’escape game « 1991 » testé par les élèves de 3ème du collège Verlaine de Lille

L’escape game « 1991 » testé par les élèves du lycée Watteau de Valenciennes

Extrait de vousnousils.fr du 26.02.19 : Hauts-de-France : un escape game pédagogique en histoire-géographie sur le thème de la guerre froide

Répondre à cet article