> 7 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > SANTE en EP et en Quartier Prioritaire > Santé (Etude) > Le programme de recherche AFCC (Arts de Faire Culinaires au Collège) a été (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le programme de recherche AFCC (Arts de Faire Culinaires au Collège) a été testé dans les collèges REP+ Michelle Pallet à Angoulême et REP Aliénor d’Aquitaine à Bordeaux (Viaeduc)

20 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Ateliers « cuisine » au collège : la clé pour apprendre à mieux consommer ?

Les participants du programme « Arts de Faire Culinaires au Collège » ont par exemple suivi un atelier cuisine « plats revisités »/. Recherche Emilie Orliange,

Emilie Orliange, Université de Poitiers
Professionnel de l’enseignement supérieur et de la recherche

À l’heure où l’obésité est un vrai problème de santé publique et où le marketing agro-alimentaire promeut une consommation rapide et facile, à base de plats tout prêts et de produits ultra-transformés, il est crucial d’inciter les jeunes à adopter de bonnes habitudes alimentaires. Répétés à l’école ou lors de campagnes d’information, les messages du Programme national nutrition santé (PNNS) leur donne quelques points de repère.

Mais cette éducation nutritionnelle ne suffit pas. Pour véritablement intégrer de bons réflexes, les jeunes ont besoin de mettre en pratique les recommandations qu’on leur adresse, en lien avec la vie quotidienne. Ne faudrait-il pas alors mettre en place des cours de cuisine, mais aussi des ateliers d’éveil à la dégustation, ou encore une découverte des techniques de marketing culinaire, si l’on veut développer les compétences alimentaires, l’autonomie et l’esprit critique des jeunes pour les aider à devenir des consommateurs avertis ?

C’est le défi relevé par le programme de recherche « Arts de faire culinaires au collège », initié en 2013. Pendant trois ans, il a été testé sous un format pilote au collège Marguerite de Valois, à Angoulême (en Charente), autour de cinq modules suivant l’itinéraire des produits, de la fourche à la fourchette. Au fil du parcours, les élèves ont pu décrypter des lieux d’achat, créer des packagings, découvrir des métiers de bouche, s’initier aux arts de la table et apprendre à cuisiner des recettes équilibrées.

Cuisiner pour créer du lien entre le collège et la famille

L’originalité de ce programme d’éducation à la consommation alimentaire consiste à créer un continuum d’apprentissage entre les ateliers et les familles afin que les pratiques découvertes au collège puissent vraiment entrer dans les habitudes du quotidien. Cela s’est fait grâce à des outils simples comme un carnet de bord, une boîte lunch permettant de rapporter les préparations cuisinées à la maison pour des dégustations en famille ainsi que des événements conviviaux avec les parents.

Vidéo

Les résultats des travaux de recherche ont fait ressortir l’impact positif de ce projet sur les comportements alimentaires des adolescents, sur le climat scolaire, ainsi que les relations avec les familles.

À lire aussi : Apprendre la cuisine aux collégiens pour qu’ils se nourrissent mieux

Suite à ce succès, un autre établissement a contacté le groupe de pilotage en 2015 pour bénéficier du programme. Même si le programme avait montré son efficacité dans un contexte donné, les effets observés peuvent varier d’une situation à l’autre. D’où l’intérêt d’évaluer le transfert du programme AFCC afin de déterminer quelles sont les conditions nécessaires pour que tout établissement puisse se l’approprier.

Dans ce deuxième collège, classé REP+, les jeunes, issus d’une population majoritairement modeste à défavorisée (plus de 60 % des parents étaient sans emploi), avaient des difficultés à accéder à une alimentation de qualité en quantité suffisante.

Tout comme pour l’établissement pilote, le second collège avait des difficultés à associer les familles au projet d’établissement ainsi qu’à souder l’équipe éducative autour d’objectifs communs et d’un projet fédérateur. Le pari du groupe de pilotage était le suivant :

« Si nous parvenons à mettre en place le programme AFCC dans un établissement d’éducation prioritaire ayant des problématiques plus lourdes que dans le pilote, alors cela pourra nous révéler les facteurs clés à prendre en compte pour le mettre en place dans n’importe quel établissement »

Un programme éducatif qui s’étend

Grâce au guide méthodologique du programme AFCC et à son utilisation collective, les acteurs ont été en mesure de distinguer les « facteurs clés de succès » qui fondent l’efficacité de l’intervention, des aspects liés seulement à la forme de l’intervention, qui, eux, peuvent être adaptés.

Après une comparaison des populations et de l’environnement des deux établissements, la recherche a dégagé les « bons ingrédients » pour assurer le succès de ce type de programme pédagogique :
[...]

 

Facteurs clés de succes. Recherche Emilie Orliange

Soutenu par le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de l’Agriculture, le programme AFCC se déploie depuis six ans dans d’autres établissements, en France métropolitaine, en outre-mer et au Québec.

Après une évaluation par des experts, le guide méthodologique est maintenant référencé par l’INC (Institut National de la Consommation). Il est également référencé sur de nombreux sites et plates-formes.

Aujourd’hui, le programme est développé au collège [REP] Aliénor d’Aquitaine à Bordeaux, il est suivi par le groupe de pilotage. Cette nouvelle duplication est soutenue par la ville de Bordeaux.

Le témoignage des chefs d’établissement sur l’efficacité du transfert :
[...]

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original

Extrait de viaeduc.fr : Ateliers « cuisine » au collège : la clé pour apprendre à mieux consommer ?

 

Note : Viaeduc évolue et modifie ses conditions d’accès

 

Sur le site OZP, voir
[la sous-rubrique Santé (Etude)
le mot-clé du groupe 5 *Restauration scol./
le mot-clé du groupe 5 *Santé/

Répondre à cet article