> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale AU COLLEGE > Collège (Action autre ou interdisciplinaire) > B* Description d’un projet de cogni’classe au collège REP Edouard Vaillant, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Description d’un projet de cogni’classe au collège REP Edouard Vaillant, Vierzon

7 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Présentation d’un projet
Innovation/expérimentation 2018-2019
Préparation à la fiche Expérithèque

Titre de l’action : Apprendre à apprendre avec les sciences cognitives

❑ Résumé de l’action en une phrase :
il s’agit de se former et de former les élèves à apprendre à apprendre à la lumière des sciences cognitives dans les domaines de la mémorisation, de la gestion de l’attention et de l’implication.

❑ Etablissement : (coordonnées précises : mail, RNE, tel)
Collège Édouard Vaillant, 41bis rue Charles Hurvoy, 18100 Vierzon
ce.0180037t@ac-orleans-tours.fr
02 48 71 79 76

❑ Chef d’établissement :
Monsieur Philippe Soisse

❑ Ville et département
Vierzon dans le Cher

❑ Nom et coordonnées du porteur de projet :
Catherine Pellerin
06 15 24 55 83
catherine.pellerin@ac-orleans-tours.fr

❑ Objectifs de l’action
Former des enseignants et les élèves aux apports des sciences cognitives dans l’éducation et plus particulièrement l’attention, l’implication et la mémorisation

❑ Effets attendus
▪ Sur les acquis des élèves
Une meilleure qualité d’écoute, un apprentissage plus efficannces

▪ Sur les pratiques des enseignants
Une capacité améliorée à accompagner les élèves dans l’apprentissage.
Une aide à la gestion de classe pour l’implication et la gestion de l’attention

▪ Sur l’établissement
Un climat apaisé et plus studieux
Des élèves confiants en leur avenir
Des enseignants qui travaillent en équipe

❑ Raisons du projet/contexte/point de départ
Les difficultés de nos élèves confirmées par les résultats au DNB : Ils ont du mal à apprendre, à se concentrer, à s’impliquer dans leur travail. Comment faire ?
Les sciences cognitives, sans être un miracle, nous permettent :
- de comprendre les modifications du cerveau subies par nos ados et, par là, leur comportement.
- de comprendre à travers la plasticité cérébrale que rien n’est figé et que le cerveau peut se développer toute la vie.
- de voir quelles méthodes sont efficaces pour mémoriser (comment l’essentiel du travail d’un cerveau est d’oublier et comment nous pouvons l’aider à restituer les informations dont nous avons besoin )
- de comprendre comment fonctionne l’attention et comment on peut l’améliorer.

Ces sciences cognitives constituent une boîte à outils supplémentaires pour aider nos élèves à mieux apprendre..

❑ Qu’est-ce qu’on envisage de changer ? ( Eléments de changement : pour les élèves, pour la présentation et l’organisation des cours, pour les EDT, pour l’organisation structurelle, pour les dispositifs complémentaires déjà en place ?)

Nous envisageons de montrer aux élèves comment fonctionne leur mémoire et quelles sont les pistes que nous pouvons mettre en place pour être plus efficaces ( mémorisation massée en classe, fiche de mémorisation, cahier de réactivation, mutlitesting, activités qui permettent de mieux gérer l’attention ).
L’enseignant adapte son cours pour que la mémorisation soit possible et durable en soulignant clairement ce qui doit être retenu, en ménageant des temps de mémorisation en classe etc.

Description précise du projet : descriptif précis de la mise en œuvre

Projet pédagogique avec les enseignants
1. Temps fort d’une journée qui permet de présenter à chacun ce qu’est la neuroéducation. Venue d’un intervenant extérieur.
2. Ateliers de coordination qui permettent aux équipes de prendre connaissance des techniques et d’échanger sur leur mise en place en classe. (3heures puis bilan à chaque trimestre)
Séances avec les élèves
ateliers qui permettent aux élèves de mieux comprendre comment apprendre sur les temps de vie de classe par exemple.
1. Plasticité cérébrale
2. Mémorisation
3. Attention

❑ Modalités de mise en oeuvre ( Date de début, Stratégie, Planification, Développement de chaque phase significative de l’action)

Nous débuterons début octobre par un temps fort ( une journée de formation par un intervenant extérieur)
Puis nous poursuivrons par un atelier de 3 heures pendant lequel nous engagerons un travail d’équipe autour d’une classe :
- nous repréciserons et préparerons les modalités d’intervention auprès des élèves.
- nous nous mettrons d’accord sur les techniques employées pour aider nos élèves ( fiches, cahier, temps en classe etc. )

❑ Quel est l’initiateur /le coordonnateur du projet ? (Nom, qualité, mail)

Catherine Pellerin, enseignante de lettres modernes
06 15 24 55 83
catherine.pellerin@ac-orleans-tours.fr

❑ Disciplines engagées dans l’action (Nom et qualité des enseignants, si connu)

une grande partie des disciplines est engagée : Lettres modernes et classiques, Histoire-géographie, LVE, Mathématiques, Sciences physiques, EPS et éventuellement arts plastiques et SVT.

❑ Partenariats (à détailler, indiquer les coordonnées, les modalités : conventions, interventions …)

Outre la présence d’un intervenant extérieur pour la journée temps fort, nous nous appuierons sur l’équipe « Sciences cognitives, comment changer l’École » animé par Jean Luc Berthier et nous créerons des cogniclasses. Inscrits sur le site, nous serons suivis par cette équipe.
http://sciences-cognitives.fr/quest-quune-cogniclasse/

❑ Evaluation : Indicateurs retenus pour évaluer l’action( A quoi verra-t-on les changements ?)

Nous nous interrogerons à chaque bilan sur l’évolution des apprentissages des élèves, sur l’efficacité de notre démarche et sur les points à améliorer ou à modifier. Voici les questions générales que nous pourrons nous poser :
- L’élève a-t-il accru ses savoirs et ses compétences, son comportement, ses compétences sociales ?
. A-t-il amélioré son rapport à l’acte d’apprendre, sa curiosité, son implication ?

Nous pourrons nous interroger plus particulièrement sur les points suivants :
• Un climat plus apaisé de la classe
• Une meilleure implication des élèves dans les activités en responsabilité (implication
active) ;
• Une meilleure mémorisation des essentiels
• Des notes modifiées aux contrôles
• Un décrochage moindre des plus faibles

❑ Suivi et analyse du projet : modalités retenues (groupe de travail, suivi externe, implication du conseil pédagogique …)
Nous créerons effectivement des groupes de travail animés par le coordonnateur et nous serons suivi par l’équipe qui a mis en place les cogniclasses citées plus haut.

❑ Un point plus spécifiquement innovant : l’importance du groupe d’enseignants qui cherche à mettre en place ce projet et le caractère collaboratif des ateliers d’enseignants.

❑ Nombre d’élèves prévu/nombre et niveaux des classes concernées par le projet :
Pour mettre en place une cogniclasse, il est intéressant d’avoir 3 enseignants engagés dans l’action.
Nous pensons travailler avec 1 classe en 6ème, 3 en 4ème et 2 en 3ème soit 150 élèves -

❑ Points d’appui (éléments facilitateurs)
Des enseignants qui travaillent facilement ensemble et qui ont la volonté de faire réussir leurs élèves.

❑ Freins (difficultés à résoudre)
les difficultés éventuelles à financer notre intervenant extérieur, à trouver des créneaux horaires qui conviennent à tous.

Extrait de cardie : Cogniclasse, Collège [REP] Edouard Vaillant, Vierzon : fiche

 

Voir aussi B* Deux cogni-classes pour favoriser la concentration et la mémorisation à l’école REP Jean Zay de HAM (Somme)

Le site "Qu’est-ce qu’une cogniclasse ?

Sur le site OZP,
voir le mot-clé *Pédag. Neurosciences, Psycho. cognitive, Intellig. multiples/

Répondre à cet article