> 5 - TYPES DE DOCUMENTS : Textes et Rapports officiels, Etudes, (...) > ETUDES (UNIVERSITAIRES) > Thèse. Enseigner les faits religieux à l’école élémentaire publique en France : (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Thèse. Enseigner les faits religieux à l’école élémentaire publique en France : éduquer à la laïcité ? Une étude des pratiques des professeurs des écoles, par Lola Petit, Ephe, déc. 2018 (présentation ToutEduc)

25 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Enseigner les faits religieux à l’école élémentaire publique en France : éduquer à la laïcité ? Une étude des pratiques des professeurs des écoles

Auteur(s) : PETIT Lola

Date de soutenance : 2018

Thèse délivrée par : Université Paris Sciences et Lettres
Préparée à l’École Pratique des Hautes Études

Télécharger

 

Enseignement du fait religieux : les enseignants du 1er degré assez démunis (thèse)

S’agissant de l’enseignement du fait religieux, il existe un écart entre "les intentions politiques et institutionnelles" et "les pratiques des professeurs des écoles qui sont à la fois partielles - puisque tous n’enseignent pas les faits religieux -, et hétérogènes, puisque chaque enseignant interprète singulièrement les prescriptions officielles en la matière et opère des bricolages pédagogiques". C’est la principale conclusion d’une thèse soutenue au mois de décembre dernier par Lola Petit à l’Ecole pratiques des hautes études (Paris Sciences et Lettres).

Pour elle, cet enseignement entre, dans le 1er degré, en concurrence avec celui d’autres phénomènes sociaux, et "il trouve sa légitimité dans la mesure où (...) il constituerait un moyen possible, voire privilégié, de permettre aux élèves de se reconnaître dans une communauté de citoyens unis par-delà la diversité de leurs convictions", il contribue donc à "éduquer à la laïcité", même si la réciproque n’est pas vrai. "Pour de nombreux professeurs des écoles, l’éducation à la laïcité n’implique pas nécessairement l’enseignement des faits religieux." Même si ils y sont majoritairement favorables, "une minorité seulement dit le mettre en oeuvre". Toutefois, suite aux attentats de 2015, "on assiste à une prise de conscience de l’urgence de s’emparer de ces questions" et à "l’avènement d’une pédagogie de la laïcité". Mais dans cette pédagogie de la laïcité, quelle est la place du fait religieux, quelles sont "les connaissances à transmettre prioritairement", avec quels outils ?

Comment de plus éviter certains écueils, comme "l’assignation des élèves à une religion ou à une conviction, connue ou supposée" et de les "ériger en experts de ’leur’ religion", d’en faire "les détenteurs du savoir" ? Il faut aussi être attentif à ne pas "omettre d’aborder certaines thématiques fondamentales comme l’athéisme, l’agnosticisme ou encore d’autres religions que les trois grands monothéismes", mais également éviter "une approche comparatiste édulcorée, qui passerait sous silence les rapports de concurrence ou de contradiction entre différentes convictions". L’observation d’enseignants sur le terrain rassure la chercheuse : "Si nous avons observé des impairs ou des maladresses, il nous semble, néanmoins, qu’ils sont parvenus à enseigner les faits religieux dans une perspective laïque."

A noter que cette recherche a été réalisée en collaboration avec l’association ENQUÊTE qui "propose des outils ludiques de découverte de la laïcité et des faits religieux pour les enfants et adolescent"->http://www.enquete.asso.fr/]
Le thèse de Lola Petit est signalée par l’IFE et téléchargeable sur archives-ouvertes.fr

Extrait de touteduc.fr du 14.04.19.

Répondre à cet article