> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > Dispositifs MATERNELLE et PETITE ENFANCE > Maternelle (Rapports officiels) > Regards sur l’éducation 2019 : l’école maternelle et les moins de trois (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Regards sur l’éducation 2019 : l’école maternelle et les moins de trois ans

11 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards sur l’éducation : Maternelle : La France n’est plus un modèle

Il y a les grands discours sur les bienfaits de l’obligation scolaire à 3 ans et l’exemple que cela donne au monde entier. Et il y a la réalité des évaluations internationales. Ce que montre Regards sur l’éducation 2019, c’est que la France, qui a été un pays modèle pour le développement de l’éducation pré-élémentaire, ne l’est plus. Le taux d’encadrement des enfants en maternelle est trop bas et la majorité des pays accueille davantage d’enfants de moins de 3 ans.

La loi Blanquer a un impact quasi nul sur la scolarisation en maternelle

La loi Blanquer a validé la promesse présidentielle de l’obligation scolaire à 3 ans. Une promesse facile à tenir puisque 98% des enfants de 3 ans étaient déjà scolarisés. Les enfants qui ne l’étaient pas soit sont accueillis en jardin d’enfant, soit sont instruit à la maison, soit habitent des départements très en retard pour la scolarisation. Dans ces trois cas, la loi ne change rien. Finalement le seul impact de la loi sera de faire prendre en charge par l’État, à travers les communes, le coût des maternelles privées, justifiant ainsi un transfert d’une centaine de millions vers ces écoles.

La France en retard pour l’accueil des moins de 3 ans

De son passé, la France a hérité une situation assez favorable pour la maternelle. "En France, la quasi-totalité des enfants de 3 ans en 2017 étaient déjà inscrits en pré-élémentaire alors que la moyenne OCDE est largement inférieure (77 %)", note l’OCDE. "De plus, 87 % des enfants en pré-élémentaire sont scolarisés dans des établissements publics en France contre 66 % pour l’OCDE et 73 % pour l’UE23".
Mais la France enregistre un retard certain pour l’accueil des enfants avant 3 ans. On se situe tout juste au niveau de la moyenne OCDE. Une quinzaine de pays nous précèdent, dont l’Allemagne, les pays du Nord ou l’Espagne. On sait que ce taux est en baisse. Celle-ci pourrait s’accélérer avec l’application des dédoublements en grande section de maternelle.

Un taux d’encadrement trop faible

Autre ombre au tableau, pour l’OCDE, le taux d’encadrement. "Malgré la baisse du nombre d’enfants de 3 à 5 ans entre 2014 et 2017", note l’OCDE, "le nombre d’élèves par enseignant reste élevé au niveau pré-élémentaire avec 23 élèves par enseignant (7 élèves de plus que pour la moyenne des pays de l’OCDE)". Même en prenant en compte le ratio adultes / enfants (en ajoutant les Atsem), le taux d’encadrement est de 16 élèves par personnel de contact contre 12 pour l’OCDE.
François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 11.09.19

 

Voir au milieu de la colonne de gauche la liste des MOTS-CLES liés à cet article, classés par ordre alphabétique.
Croiser le mot-clé choisi avec d’autres (en repérant grâce aux * sa place dans les sous-groupes du tableau de croisement)
Voir en haut de la page le chemin de la RUBRIQUE de cet article

Répondre à cet article