> FORMATION, ACTES > Formation des acteurs (généralités) > Comment repenser la formation des enseignants, initiale et continue (un (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Comment repenser la formation des enseignants, initiale et continue (un cahier d’Education et Devenir) (ToutEduc)

18 novembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Comment repenser la formation des enseignants, initiale et continue (un cahier d’Education et Devenir)

"Le modèle de formation continue des enseignants en poste est un modèle de formation très traditionnel : des formations courtes, souvent ponctuelles et rarement articulées entre elles ; une approche souvent informative et plutôt prescriptive ; des plans académiques de formation aux allures de catalogue privilégiant l’offre à la demande." C’est ce qu’écrit le recteur Filâtre dans le dernier Cahier d’Education & Devenir, consacré à la formation, initiale et continue, des enseignants. Il rappelle que le comité national de suivi de la réforme de 2013 avait adopté deux recommandations, "affirmer que la formation continue est constitutive du métier d’enseignant" et qu’il convenait d’adopter "une approche par le développement professionnel plutôt que par la formation". Il ajoute : "Ceci n’est pas une simple question sémantique. Il s’agit bien d’un changement de paradigme où le développement professionnel est considéré comme un processus graduel d’acquisition et de transformation des compétences et des composantes identitaires."

Les différentes contribution de cet important recueil (165 pages) se situent, peu ou prou, dans cette optique alors que la profession d’enseignant "s’est complexifiée, intégrant de nombreuses nouvelles missions : responsabilités éducatives, accompagnement, tutorat, orientation, différenciation pédagogique, inclusion des élèves à besoins particuliers, collaboration avec les partenaires de l’école, élaboration de curricula…". Trop souvent, "l’articulation entre l’expérience et la formation ne fait l’objet d’aucune analyse réflexive". Mais au-delà, c’est bien sûr la question du recrutement qui se pose. Ne faudrait-il pas "l’ouvrir à ceux que l’université a reconnus comme compétents" et "concevoir un concours sanctionnant un cursus de formation professionnalisante et donc destiné à vérifier les qualités professionnelles liées à la capacité d’apprendre à apprendre à autrui dans les situations les plus variées" ?
[...]

Téléchargement sur le site d’Education & Devenir

Extrait de touteduc.fr du 08.11.19

Répondre à cet article