> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Climat scolaire, Harcèlement > Climat, Harcèlement (Etudes univers.) > Climat scolaire : moins de dossiers déposés en 2019 selon Autonome Solidarité (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Climat scolaire : moins de dossiers déposés en 2019 selon Autonome Solidarité Laïque (Le Café, ToutEduc)

6 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Climat scolaire : Moins de dossiers en 2019 selon l’ASL
Avec la moitié des personnels Education nationale adhérents, l’Autonome de solidarité est bien placé pour donner un état des lieux du climat dans les écoles et établissements. L’ASL constate une baisse des dossiers déposés en 2019 (4%) après plusieurs années de hausse. « Les dossiers de protection juridique professionnelle (PJP) représentent, en 2019, 4 684 dossiers. Dans 97% des cas, l’adhérent est victime et dans 14% de ces situations, une plainte est déposée. 1,5% de ces dossiers finissent au tribunal. Dans les autres cas, il s’agit de rappels à la loi, de classements sans suite ou encore de lettres comminatoires d’avocats. Dans toutes les autres situations, les personnels sont en recherche d’une gestion apaisée de la difficulté rencontrée pour favoriser les relations de proximité. 2/3 des dossiers concernent les insultes, menaces et propos diffamatoires. Ce sont les enseignants du 1er degré (près de 61 %) et 2nd degré (près de 30%) qui sont le plus exposés aux conflits. L’exposition aux risques de litiges pour les chefs d’établissement et directeurs d’école est 4 fois supérieure à celle des enseignants. Les tiers impliqués sont principalement les responsables légaux des élèves et leurs proches (58 % des dossiers), suivis des élèves (22 % des dossiers) et 14% des conflits sont internes à l’établissement.

Le dossier

Extrait de cafepedagogique.net du 03.07.20

 

Violences dans les établissements : relative stabilité (Autonome de solidarité laïque)

Alors que le nombre des dossiers pour diffamation, insultes et menaces nécessitant une "protection juridique" a diminué l’an dernier, l’Autonome de solidarité laïque constate une augmentation du nombre des dossiers "d’Information conseil juridique", donc du nombre des personnels d’éducation qui recherchent "un lieu d’écoute et d’accompagnement par des professionnels de leur métier face aux tensions rencontrées dans les établissements", dans des situations où manquent les éléments qui permettraient une qualification juridique. Et l’ASL qui vient de publier son "baromètre du climat scolaire" souligne qu’elle devient "le réceptacle des maux et des difficultés des personnels d’éducation".

Elle compte quelque 475 000 adhérents qui ont donc demandé protection à la suite d’incidents. Ils ont saisi l’ASL l’an dernier pour 1732 cas de diffamation (contre 1879 en 2018), 1359 cas d’insultes ou de menaces (vs 1420). Les agressions physiques sans ITT et les préjudices informatiques (photographies, films sur les réseaux, propos sur internet, ...) viennent ensuite (291 et 277 cas, en légère augmentation). "La stabilité des chiffres confirme une nette prédominance des litiges avec les responsables légaux des élèves ou un proche de la famille (57,2%) et les élèves eux-mêmes (22%)". L’ASL s’inquiète de situation où les personnels sont "pris à témoin dans le cadre de différends familiaux", ou bien sont "confrontés à des enfants qui peuvent être violents" du fait d’un handicap "et qui sont accueillis dans les établissements sans aide, ni assistance particulière".

L’Autonome note aussi que "l’exposition aux risques de litiges pour les personnels de direction est 4 fois supérieure à celle des enseignants" et que "les personnels du 1er degré restent les plus exposés aux conflits" puisqu’ils représentent près du tiers des dossiers.

Extrait de touteduc.fr du 03.07.20

Répondre à cet article