> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales en MATERNELLE > Maternelle (Français et Langues) > B* Projet « Un élève, un imagier » Renforcer les acquisitions langagières, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Projet « Un élève, un imagier » Renforcer les acquisitions langagières, notamment lexicales, en impliquant les parents à la maternelle REP+ Julie-Victoire Daubié à Soyaux (Charente-Maritime)

30 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Projet « Un élève, un imagier »
Ecole maternelle Julie-Victoire Daubié

A l’origine du projet
L’environnement du projet

L’école maternelle Julie-Victoire Daubié située dans le quartier le Champ de Manœuvre de Soyaux, concentre de grandes difficultés socio-économiques (école classée REP+) qui ont de fortes incidences sur la réussite scolaire des élèves. Elle accueille une centaine d’élèves répartis en 4 classes, de la toute petite section à la grande section, ce qui représente environ 80 familles aux origines culturelles très variées.
L’équipe éducative est composée de 5 enseignants (avec temps partiels) et de 5 ATSEM.

Affiche présentation projet "Un élève, un imagier"

C’est dans ce cadre que toute l’équipe de la maternelle Julie-Victoire Daubié s’est mobilisée à partir du mois de mai de 2017 pour lancer le projet à partir de la rentrée 2017. L’objectif d’ « Un élève, un imagier » est de renforcer les acquisitions langagières (en particulier lexicales), selon une stratégie attractive, innovante, dans laquelle les enseignants cherchent à impliquer les familles.

Place dans le projet d’établissement et le projet académique
 Axe 1 « développer et conforter les apprentissages fondamentaux en privilégiant une démarche de projet »
 Axe 2 « permettre à chaque élève de saisir le sens de l’école dans ses rapports au monde extérieur ».
Situation de départ

Le projet a vu le jour suite aux constats suivants :
La concentration de difficultés socio-économiques du quartier où se situe l’école qui a de fortes incidences sur la réussite scolaire des élèves.
La lutte contre l’échec scolaire doit être la plus précoce possible.
La condition préalable à la réussite scolaire est l’acquisition d’un langage structuré pour échanger avec les autres et réfléchir pour comprendre le monde.
Les parents doivent être partie prenante dans les apprentissages de leur enfant pour la réussite scolaire.

Climat favorable
Des conditions favorables étaient déjà réunies pour faciliter la mise en place du projet :
 L’école bénéficie d’un vrai climat de confiance et de coopération avec les familles grâce une dynamique accueillante et bienveillante.
 Différentes actions sont menées afin de favoriser au quotidien le lien école/famille en proposant par exemple des ateliers participatifs (jeux, cuisine, bricolage) tout au long de l’année qui rencontrent un vif succès auprès des parents d’élèves.
 Présence d’une importante équipe de parents élus au conseil d’école qui est très impliquée dans la vie de l’école.

Description et mise en œuvre du projet

Objectifs principaux

Ce projet répond à plusieurs objectifs :
Mieux assurer la continuité et la fluidité des parcours par un pilotage en réseaux d’établissements (ECLORE)
Faire réussir l’étape essentielle de l’école primaire à tous les élèves. Réaffirmer la place de la maternelle
Permettre à chaque enfant, quels que soient son histoire et son vécu familial, d’acquérir le vocabulaire nécessaire pour lui permettre de mettre en mots le monde qui l’entoure et en appréhender sa complexité : un imagier pour chaque élève et sa famille, l’imagier est le référentiel du vocabulaire à apprendre en lien avec les familles, limiter les conflits de loyauté en faisant entrer l’école à la maison.
Utiliser l’imagier dans chacune des 4 classes comme référentiel du vocabulaire à apprendre en lien avec les familles.
Travailler avec les familles pour limiter les conflits de loyauté des enfants vis-à-vis de leurs parents qui sont un frein aux apprentissages en faisant entrer l’école à la maison. Faire des parents des partenaires actifs de l’éducation de leurs enfants.
Accompagner les familles pour apprendre à utiliser l’imagier (APC, ateliers participatifs).
Encourager les familles à consulter régulièrement l’imagier avec leur enfant (accueil dans la classe, réunions et entretiens-bilans réguliers).
Recommander la lecture de certaines pages dans le week-end pour préparer les apprentissages de la semaine suivante (inspiré du principe de la classe inversée adapté à la maternelle).

Un élève, un imagier _Activité de groupe

Activité collaborative
Permettre des acquisitions progressives et cohérentes tout au long des 3 sections du cycle maternel (programmations en lexique).
Utiliser les photos de l’imagier comme support de tous les jeux de langue mis en place dans les classes (memory, lotos, imagiers, activités de catégorisation …).

Mise en place du projet

Les différentes étapes de la mise en place du projet :
mai 2017 : accord de Monsieur Casalini, IEN Charente Est pour lancer le projet
juin 2017 : présentation du projet en conseil d’école pour déterminer les modalités de prêt des imagiers, les possibilités d’achat éventuelles (avec vote du prix par le CE)
juillet 2017 : présentation du projet en réunion plénière avec les parents et commande des imagiers.
La Mairie de Soyaux soutient le projet financièrement via l’association de Parents d’élèves avec une subvention qui a permis d’acquérir l’équivalent d’une centaine d’imagiers.
rentrée 2017 : lancement du projet avec distribution des imagiers en réunion de classe.
Juin 2018 : évaluation bilan année 1 et élaboration d’outils.
Septembre 2018 : évaluation diagnostique dans les 4 classes

Depuis 2017, l’école met à disposition de chaque élève et de sa famille un imagier qui rassemble en un ouvrage les 400 mots nécessaires pour des élèves d’âge maternel.

Un élève, un imagier : le support utilisé
 L’équipe s’appuie sur des programmations en lexique pour des acquisitions cohérentes sur les 3 sections du cycle. L’équipe détermine ensemble les mots importants à voir par section et l’ajuste au fil du temps. Ce travail de lexique est la base surtout pour les élèves dont la langue maternelle n’est pas le français.
Un élève, un imagier : Programmation lexique 2019-2020 . Ecole maternelle Julie-Victoire Daubié

Programmation lexique 2019-2020
 Évaluations :
Différentes évaluations sont réalisées dans chaque section. Depuis 2017, les enseignants les modifient en fonction des résultats et de la programmation qui j’ajuste au plus près aux besoins des élèves.
Petite section : 2 fois dans l’année, 1 évaluation diagnostique en début d’année (octobre, novembre), la même évaluation est proposée en fin d’année afin de vérifier les acquis.
un document Un élève, un imagier . Ecole maternelle Julie-Victoire Daubié (PDF de 34.6 ko)

Un exemple d’évaluation diagnostique

Moyenne et Grande Section : 3 fois dans l’année (septembre, janvier et juin). Suite aux résultats de l’évaluation diagnostique du mois de septembre, sont mis en place différents dispositifs pour étayer, des groupes de besoin, un club de langage.

Les activités autour de l’imagier
Les enseignants ont conçu et fabriqué différentes activités autour de l’imagier pour travailler en classe et à la maison. Des photos de l’imagier ont été utilisées comme support de tous les jeux de langue mis en place dans les classes (memory, lotos, imagiers sonores, activités de catégorisation …).
Le travail d’acquisition du lexique est fait dans les classes et est revu à la maison avec les parents, parfois ce travail à la maison sert à anticiper les apprentissages sur le principe de la classe inversée (par exemple lecture d’une page proposée à la maison).

Activités autour de l’imagier
Le personnel municipal et les ATSEM sont partie prenante, elles participent en lisant l’imagier régulièrement dans les classes avec les élèves, en particulier, pendant les temps d’accueil.
un document :_Adquisition lexique (PDF de 74.6 ko)

L’imagier sonore
Création d’ imagier sonores afin que les élèves travaillent en autonomie en utilisant les ordinateurs ou la tablette.
_Diaporama Imagier sonore (Powerpoint de 3.1 Mo)

 J’ai …..qui a… ?
Activité réalisée en GS. Groupes de 6 élèves maximum.

J’ai …..qui a… ?
Activité réalisée en GS. Groupes de 6 élèves maximum.
1 élève pose une première carte et dit « j’ai…..qui a… ? » . Il s’agit de nommer ce que l’on a sur la carte et demander qui a l’objet qui est en bas de la carte. Tout cela à tour de rôle.
L’élève qui a la carte demandée, répond et il enchaîne en lisant sa carte. Le jeu se termine lorsque toutes les cartes ont été lues (on revient à la première
Activités à faire aussi à la maison avec les parents

Les enseignants ont réfléchi afin de concevoir et fabriquer des jeux à partir des photos de l’imagier : memory, images séquentielles, marque-pages, etc. Ces jeux sont mis dans des pochettes et donnés ensuite aux familles. Chaque jeu est accompagné d’une fiche explicative et les parents ont la possibilité de donner leur avis sur la fiche prévue à cet effet dans la pochette.
D’autres pochettes ont été créées dans la continuité du lexique et de l’imagier autour des albums qui sont lus en classe et le concept a été étendu avec les comptines apprises en classe.
L’objectif est de faire participer un maximum les parents au projet avant, pendant et après l’exploitation de la thématique ; d’encourager les familles à consulter régulièrement l’imagier avec leur enfant et de préparer les apprentissages de la semaine suivante (inspiré du principe de la classe inversée adapté à la maternelle).
Présentation des activités (durée 02:57) (MPEG4 de 199.5 Mo)

Présentation des activités

Nelly NIAUX , enseignante PS et MS
 Les devinettes (Grande section)
1 fois par semaine, les élèves partent le week-end avec une devinette (5 informations sont données, de la plus éloignée à la plus précise) afin de chercher la solution avec leurs parents.
Dès le retour à l’école, chaque élève a la parole à tour de rôle. Il donne la réponse en relation avec sa devinette, peu importe si elle est juste l’objectif est que l’élève formule une idée ; c’est une façon de catégoriser et d’être logique pour faire ressortir parmi tous les mots appris, celui qui est demandé.
 L’imagier lecture du week-end (PS)
un_eleve_un_imagier__imagier_du_week_end

Premiers bilans
 Année 1 (2017-18) : évaluations régulières dans les classes des progrès des élèves et bilan en conseil de cycle (1 par période), bilans réguliers avec les familles et accompagnement plus personnalisé (familles allophones et/ou illettrées) sous forme d’ateliers participatifs, mise en place d’outils pédagogiques en lien avec l’imagier dans le cadre d’une programmation lexique sur les 3 cycles
 Année 2 (2018-19) : mise en place d’outils d’évaluation en équipe, formation de l’équipe enseignante avec l’AFaLaC
(Association Familles Langues Culture) pour création d’outils multi linguistiques, extension du principe des sacs « école/famille » (comptines, imagiers fabriqués, jeux et albums)
 2019 : bilan année 2, amélioration des outils et mise en place du site d’école (hébergé par le Rectorat création des imagiers sonores en français à partir de l’imagier papier (enregistrements réalisés par les enseignants et par les élèves) et langues d’origine. Pour les familles non francophones (nombreuses nationalités différentes), il était important de valoriser les langues d’origine grâce à l’imagier en les invitant à l’utiliser dans les 2 langues, dans la langue d’origine et en français. Les imagiers sonores sont mis à disposition des familles via le site de l’école.

Paroles des enseignants, de l’équipe de la maternelle et des parents
Présentation du projet - Témoignages (durée 04:21) (MPEG4 de 300.3 Mo)

Paroles de Mme Dantez, directrice de l’école
« Nous venons de vivre l’année 2 de ce projet et les résultats pour les cohortes 2013 et 2014 sont très encourageants en particulier pour les enfants de 2014 qui ont bénéficié du projet depuis leur scolarisation en septembre 2017 : Tous les enfants ont progressé, y compris les élèves allophones. Aucun enfant n’est resté mutique sur aucune des sections même parmi les 10 TPS (nés en 2016) accueillis dans l’école. En fin d’année, les élèves de PS (nés en 2015) sont tous entrés dans la catégorisation ».
Samantha Danthez directrice de l’école

Paroles des parents
« C’est très positif, ça nous permet d’apprendre aux enfants les vrais mots » « A la maison, la grande sœur va prendre le livre (l’imagier), le montrer à son petit frère et lui apprendre les mots » « Même pour nous..ça nous permet de revoir le vrai mot pour chaque objet » « Les enfants apprennent à la maison à n’importe quel moment de la journée même quand ce n’est pas le moment des devoirs »
(Ornella et Thierry, parents d’un garçon en petite section et d’une fille en grande section)

Sur plusieurs pages
Portfolio

Extrait de ac-poitiers.fr du 25.05.20

 

Rechercher sur le mot soyaux

Répondre à cet article