> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Actions autres ou pluridisciplinaires) > B* Un voyage interdisciplinaire dans le Périgord sur le thème "Sciences ou (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Un voyage interdisciplinaire dans le Périgord sur le thème "Sciences ou pseudo-sciences ?" pour les 3e latinistes du collège REP+ Iqbal Masih de la Plaine-Saint-Denis (93)

14 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Contact : camille.ducrot@ac.creteil.fr

Sciences ou pseudo-sciences, un voyage scolaire à Montrem

Les élèves latinistes de 3e du collège REP+ Iqbal Masih (La Plaine Saint-Denis) sont partis envvoyage scolaire dans le Périgord en octobre 2019, à la suite d’un projet amorcé au printemps précédent. Ce projet, intitulé "Sciences ou pseudo-sciences ?", a été organisé par leurs enseignantes de trois disciplines : latin (Langues et cultures de l’Antiquité), sciences physiques, et infodocumentation.
Alors que trois autres voyages et projets pédagogiques ont précédé celui-ci, le projet de 2019 a paru être le plus réussi des quatre sur le plan pédagogique. Au fil du projet et du voyage, les élèves ont été capables de formuler des réflexions de plus en plus complexes, en utilisant par eux-mêmes un vocabulaire précis et des raisonnements scientifiques avec lesquels le projet avait précisément
l’ambition de les familiariser. L’impression positive perçue par les enseignantes au cours des ateliers successifs a été confirmée par la richesse de ces restitutions informelles et par la qualité des affiches rédigées par les élèves en fin de projet.

C’est pourquoi il nous a paru intéressant de partager notre expérience auprès du réseau OZP, en revenant sur les particularités de ce projet et sur les choix pédagogiques qui nous ont semblé pertinents. Après avoir présenté l’objectif pédagogique du projet, puis son déroulement, nous développerons ce que nous avons identifié comme les outils d’une cohérence pédagogique réussie.

1- L’objectif pédagogique du projet

a. Un projet interdisciplinaire : "Sciences ou pseudo-sciences ?"
Le projet au centre de ce voyage était un projet interdisciplinaire construit sur le thème "Sciences ou pseudo-sciences". Son objectif était de travailler avec les élèves la démarche intellectuelle scientifique qui est au coeur de nos trois disciplines : les langues et cultures de l’antiquité, les sciences physiques, et l’info-documentation. Il s’agit d’aider les élèves à construire des pensées complexes, en croisant les mêmes notions et les mêmes méthodes dans des domaines en apparence très distincts à leurs yeux : la discipline du "latin" et l’étude de l’histoire ancienne, la physiquechimie, avec la construction du savoir en astronomie, et l’information auprès des médias en ligne.

La transversalité de ces disciplines vise à encourager les élèves à décloisonner leurs apprentissages et à pratiquer le raisonnement comme un outil universel, utilisable dans tous les domaines, ce qui pourrait avoir des bénéfices au-delà même des disciplines du projet.

b. Apprendre en voyage
Le projet était en outre structuré autour du voyage à Périgueux et de sorties, afin de travailler dans des lieux différents, avec des formes différentes. Les élèves ont ainsi été en mouvement dans des lieux à appréhender et à comprendre : à Saint-Denis, à Périgueux, dans le musée-site de Vesunna, lors de l’observation du ciel, facilitée en zone rurale, ou encore dans la grotte de Rouffignac, lors du parcours en petit train.
Ces sorties, qui ont permis de confronter les élèves à de multiples sources primaires, visaient également à encourager leur ouverture culturelle. C’était l’ambition d’un projet travaillant successivement sur l’archéologie de Saint-Denis puis dans d’une ville inconnue, appartenant à un territoire très différent : rural au sein du centre d’hébergement, et une ville moyenne en ce qui concerne Périgueux. Nous avons dans ce but mis à profit nos liens avec différents partenaires, pour élargir les expériences culturelles des élèves : l’Unité d’Archéologie de la ville de Saint-Denis
(UASD), le Musée Vesunna, ou encore la grotte de Rouffignac pour évoquer le passé préhistorique du Périgord. Évoquons également le Musée d’Art et d’Archéologie du Périgord (MAAP), ou les Archives départementales de Dordogne, avec qui nous avons aussi travaillé certaines années dans cette perspective : c’est pour des raisons de calendrier ou de cohérence pédagogique que nous n’avons pas utilisé ces ressources pour ce voyage-ci.

c. Activité de pleine nature avec compétences transversales
La présence de l’activité de pleine nature dans le programme est un choix lié au projet. Les élèves, via la course d’orientation ou l’activité d’accrobranche, sont en contact avec ce monde rural qu’ils connaissent parfois peu. Ils sont invités à développer leur autonomie, individuellement et en groupe, et à expérimenter l’importance des règles pour la sécurité personnelle. L’observation du ciel permet
également aux élèves de prendre conscience de leur position dans cette nature et dans l’espace.

2- Le déroulement du projet
C’est du 14 au 19 octobre 2019 que les élèves latinistes du collège Iqbal Masih sont partis au centre de vacances de Montrem, à vingt minutes de Périgueux, alors qu’ils étaient en classe de 3e. Le voyage a été préparé par des sorties et ateliers introductifs, et a été suivi de séances conclusives une fois de retour à Saint-Denis.

a. Avant le voyage
À Saint-Denis, une série d’activités a permis de préparer le voyage avec les élèves, en fin de 4e ou en début de 3e.
En mai 2019, les élèves ont bénéficié de deux séances introductives avec un médiateur de l’UASD.
La première séance a consisté en une conférence et des activités autour des notions de sources en Histoire, avec une activité de classement d’exemples selon les différents types de sources. Puis, en sortie à l’UASD, les élèves ont mis ces notions en application, en ateliers par groupes : ils ont reconstitué l’histoire d’un lieu particulier de la ville de Saint-Denis (le jardin Pierre de Montreuil) en classant et analysant les sources à ce sujet, avant d’aller observer les traces du passé dans le jardin lui-même.
À la rentrée de 3e, en septembre 2019, le projet a repris par une visite au planétarium de la Cité des Sciences : les élèves ont assisté à une animation sur le thème "Le Soleil, notre étoile source de vie", Compétences et savoirs développés au cours du voyage :
→ Travailler la notion de démarche scientifique.
→ Travailler la notion de source : autorité, validation.
→ Expliquer, par l’histoire des sciences et des techniques, comment les sciences évoluent et influencent la société.
→ Identifier les différentes échelles de structuration de l’Univers.
→ Se repérer dans l’espace et dans le temps.
→ Développer des connaissances sur la civilisation gallo-romaine.
→ Développer des connaissances linguistiques et culturelles pour interpréter des sources.
→ Étudier et comprendre l’histoire de la ville.
→ Découvrir les métiers liés à l’histoire.
qui présente comment les savoirs sur l’astronomie (et en particulier sur notre vision du Soleil) se sont développés jusqu’à nous. À partir de cet atelier, les élèves ont également été invités à réfléchir au ciel observé par les Gallo-Romains.
En parallèle, en cours de sciences physiques, les élèves ont eu un travail d’astronomie à effectuer à partir, entre autres documents, d’une carte du ciel datée de leur futur séjour. Ce travail a permis d’aborder différents thèmes, entre autres :
- les constellations : comprendre la différence entre les étoiles et les planètes d’une part, et les constellations (projections sur la voûte céleste) d’autre part. Voir que la nomenclature astronomique vient principalement des Grecs anciens et donc ensuite du latin.
- le zodiaque : comprendre la différence entre le zodiaque astrologique (douze signes astrologiques et leur interprétation : croyance et non science) et le zodiaque astronomique (observation scientifique du zodiaque de treize constellations).
En septembre, en cours de latin, la séquence sur l’apprentissage du datif a pris pour support des inscriptions du musée Vesunna, avec photographies des supports réels des inscriptions. Les élèves ont ainsi réactivé leurs connaissances sur la critique des sources, et ont notamment utilisé la critique externe et matérielle des supports d’inscription. Cela a permis de faire le lien entre compréhension de la langue et contexte d’écriture. Une inscription a été traduite par les élèves en classe, et la
suivante était présente dans la brochure du voyage, sous forme d’un concours de traduction facultatif, auquel ont participé quatre petits groupes d’élèves.

b. Pendant le voyage [...]

Lire le texte intégral
en version Word

ou en Pdf

Source : correspondance

 

Rechercher sur le mot iqbal

Répondre à cet article