> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales en Maternelle > Maternelle (Actions autres ou interdisciplinaires) > B* Espace partagé et co-éducation à l’école maternelle REP+ Herriot de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Espace partagé et co-éducation à l’école maternelle REP+ Herriot de Perpignan

16 novembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Espace partagé et co-éducation

QUOI ?

L’aménagement de la classe répond aux besoins et implicites d’une pratique pédagogique donnée. Dans notre cas il s’agit de penser un aménagement qui soit flexible, facilement adaptables aux besoins spécifiques d’une activité. Le mobilier peut facilement être déplacé par les élèves afin de répondre aux nécessités d’une activité. Les domaines d’activité sont identifiés par les couleurs sur les meubles, favorisant ainsi l’autonomie des élèves dans la prise en charge de leurs apprentissages.

Les parents qui sont invités à participer en classe dans le cadre d’ateliers se repèrent facilement dans ce dispositif.

Le couloir attenant et la cour sont investis afin d’y mettre en place des activités qui se prêtent à l’espace (roulade dans le couloir, jeu du cafetier…, jeux de cour, jardinage, cueillette de fruits de saisons dans la cour ou le jardin).

Ce qui est innovant, c’est la liberté laissée aux élèves de décider du moment où ils désirent investir ces espaces.

ExpérimentationRecherche

Travail éclairé par les rencontres virtuelles avec Laurent Jeannin afin d’observer, et analyser les déplacements des élèves par exemple, leur autonomie dans le choix des activités et le déplacement du mobilier pour répondre à des besoins particuliers.

Formation dans le centre expérimental de formation du mas Bresson (66000)

Travaux de J. Bossis, D. Diller, Rapports sur Regio Emilia, F Oury, Fisher, Moulin, Fabre
Padlet

QUI ?

1 membre(s) dans l’équipe - 5 partenaire(s)

Cette action est innovante parce qu’elle implique les différents acteurs de la communauté éducative, ainsi que les élèves. Les aménagements sont discutés entre les élèves, l’ATSEM et l’enseignante. Ils ont pour objectif de répondre aux besoins de tous, aussi l’avis, les remarques et propositions de chacun sont étudiées en conseil d’enfants. Elles sont testées dès lors qu’elles sont retenues, avant d’être adoptées ou rejetées.

Les parents sont aussi force de proposition. Ils interviennent régulièrement en classe, et à ce titre sont en capacité de proposer des aménagements qui faciliteraient leurs interventions par exemple. Certains aménagements peuvent être réalisés sur le moment pour répondre à un besoin identifié, comme le déplacement de tables, de poufs … Ils sont alors réalisés par les élèves dans le cadre de leur activité en autonomie puis sont remis en place après usage.

Partenaires
école maternelle [REP+] Debussy
participation à la mise en place des espaces

Du : 18/11/2019
Au : 31/08/2020
école maternelle [REP] JJ Rousseau
participation à la mise en place des espaces

Du : 18/11/2019
Au : 31/08/2020
ecole maternelle [REP+] Lamartine
participation à la mise en place des espaces

Du : 18/11/2019
Au : 31/08/2020
AGEEM
réflexion collective, accompagnement

Du : 01/09/2018
Au : 31/07/2021
Inspection de Perpignan 1
accompagnement

Du : 28/01/2019
Au : 09/07/2021
Les participants

25 élève(s)

1 enseignant(s)
0 autre(s) participant(s)

OU ?

PERPIGNAN 1, Montpellier (011)

Ecole maternelle - Scolarisation à 2 ansMaternelle Petite sectionMaternelle Moyenne sectionMaternelle Grande section

L’école se trouve en REP+ à Perpignan. Elle accueille des enfants dont les familles ne connaissent pas nécessairement les codes de la culture scolaire française. La moitié d’entre eux ne possèdent pas la langue française, langue de scolarisation. Beaucoup ont du mal à s’exprimer. Ils sont culturellement très maternés, leurs désirs sont anticipés par leurs mères. Ils n’expriment pas de désirs ou de souhaits particuliers.

Demander à ces enfants de devenir des acteurs de leur environnement, de choisir, de participer à la prise de décision est novateur. Ils apprennent l’autonomie au quotidien : se prendre en charge, s’habiller…, mais aussi l’autonomie de penser et d’agir. Ils sont force de proposition, ils sont entendus et écoutés. Ils prennent conscience de l’importance de leur parole et de leurs actes.
Établissement(s)

POURQUOI ?
Problème identifié

Les familles qui ont eu une mauvaise expérience à l’école sont souvent anxieuse lorsque leur enfant entre à l’école. Elles craignent de revivre ce qu’elles ont connu. Cette crainte est perceptible par l’enfant qui se trouve dans une sorte de conflit de loyauté. Il ne peut pas s’épanouir à l’école. Les familles issues d’une immigration récente ne connaissent pas les codes de l’école française. Ces deux types de familles ont besoin d’être rassurées. Il faut les mettre en confiance.

Aménager la classe avec des espaces aérés, clairement identifiés, dans lesquels elles sont invitées à prendre place, permet de les rassurer. Leur expliquer le fonctionnement des espaces, leur permettre de les vivre avec leurs enfants permet de gagner la confiance des familles qui savent trouver les mots pour rassurer, si besoin, leur enfant. Libéré de toutes ces craintes, l’enfant est disponible pour devenir élève et gagner en autonomie.

Indicateur(s) qualitatif(s)

Les indicateurs qualitatifs me semblent plus pertinents. Intérêt croissant pour les activités d’apprentissages scolaires ou pas. Réorganisation de la partie mobile de l’aménagement de la classe tout au long de la journée pour répondre aux besoins des activités. Déplacement des élèves en petit groupes ou individuels pour répondre à une envie, et plus en « masse ». Répartition des élèves dans l’espace libéré au milieu de la salle. Ils prennent possession de l’espace et de ses possibilités en autonomie.

QUAND ?

Du 01/09/2019 Au 31/08/2021

COMMENT ?

Réflexion personnelle alimentée par des rencontres avec des collègues, une inspectrice : Mme Sicard, Mme Pons Gralet … Suite à une formation suivie à L’IFE de Lyon sur la gestion des élèves perturbateurs, j’ai pris conscience de l’importance des aménagements comme la création d’espaces, véritables sas de décompression pour les élèves dits perturbateurs. Je me suis alors intéressée à l’aménagement de ma classe, ou plus précisément à essayer de percevoir ce qui agissait et comment cela agissait ou faisait évoluer les postures des élèves. C’est donc naturellement que j’ai pris conscience que ce qui modifiait les postures des élèves, modifiait aussi la mienne.

Afin d’aller plus loin, j’ai souhaité essayer de mesurer ces modifications de comportements, de postures, dans le but de permettre à mes élèves de devenir des élèves autonomes, disponibles pour entrer dans les apprentissages. Ce travail sur l’aménagement m’a permis d’accueillir des élèves à besoin éducatif particulier par exemple.

Modalités de mise en oeuvre

Ma classe est un espace épuré dans lequel il « manque » un grand nombre de choses. L’idée est de stimuler les élèves, faire naitre chez eux l’envie, mais aussi leur permettre de construire une classe à leur image. Une classe qui réponde à leurs besoins, un espace dans lequel ils se sentent bien. Par exemple je peux apporter un poupon, mais pas de lit, ni de vêtement…. La classe s’aménage au fur et à mesure qu’ils me font des demandes. Nous les consignons et les étudions en conseil des enfants. J’apporte ce que je possède, et ensemble nous étudions la possibilité ou non d’acheter sinon avec la coopérative ce qui manque.

Je mets peu de tables, afin de laisser un espace libre qui sera investi de différentes façons. Jeux libres, construction, ronde, jeu de ballon, espace pique-nique…

En général les parents et les élèves sont surpris, un peu désorientés, mais très vite, une fois que je leur ai expliqué mon projet de construire ensemble la classe dont nous avons besoin, dans laquelle nous nous sentirons bien ils adhèrent et participent activement.

Les stagiaires que j’accueille en qualité de Maitre d’Accueil temporaire sont aussi étonnées d’être dans une classe qui ne ressemble pas à ce qu’elles imaginaient, mais très vite elles prennent possession de l’espace et apprennent à s’y déplacer.

Le fait qu’il y a peu de meubles, permet aux enfants de se déplacer librement et fréquemment. Ils ne sont pas nécessairement assis à une table pour travailler. Pour le coin regroupement j’ai supprimé les bancs. Nous avons des tapis, des coussins, des poufs, ou sommes à même le sol. Le fait que nous soyons en chaussons nous permet d’utiliser tous les espaces, même le sol sur lequel nous pouvons faire des activités d’apprentissages dans tous les domaines. Ce détail plait aux parents, une fois la surprise et les réticences passées. La classe est un espace protégé, dans lequel ils disent fréquemment que l’on est « comme à la maison ».

QUEL BILAN ?

Modalités d’évaluation
Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

Analyse des films réalisés pour étudier les déplacements des élèves au ragadr des activités d’apprentissages menées, des modalités de déplacements, de l’autonomie des élèves dans leurs déplacements et les activités qu’ils entreprennent et réalisent.
Indicateur(s) qualitatif(s)

La réorganisation de la partie mobile de l’aménagement de la classe tout au long de la journée pour répondre aux besoins des activités n’est pas du seul fait des adultes. Les élèves ont des initiatives, ils font des propositions, voire déplacent seuls pour répondre à un besoin ponctuel. Les déplacements des élèves se font maintenant en petit groupes ou individuels. Ils répondent à une exigence à satisfaire. Exigence identifiée. Ils ne suivent plus.... La répartition des élèves dans l’espace libéré au milieu de la salle se construit. Ils prennent possession de l’espace et de ses possibilités en autonomie. Ils installent des activités, voire sont à l’initiative parfois même.

ET APRES ?

Les élèves ont su participer à l’aménagement de leur espace. Penser et faire des propositions qui répondent à leurs besoins. Ils ont ainsi décidé ce qui leur était utile.

Ils se repèrent facilement dans un espace qui évolue, parce qu’ils le conçoivent.

Les parents qui participent à des activités en classe, comme les jeux de société, les ateliers cuisine... comprennent ces modifications que leurs enfants savent expliquer.

L’enfant est non seulement acteur de ses apprentissages qu’il choisit librement en autonomie, mais aussi acteur dans la construction de l’espace classe, dont les aménagements sont essentiellement décidé par et avec lui.

Diffusion
apprendre à lâcher prise Texte
autonomie.pdf 01/10/2019

Cet article est paru dans le Nouvel Educateur en octobre 2019, n°244. J’y relate comment travailler autrement dans un espace différent m’a conduit à apprendre à observer mes élèves autrement, afin de les accompagner différemment.
Développement et suite de l’action

J’accompagne aujourd’hui une collègue en ULIS pour réaménager sa classe afin de répondre aux besoins spécifiques de ses élèves.

Tutrice de mémoires MEEF pour l’université de Montpellier depuis 2018, j’accompagne des étudiantes dans leurs réflexion sur l’aménagement de l’espace et la coéducation. Je les accompagne aussi, lorsque PES elles prennent en charge pour la première fois une classe sur ces thèmes.

Les écoles partenaires, que j’accompagne dans leurs réflexion, Debussy, Lamartine et JJ Rousseau, mettent en place un espace partagé à l’échelle de l’école, selon des emploi du temps décidé par les équipes.

Extrait de innovatheque.fr du 26.11.19->https://innovatheque-pub.education.gouv.fr/innovatheque/consultation-action/6957/nav-context?previousPage=search]

&nbp;

Voir les mots-clés :
Aménagement espace, Architecture (gr 5)/
Parents (Action loc.) (gr 3)

Répondre à cet article