> MATERNELLE, LYCEE, Enseign. PROFESSIONNEL, SUPERIEUR-RECHERCHE > MATERNELLE et PETITE ENFANCE > Maternelle (Rapports officiels) > Le questionnaire DEPP sur les 3 ans ne vise pas à ficher les élèves mais (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le questionnaire DEPP sur les 3 ans ne vise pas à ficher les élèves mais l’utilisation de tels items négatifs va contribuer à banaliser l’approche par les manques (Agnès Florin, Université de Nantes)

2 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Agnès Florin , très critique concernant l’évaluation des enfants de petite section du panel 2021

Agnès Florin, professeure émérite de psychologie de l’enfant et de l’éducation à l’université de Nantes, connue pour ses travaux sur le développement du langage chez l’enfant et l’éducation de la petite enfance, a lu notre article sur le contenu du protocole du Panel 2021 (suivi de la scolarité de 35 000 élèves à partir de la petite section de maternelle). Elle a accepté de répondre à nos questions.

[...] Vous qui avez travaillé avec la DEPP, confirmez-vous que ce Panel 2021 n’a pas pour but de ficher les élèves dès 3 ans ?
Bien sûr que les données recueillies dans les panels ne constituent pas un fichage individuel des enfants (anonymisation des données après traitement statistique), mais l’utilisation de tels items négatifs risque encore de contribuer à banaliser ou à normaliser cette approche des évaluations des enfants de maternelle, dès les débuts de la scolarisation, par les manques, les insuffisances, au lieu de faire la promotion des acquisitions, des progrès, de l’épanouissement des enfants, de leur créativité, de leurs besoins affectifs. Et faut-il rappeler que le ministère de l’éducation nationale a semblé découvrir très récemment l’importance des attachements sécurisés, pour le développement et les apprentissages des jeunes enfants, alors que cette question est une référence en psychologie de l’enfant depuis plusieurs dizaines d’années, après les travaux de Bowlby et d’autres auteurs dans les années 60 ? Du coup, comme me le confiait un formateur impliqué dans la formation continue des enseignants de maternelle, « maintenant, faut faire de l’attachement, faut faire de l’attachement ! ». Pas sûr que cela suffise pour une réelle prise en compte de ces besoins dans les classes de maternelle. À lire ce qu’en a écrit le CSP dans sa note sur la maternelle, citée ci-dessus, avec bien des contresens, c’est loin d’être gagné !

Que pensez-vous des éléments que nous avons pu recueillir concernant la passation sur tablette ?
Quand on voit cette évaluation sur tablette avec des enfants de cet âge et dans les conditions que vous décrivez, on s’interroge sur le sens de telles activités pour des petits (qui, à cet âge aussi, cherchent du sens à ce que les adultes leur proposent et ont un accès familial inégalitaire à ces outils numériques). Leur utilisation avec des petits existe dans le cadre de prises en charge orthophoniques, par exemple, et correspond à d’autres intérêts.

Il reste à compter sur la clairvoyance des enseignants et enseignantes de maternelle …

Extrait de ecolededemain.wordpress.com du 26.02.21

Répondre à cet article