> POLITIQUE DE LA VILLE > Collectivités (Actions locales, Contrats éducatifs, Cucs) > Collectivités (Actions locales) > B* L’architecture au service de toutes les pédagogies pour la rénovation du (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* L’architecture au service de toutes les pédagogies pour la rénovation du collège REP La Justice de Cergy (Le Monde de l’Education)

6 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Au collège La Justice de Cergy-Pontoise, « mettre l’architecture au service de toutes les pédagogies »
Durant dix-huit mois, architectes, designers, élèves et enseignants ont planché sur la rénovation de l’établissement, avec l’ambition de se défaire des modèles très rigides des constructions actuelles.

[...] Pour l’heure, avec son vaste hall, son CDI vitré et ses demi-niveaux, le collège a déjà des atouts et a plutôt fière allure comparé aux très nombreux établissements scolaires construits dans les années 1960 et 1970. Une époque où, selon Julien Cahon, historien de l’éducation et maître de conférences à l’université de Picardie Jules Verne, « la pression démographique était telle qu’il fallait construire vite et pas cher ». Depuis, la pression démographique a diminué, mais les normes de construction très strictes imposées par l’éducation nationale sont restées.
Conséquence, derrière les façades, aujourd’hui encore, les écoles, collèges et lycées se ressemblent tous. Ils se composent d’un ou de plusieurs bâtiments, le plus souvent un rectangle, qui abrite des salles de classe standardisées de 50 à 60 mètres carrés, desservies par un couloir donnant sur un escalier à chaque extrémité.

« C’est un modèle architectural très rigide qui s’inspire de celui des casernes de l’armée du XIXe siècle, et qui a, avant tout, vocation à assurer le contrôle des élèves », déplore Erik Mootz, architecte à l’agence Mootz et Pelé Architectes. Et quand la créativité architecturale existe, « elle ne concerne que l’enveloppe du bâtiment, le réfectoire ou le CDI, mais tout le reste demeure très figé », admet Patrick Tondat, directeur général adjoint des services chargé du pôle « Lycées » à la région Ile-de-France.

Extrait de lemonde.fr du30.03.21

 

Pour l’heure, avec son vaste hall, son CDI vitré et ses demi-niveaux, le collège a déjà des atouts et a plutôt fière allure comparé aux très nombreux établissements scolaires construits dans les années 1960 et 1970. Une époque où, selon Julien Cahon, historien de l’éducation et maître de conférences à l’université de Picardie Jules Verne, « la pression démographique était telle qu’il fallait construire vite et pas cher ». Depuis, la pression démographique a diminué, mais les normes de construction très strictes imposées par l’éducation nationale sont restées.

 

Pour l’heure, avec son vaste hall, son CDI vitré et ses demi-niveaux, le collège a déjà des atouts et a plutôt fière allure comparé aux très nombreux établissements scolaires construits dans les années 1960 et 1970. Une époque où, selon Julien Cahon, historien de l’éducation et maître de conférences à l’université de Picardie Jules Verne, « la pression démographique était telle qu’il fallait construire vite et pas cher ». Depuis, la pression démographique a diminué, mais les normes de construction très strictes imposées par l’éducation nationale sont restées.

 

Voir le mot-clé Aménagement espace, Architecture (gr 5)/

Répondre à cet article