> ACTEURS et PARTENAIRES (Identité et Statut). Liste des sous-rubriques et (...) > Enseignants (Identité professionnelle) > Enseignants (Dossiers et Guides, Actes, Positions sur les) > Déconfinement. "Les enseignants sont-il des lâches ?" (tribune de Sylvain (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Déconfinement. "Les enseignants sont-il des lâches ?" (tribune de Sylvain Grandserre sur son blog de Mediapart)

4 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Les enseignants sont-ils des lâches ?
PAR SYLVAIN GRANDSERRE BLOG : LE BLOG DE SYLVAIN GRANDSERRE
Un chantage à l’héroïsme pousse certains à vouloir comparer les marques et manques de courage, avérés ou supposés, des différentes professions face à l’épidémie. Le dévouement des personnels soignants est ainsi parfois opposé aux atermoiements des professeurs lors de la réouverture des écoles, attitude interprétée comme de la lâcheté. Et si les plus couards étaient ceux auxquels on ne pense pas* ?

Constatant l’inefficacité - pourtant prévisible - de la prétendue « continuité pédagogique » vantée par le ministre de l’Éducation nationale, les professeurs des écoles auraient pu se jeter sur l’opportunité qui leur était offerte de retrouver leurs élèves dès le 12 mai. Or, la seule perspective de revoir quelques enfants, dont elle était pourtant séparée depuis deux mois, n’a pas suffi à rendre la corporation enthousiaste. Bizarre. On imagine mal les professionnels de la santé autant tergiverser au moment de perfuser. Pressentant la situation, c’est d’ailleurs ce que sous-entendait le directeur de Libération, Laurent Joffrin, dans son éditorial du 4 mai : « Dans une France qui reprend peu à peu le travail, devrait-on faire une exception pour les enseignants, surtout quand les soignants ont donné l’exemple de la continuité du service public ? ». Mince alors, les récalcitrants, en plus d’être veules, trahiraient l’idéal démocratique républicain qu’incarne le service public à la française. On croirait surtout entendre un supporter de foot ventru, tranquillement installé dans son canapé, qui vocifère entre deux poignées de chips contre des joueurs trop peu véloces ! [...]

Extrait de mediapart.fr du 02.06.20

Répondre à cet article