> MATERNELLE, LYCEE, Enseign. PROFESSIONNEL, SUPERIEUR-RECHERCHE > MATERNELLE et PETITE ENFANCE > Crèches et autres modes de garde > Les annonces de la création de 100 000 places de crèche par Nadine Morano et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les annonces de la création de 100 000 places de crèche par Nadine Morano et de l’expérimentation des jardins d’éveil en septembre relancent la polémique sur la scolarisation des 2-3 ans

7 avril 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du Journal du dimanche du 05.04.09 : Morano : " Nous allons créer 100 000 places de crèche"

Après avoir présenté mercredi un projet de loi visant à faciliter l’adoption nationale, Nadine Morano annoncera cette semaine la création de 100 000 places en crèche. La secrétaire d’Etat à la famille est sur tous les fronts. Sans abandonner pour autant son projet de loi sur le statut de beaux-parents. Extraits.

Lire la suite de l’article

 

Le communiqué du SNUipp du 05.04.09 :

Nadine Morano secrétaire d’Etat à la famille et Xavier Darcos, ministre de l’Education Nationale viennent d’annoncer l’expérimentation de jardin d’éveil dans les écoles maternelles en septembre 2009.
Le ministre avait pourtant affirmé que les conditions d’inscriptions à l’école maternelle n’étaient pas modifiées à la rentrée 2009 : il s’agit bien avec cette annonce, de substituer à l’école maternelle, lieu d’éducation et d’apprentissage, une garderie beaucoup plus coûteuse pour les familles.
De plus l’annonce du financement partiel de 8000 places à la rentrée 2009 ne peut cacher la baisse régulière de la scolarisation des élèves de moins de trois ans à l’école maternelle.
En effet le taux de scolarisation des enfants de moins de 3 ans est passé de 35,4 % en 2000 à 21,3 % à la rentrée 2008 (chiffres MEN) : ce sont 14 000 élèves supplémentaires qui chaque année ne trouvent pas de place à l’école maternelle ! Pour maintenir le même taux de scolarisation en 2008 qu’en 2000 il aurait fallu inscrire 113 000 élèves supplémentaires !

Ainsi au temps des excuses après les propos blessants prononcés vis à vis des enseignants de maternelle n’aura pas succédé le temps des mesures positives en faveur des élèves.

Alors que l’intérêt des enfants nécessite de travailler la complémentarité et la continuité entre les structures d’accueil de la petite enfance et l’école maternelle, cette mesure cache mal la volonté d’économiser des postes à l’école maternelle, de remettre en cause le principe de gratuité et d’aboutir à une réduction des ambitions du service public d’Education. Cette mesure revient sur la loi actuelle qui prévoit la scolarisation des enfants de moins de trois ans, en priorité, dans les écoles situées dans un environnement social défavorisé.

Pour le SNUipp, l’école maternelle est une véritable école. Première scolarisation des élèves, authentique lieu de prévention et de lutte contre les inégalités, elle mérite mieux que des a priori et des polémiques. Le SNUipp réaffirme la nécessité de scolariser tous les enfants dont les familles en font la demande y compris à partir de l’âge de deux ans. Il appelle les enseignants des écoles et les parents à multiplier les initiatives en faveur d’un développement de l’école maternelle.


Le communiqué du SE-UNSA du 06.04.09

Jardins d’éveil ou comment Mme Morano « plante » l’école maternelle

L’annonce officielle par Nadine Morano du lancement d’une expérimentation de « jardins d’éveil » est-elle une bonne nouvelle pour les 2-3ans et leur famille ? Non, pour le SE-UNSA.

Les choix budgétaires indiquent que cette nouvelle structure sert de paravent à la diminution de l’offre d’accueil globale des 2 ans. Les « jardins d’éveil », payants, pourraient concerner 8 000 enfants maximum. Parallèlement, les suppressions d’emplois ont diminué de 30 % les capacités d’accueil gratuit des tout petits en maternelle !
Quand on fait émerger des solutions payantes d’un côté et que l’on fait disparaître en plus grand nombre des solutions gratuites de l’autre, on voit dans quel sens on veut faire bouger la balance. La Cour des Comptes en a fait la démonstration dans son rapport de septembre 2008.

Par ailleurs, c’est faussement que cette nouvelle offre de garde est présentée par Mme Morano comme une structure de transition inspirée des classes passerelles. Ces dernières préparent la transition vers l’école maternelle pour les enfants, prioritairement ceux qui n’ont pas connu la collectivité. Au-delà des précautions oratoires, les jardins d’éveil de Mme Morano visent à concurrencer l’école maternelle sur des objectifs éducatifs proches.

Pour le SE-UNSA, il devrait y avoir place en France pour un vrai débat sur la politique d’accueil de la petite enfance. Organisation représentative de personnels qui y participent, le SE-UNSA est prêt à y contribuer avec tous les acteurs concernés. Il y aurait alors une autre voie que la caricature pour traiter de la complémentarité des modes d’accueil et pour répondre à la fois aux besoins des familles et à l’intérêt des enfants.

&nbsp

Extrait de lexpresso.fr du 09.04.09 : Jardins d’éveil : Darcos sous pression

"Nous ne cautionnerons pas l’expérimentation des jardins d’éveil et nous serons amenés à dénoncer la Déclaration commune" prévient l’Ageem, association d’enseignants en maternelle.
(...)
L’annonce le 5 avril, par Nadine Morano, de la création à titre expérimental de jardins d’éveil, installés dans les écoles maternelles, mais sans personnel enseignant et payés par les parents, remet tout en question.
(...)

Lire l’article intégral

&nbsp

Extrait de lemonde.fr du 09.04.09 : Le gouvernement veut développer des "jardins d’éveil" payants pour les petits de 2 à 3 ans

Les premiers jardins d’éveil devraient voir le jour à l’automne 2009 : installées dans des écoles ou des locaux municipaux, ces structures accueilleront les enfants âgés de 2 à 3 ans. La secrétaire d’Etat à la famille, Nadine Morano, a annoncé, mardi 7 avril, que le financement de 8 000 places d’ici à 2012 était inscrit dans la convention d’objectifs et de gestion de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF).

Lire la suite de l’article

Répondre à cet article