> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > Ouverture sociale > Les conventions ZEP - Sciences Po > Les IEP en région > Sept Sciences Po de région maintiennent le concours écrit mais visent à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Sept Sciences Po de région maintiennent le concours écrit mais visent à développer l’équité sociale. "Discrimination positive des étudiants : une révolution à bas bruit" (Le Monde)

12 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Les Sciences Po de région maintiennent un concours écrit
Sept IEP font un choix différent de celui de Paris pour leur entrée sur Parcoursup : ils conservent des épreuves écrites réajustées afin de maintenir « exigence » et « équité » entre les candidats.

[...] « Deuxième chance »
Pour ces sept instituts, qui comptent plus de 30 % de boursiers du supérieur en moyenne, la volonté d’assurer « une forme d’équité » a prévalu à ce maintien des épreuves écrites d’histoire, de questions contemporaines et de langues vivantes que passeront les candidats lors d’une même journée, fixée au 18 avril 2020. Des écrits nationaux, communs à tous, anonymes, qui permettent de donner « une deuxième chance » à chacun, plaide-t-on du côté des écoles, alors qu’un jeune peut évoluer fortement entre la seconde et la terminale.

[...] Reste un levier sur lequel les sept Sciences Po comptent s’appuyer pour recruter des profils plus divers dans leurs murs : le dispositif d’accompagnement des lycéens de première et de terminale vers le concours et l’enseignement supérieur, qu’ils développent déjà auprès de 3 000 jeunes de première et terminale chaque année – neuf sur dix sont boursiers. Une réflexion est en cours pour valoriser la participation à ce dispositif dans l’admission aux IEP.

Surtout, à compter de 2020, des quotas de boursiers du secondaire vont désormais s’appliquer à l’entrée des Sciences Po de région, ce qui pourrait permettre d’attirer plus de candidats issus des milieux les moins favorisés.

Extrait de lemonde.fr/campus du 10.07.19

 

Discrimination positive des étudiants, une révolution à bas bruit
Des quotas de boursiers vont être mis en place à l’entrée des instituts d’études politiques, qui vont rejoindre la plateforme Parcoursup.

« On est en train de faire ce que la France a toujours vu avec beaucoup de répulsion : des quotas, constate le sociologue François Dubet. On va tenir compte des origines sociales, et cela est bien plus décisif que le choix de la forme de sélection entre oraux, dossier ou épreuves écrites. » « C’est une révolution pour l’enseignement supérieur sélectif », poursuit Vincent Tiberj, professeur de sociologie en charge du groupe de travail sur la réforme des modalités d’entrée à Sciences Po Bordeaux. Lui, comme nombre d’observateurs n’ont pas manqué d’être surpris, aucun ne s’attendait à ce qu’une telle mesure passe si facilement, au pays du concours républicain, censé mettre tout le monde sur un pied d’égalité.

Extrait de lemonde.fr du 10.07.19

 

Note du QZ : Cet article remplace celui qui reprenait une information du Point du 24.06.19.

 

Voir au milieu de la colonne de gauche la liste des MOTS-CLES de cet article,
en particulier le mot-clé du groupe 5 : Discrimin. positive (concept) (gr 5)/

Croiser le mot-clé choisi avec d’autres (repérer sa place dans le groupe-colonne avec les *)

Voir en haut de la page le chemin de la RUBRIQUE de cet article Les IEP en région (les sous-rubriques d’Ouverture sociale donnent des résultats très fins, beaucoup plus que le seul mot-clé correspondant)

Répondre à cet article