> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE > PRE et REUSSITE EDUCATIVE > PRE (Etudes) > "La place des familles dans les projets de réussite éducative" Compte rendu (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"La place des familles dans les projets de réussite éducative" Compte rendu de la journée de RésO Villes (sept. 2011, 8 p.) à Saint-Herblain avec la restitution des deux enquêtes de l’Acsé

5 juillet 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

La place des familles dans les projets de réussite éducative - Res­ti­tution de l’enquête de l’Acsé 27 sep­tembre 2011, Saint-​​Herblain

Le 27 septembre 2011, l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé), les Directions Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS) de Bretagne et Pays de la Loire, RésO Villes et l’Association Nationale des Acteurs de la Réussite Educative (ANARE) organisaient, à Saint-Herblain, une journée consacrée à la place des familles dans le projet de réussite éducative.

 

En 2010 avec le recul nécessaire pour mener des études pertinentes l’Acsé lançait deux enquêtes :
• Une enquête sur la place des familles dans les projets de réussite éducative,
• Une enquête sur les personnels salariés du programme de réussite éducative.

Pour l’Acsé si les enfants des quartiers « sensibles » sont la « cible » première du programme de réussite éducative, les parents doivent y occuper, selon les textes fondateurs, une double place. « Partenaires » des parcours éducatifs de leurs enfants dans la qualité de premiers éducateurs, ils peuvent aussi devenir « bénéficiaires » du programme. L’Acsé a souhaité comprendre comment les projets locaux mettent en place, de manière concrète, la coopération avec les familles : comment relèvent-ils le défi de bâtir des relations de partenariat (donc d’égalité) avec des parents marqués par la souffrance sociale ? Quelles compétences et qualifications mobilisent-ils ? A quelles situations des parents, les projets locaux ont-ils su répondre de manière efficace et respectueuse ?

Le cabinet ARESS, mandaté pour réaliser cette étude, a mené l’enquête dans 24 villes, les chercheurs y ont rencontré les élus, les familles, les professionnels et aussi les enfants. Pour ce qui concerne les régions Bretagne et Pays de Loire, deux collectivités étaient concernées par l’enquête : Nantes et Brest.

Voir en ligne le compte rendu des journées

 

"Le rapport à l’école
Parmi les freins à la sco­la­ri­sation des enfants, le rapport dif­ficile des parents à l’école est majeur : la question du langage, quand ce n’est pas celle de la langue, pèse dans ce rapport tout autant que les repré­sen­ta­tions réci­proques. Si les parents ont une mau­vaise image de l’école (lorsqu’elle déva­lorise les métiers manuels, par exemple) et qu’ils ne peuvent pas com­mu­niquer avec ses repré­sen­tants, le par­cours sco­laire de l’enfant est com­promis.
Qu’est-ce qu’un bon ou un mauvais parent pour l’école ? Des cri­tères eth­niques ou culturels inter­viennent parfois… Il existe une ten­dance, liée à une com­mande implicite, à trouver des modes pour rendre les parents plus « adaptés » à l’école (avec l’aide des asso­cia­tions pour de meilleurs résultats). Et les espaces de médiation, espaces phy­siques, restent proches de l’école, ce qui peut intro­duire une dis­tance entre la posture des parents et les attendus de l’école.

Les expé­riences du type « Ouvrir l’école aux parents », consistent à créer des espaces et des temps par­tagés entre enfants et parents dans le cadre de l’école. Lorsque ces démarches se mène en parallèle avec les ini­tia­tives d’un centre social en faveur de la paren­talité, cela peut pro­duire des effets non-​​attendus sur les­quels il faut être vigilant.
Il peut y avoir un certain anta­go­nisme entre les parents qui se sentent plus proches de l’école et les parents por­teurs d’un sen­timent d’infériorisation vis-​​à-​​vis de l’école, qui, souvent, se sentent davantage sécu­risés au sein du centre social."

Extrait de prisme-asso.org du 14.06.12 : http://www.prisme-asso.org/spip.php...

 

Lire le compte rendu des deux enquêtes de l’ACSé publiées dans "Repères", n°1, mai 2011 (4 p.)

Répondre à cet article