> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > VIE SCOLAIRE (Climat, Décrochage, Internats, Milieu rural, Pauvreté, Rythmes, (...) > SANTE en EP et QPV > Santé (Positions, Protestations) > Contribution du syndicat des médecins scolaires (UNSA) sur la santé dans la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Contribution du syndicat des médecins scolaires (UNSA) sur la santé dans la notion de "réussite éducative" et son intégration dans le socle commun

20 septembre 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

SNMSU - UNSA éducation

La réussite éducative : une question de promotion de la santé

Comme telle, cette idée [de réussite éducative) apparait dans le Plan de cohésion sociale, loi de programmation pour la cohésion sociale du 18 janvier 2005 qui comporte, dans son volet « égalité des chances », un
volet concernant la réussite éducative avec la création de dispositifs dits « de réussite éducative ».
La réussite éducative est un dispositif national qui s’adresse prioritairement aux enfants et aux adolescents de 2 à 16 ans scolarisés dans des établissements des premier et
second degrés relevant des zones d’éducation prioritaire et/ou habitant dans des quartiers inscrits dans la géographie de la politique de la ville.

Si cet axe de politique s’adressait à des populations ciblées, l’impulsion semble avoir été réduite ces derniers temps à des projets (internat) ou des territoires spécifiques (zone ECLAIR).

Pour autant, l’idée de réussite éducative a cheminé et est bien plus que la simple réussite scolaire. Lorsqu’on aborde ce concept de réussite éducative, il n’est pas simple de le clarifier ; il varie selon ceux qui le définissent, selon qu’ils sont dans le système de l’éducation ou dans un organisme de santé ou communautaire, etc.

La réussite éducative pourrait être définie comme une visée du développement global des
jeunes au niveau physique, intellectuel, affectif, social, moral. Elle vise le bien-être, ou
l’accomplissement de soi. Elle vise à former de futurs citoyens, libres et responsables de leur
destin.

[...] Le socle commun doit prendre en compte notamment la vie affective et sexuelle, les modes de
consommation, la relation avec les autres et l’estime de soi. La démarche de santé doit reposer
sur des stratégies collectives et individuelles, répondant aux besoins des élèves repérés
localement tout en s’inscrivant dans les grands objectifs nationaux. Elle doit s’inscrire dans les
programmes nationaux en prenant en compte la nécessité de stratégie spécifique comme
l’éducation à la santé qui doit s’inscrire dans une démarche de programmation transversale et
interprofessionnelle qui ne peut pas se résumer à de l’information et de la formation.
Cette programmation doit se construire dans un parcours santé à tous les âges de la scolarité et
impliquer l’ensemble de la communauté éducative.

Lire la contribution

 

Les autres contributions du syndicat

Répondre à cet article