> 5 - Pédagogie en ZEP > Actions interdegrés (tous niveaux) > B* Les liaisons inter-degrés et un exemple de co-intervention en géographie (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Les liaisons inter-degrés et un exemple de co-intervention en géographie dans le réseau ECLAIR Jules Ferry de Woippy

19 août 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

ECLAIR : les liaisons inter-degrés et un exemple de co-intervention en géographie
Expérimentation art.34

Collège Jules Ferry
25 rue du Fort Gambetta, 57140 Woippy
Fiche du PASI
Auteur : Carole Clotis
Mél : carole-florence.clotis@ac-nancy-metz.fr

Dans le cadre du renforcement de la liaison école-collège et de la mise en œuvre de « l’Ecole du Socle », les équipes éducatives de l’école Pierre et Marie Curie et du collège Jules Ferry ont mis en place diverses actions dont la co-intervention entre enseignants du premier degré et du secondaire. Par exemple, en géographie, la co-intervention dans une classe de CM2 a donné lieu à une réflexion et une préparation par l’enseignante de CM2 et le professeur d’histoire-géographie, afin de mener conjointement une séquence de quatre séances.

Plus-value de l’action
Les intérêts pour les élèves du primaire sont nombreux :
- Ils se sont familiarisés aux méthodes de travail propre au collège.
- Les interventions variées sont stimulantes et valorisantes lorsque les élèves du primaire se savent encadrés par des enseignants du secondaire.
- Les élèves sont en confiance et rassurés par la présence d’enseignants du primaire au collège. Cette continuité génère de la motivation et un engagement dans le travail car ils se sentent suivis.

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Elèves du cycle 3 et des 6èmes.

A l’origine
Les résultats aux évaluations CE1 et CM2 du réseau ECLAIR de Woippy marquent des écarts négatifs d’environ 30 points par rapport à la moyenne nationale. Le réseau accueille 1470 élèves. Il n’y a pas de mixité sociale. Les PCS défavorisées représentent 96 % de la population accueillie. Le programme Éclair « écoles, collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite » vise la réussite de chaque élève et la réduction des écarts dans les résultats académiques et nationaux. Le projet vise à réduire ces écarts.

Objectifs poursuivis
Le programme ECLAIR prône la création d’une école du socle. Pour y parvenir, il faut améliorer la réussite des élèves ; l’objectif est de valider le palier 2 du socle pour tous. Pour cela, il faut créer un continuum de situations complexes et diversifiées sur les quatre années du collège pour que les élèves qui n’ont pu validé ce palier à l’école primaire puissent le faire au collège, tout en préparant mieux le travail et in fine l’acquisition des compétences du palier 3. Les interventions croisées inter-degrés doivent permettre :
• d’amoindrir les difficultés des élèves lors du passage entre le premier et le second degré, en particulier dans le changement du rythme et de l’organisation.
• d’accroître les échanges entre les enseignants de l’école et du collège afin de mieux connaitre les pratiques, les contenus d’enseignement, les outils d’évaluation, l’acquisition du socle et les élèves.

Description
- Dans les écoles :
• Organisation et animation d’ateliers scientifiques par une professeure de sciences physiques en cycle 3.
• Organisation et animation d’un atelier de production d’écrit par une professeure de français en cycle 3. Les interventions sont organisées conjointement avec les professeurs référents et les enseignants titulaires des classes.
• Organisation et animation par le professeur des écoles et le professeur de géographie de 4 séquences en classe de CM2 sur la notion de description d’un paysage (paysage vide, paysage dense puis comparaison des paysages).
- Au collège :
• Participation des élèves du primaire aux ateliers scientifiques et aux ateliers littéraires. Ces ateliers sont organisés et préparés en concertation avec les enseignants du collège.

Modalité de mise en œuvre
Pour la co-animation en géographie, les enseignants se sont rencontrés afin de réfléchir et de préparer la séquence. Le professeur de collège s’est ensuite rendu dans la classe de CM2 pour une prise de contact avec les élèves et afin de prendre connaissance du matériel et des outils disponibles dans la classe. Une dernière rencontre a permis d’effectuer les réajustements nécessaires avant la première séance.

Trois ressources ou points d’appui
- La proximité des écoles avec le collège d’affectation des élèves conditionne ces échanges.
- Les enseignants du réseau sont dans une dynamique de travail en commun grâce aux formations d’initiative locale consacrées depuis plusieurs années à la liaison école / collège.
- L’utilisation de l’outil de suivi de construction de compétences (SACoche) permet la lecture commune des compétences à travailler et la mise en place d’un continuum des apprentissages.

Difficultés rencontrées
- L’organisation des moments de concertation est problématique du fait des emplois du temps du collège et du primaire qui sont difficilement harmonisables. Les temps de déplacement sont aussi à prendre en compte.
- Le projet de co-intervention nécessite un temps de préparation plus important.
- Les tâches doivent être réparties au préalable : rédaction des fiches de préparation, recherche de documents, consignes données durant les séances.

Moyens mobilisés
Pour la co-animation en géographie, les séquences se sont déroulées dans l’école primaire qui se trouve à proximité du collège.

Evaluation
Les résultats aux évaluations CE1 et CM2 marquent des écarts négatifs d’environ 30 points par rapport à la moyenne nationale. Le projet doit réduire cet écart sur le long terme. L’efficacité de cette action est vérifiée par les progrès des élèves : taux de validation des items en augmentation. Deux indicateurs seront importants : le nombre d’interventions croisées par les enseignants du primaire et du collège et le nombre de disciplines engagées.

Documents
Géographie : lecture, comparaison, description de paysage : une co-intervention CM2-6ème
Fiche de préparation de séquences sur la lecture d’un paysage. Travail commun pour une co-intervention d’un professeur des écoles et d’un professeur de géographie dans une classe de CM2.
Lire

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
L’évaluation de ces co-interventions se fait en analysant les résultats et les comportements des écoliers quand ils deviendront collégiens : posture d’élève similaire, adaptabilité aux méthodes de travail qui deviendront plus proches, augmentation des évaluations positives de compétences, validation plus efficace du palier 2 pour les élèves en difficultés.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Cette co-intervention favorise une disponibilité accrue des enseignants aux côtés des élèves. Elle a permis de suivre le cheminement de la pensée de chacun afin d’apporter l’aide nécessaire. Chaque élève, dans les travaux de groupes, avait un temps de parole plus important pour justifier et argumenter ses propositions de réponses. Nous avons constaté, au fur et à mesure des séances, de réels progrès dans :
• le réinvestissement du lexique : les élèves réutilisent le vocabulaire introduit dans les séances précédentes,
• la rédaction des textes descriptifs : les productions respectent davantage les consignes et les contraintes,
• l’implication dans un projet collectif lors des phases d’activités en groupes.
- Sur les pratiques des enseignants :
• Avoir une vue globale de leur enseignement dans la scolarité de l’élève.
• Prendre en compte des contraintes différentes pour une même discipline selon qu’elle est enseignée au collège ou à l’école primaire.
• Avoir une meilleure connaissance des attentes des différents degrés.
• Parvenir à une harmonisation des terminologies, des habitudes de travail et des exigences.
• Viser un enrichissement mutuel des pratiques.
• Obtenir une meilleure connaissance des élèves.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Les relations entre les enseignants du collège et du primaire sont renforcées.
- Sur l’école / l’établissement : - Une séquence d’histoire avec les mêmes modalités que celle de géographie est prévue ainsi qu’une co-intervention dans une classe de 6ème.
• Un défi-lecture sur les Fables de La Fontaine (classe de CM2 - classe de 6ème) est en place : les élèves échangent des questionnaires, des charades, des mots croisés et des rébus.
• Des enseignants ont mis en place une séquence en mathématiques, en grandeurs-mesure (utiliser les unités de mesure usuelles), mise en œuvre dans des classes de CM2.
• Une co-intervention avec la professeure de sciences est envisagée.
• En langues vivantes, une réflexion est conjointement menée afin de mettre en place des actions pour valider le niveau A1 du CECRL.

Extrait du site Expérithèque : ECLAIR : les liaisons inter-degrés et un exemple de co-intervention en géographie

Répondre à cet article