Initiatives de collectivités en faveur des élèves de milieu populaire : extension du petit déjeuner gratuit dans les collèges de l’Essonne et du tarif unique dans les cantines des lycées d’Ile-de-France

29 août 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

15% des élèves ne prennent pas de petit-déjeuner. Le conseil général qui expérimentait le dispositif va l’étendre cette année à 14 établissements. Objectif : lutter contre la malbouffe et limiter les retards en classe.

Extrait de leparisien.fr du 27.08.14 : Le « p’tit déj’ » au collège grignote du terrain

 

Après l’avoir expérimentée, la région généralise progressivement une grille de tarifs uniformisée

L’objectif est d’instaurer une égalité d’accès, mais aussi de reconquérir les classes populaires. Les enfants d’ouvriers et d’employés sont, selon une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France publiée en 2011, deux fois moins nombreux à fréquenter les cantines que ceux de cadres supérieurs ou intermédiaires. Le taux moyen de fréquentation du restaurant scolaire est de 68 %. Mais il baisse à 54 % dans le Val-d’Oise et à 35 % en Seine-Saint-Denis, raison du choix de ces départements pilotes. Au lycée Jean-Moulin du Blanc-Mesnil, le nouveau barème a permis de tripler la fréquentation en trois ans, en attirant en particulier les enfants des familles défavorisées

Extrait de lemonde.fr du 28.08.14 : Barème unique, baisse de prix : la méthode de l’Ile-de-France pour ramener les lycéens à la cantine

Répondre à cet article