> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > DECROCHAGE > Décrochage (Etudes) > Décrochage ; la recherche pointe du doigt l’école. Un dossier du Café sur les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Décrochage ; la recherche pointe du doigt l’école. Un dossier du Café sur les recherches et les actions régionales et locales

28 octobre 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Peut-on réduire le décrochage sans changer l’École ? "Quand on utilise le mot "décrochage" on est dans un lexique qui empêche de penser aux apprentissages. Or avant d’être des "décrocheurs", ces jeunes étaient des élèves avec des difficultés d’apprentissage". Stéphane Bonnery a clos le séminaire organisé par Denis Fougère et Agnès Van Zanten dans le cadre du Liepp Sciences Po le 30 septembre.

Eric Maurin, Pierre Yves Bernard et Christophe Michaud ont présenté leurs travaux. Tous, en négatif ou en positif, mettent l’accent sur le rôle de l’École dans les processus de décrochage. Un tableau qui intéressera les politiques...

 

Décrochage : Mobilisation en Ile-de-France
"Et si on passait des mots aux chantiers de travail ? " La proposition d’Henriette Zoughebi, vice-présidente du Conseil régional en charge des lycées, s’adresse prioritairement à l’Education nationale. Réuni le 30 septembre, le Forum régional de lutte contre le décrochage a fait salle comble. Association, élus, représentants de l’Education nationale ont travaillé ensemble une après-midi à essayer de dépasser les frontières et trouver les bons protocoles pour diminuer le décrochage. Pour H Zoughebi il reste beaucoup à faire.

 

Les dispositifs régionaux
Le Forum a présenté de nombreux dispositifs de lutte contre le décrochage ou de prévention. Par exemple le Samely, un dispositif d’accompagnement des lycéennes mères ou enceintes. Un autre dispositif accompagne le passage du collège vers le lycée pour des jeunes repérés comme fragiles. Deux micro lycées , celui du Bourget et "le lycée des possibles" de La Celle Saint Cloud ont montré comment on peut remettre les jeunes en formation. La journée s’est terminée avec une intervention de Pierre Léna, président de La main à la pâte qui a notamment expliqué comment la culture ou les arts peuvent remobiliser les décrocheurs.

Benjamin Moignard, Observatoire Universitaire International Éducation et Prévention, Espe de Créteil, était le grand témoin de la journée. Il a insisté sur la nécessité pour les partenaires d’être d’accord sur leurs objectifs : la lutte contre le décrochage vise-t-elle à occuper les décrocheurs pour éviter la délinquance ou à les remobiliser pour une entrée en formation ?

 

Education nationale : Passer des mots aux actes
"D’un côté il y a les associations et les collectivités locales, de l’autre l’Education nationale. Il est important de voir à quelles conditions des partenariats peuvent se mettre en place", nous a dit H Zoughebi. "Pour cela il faut bien préciser les objectifs poursuivis". Interrogée sur les laissés pour compte des académies, par exemple les 700 à 800 élèves qui restent sans affectation faite de places dans leur filière chaque année à Créteil, H Zoughebi a à la fois rendu hommage au travail des enseignants et marqué sa volonté de secouer l’institution scolaire.

[...] La prochaine étape sera l’organisation, début 2015, d’un grand colloque début 2015 sur les politiques de lutte contre le décrochage. Des experts québécois, français, nordiques échangeront sur les pratiques en cours.

Extrait de cafepedagogique.net : Décrochage : La recherche pointe du doigt l’École

Répondre à cet article