> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Actions autres ou pluridisciplinaires) > B* Apprendre à apprendre, projet appuyé sur les sciences cognitives et la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Apprendre à apprendre, projet appuyé sur les sciences cognitives et la classe inversée au collège REP de Di Fiumorbu, Corse (Innovathèque)

2 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Apprendre à apprendre

Quoi ?

Ce projet propose d’aider les élèves à surmonter en classe les obstacles qui les empêchent de devenir autonomes et de les accompagner dans l’acquisition de méthodologie pour apprendre à apprendre. Ces méthodologies sont développées en prenant appui sur les sciences cognitives. Initialement développé au collège dans le cadre du dispositif « devoirs faits » il a été aussi développé cette année en classe de seconde au lycée en Physique chimie. Une pédagogie inversée et axée sur l’apprendre à apprendre est pratiquée avec l’utilisation de l’ENT leia et autour de travail collaboratif en classe qui permet d’ancrer les savoirs sur le long terme. Les élèves sont incités à mieux apprendre en prenant part à la conception des outils qui leur permettent d’apprendre (réalisation des QCM, réalisation de cartes mentales collaboratives).

Qui ?

2 membre(s) dans l’équipe

Projet mené par Mme Tafani Marie-Catherine, professeure de Physique Chimie .

La méthodologie a été diffusée au collège dans le cadre d’une réflexion lancée par le chef d’établissement en 2019 sur les pratiques d’évaluation, qui a permis des échanges sur les expériences de chacun et de diffuser au sein du collège les résultats et questionnements du projet. Ce retour d’expérience a servi de point de départ à une réflexion globale dans le cadre de la rédaction du projet d’établissement, en conformité avec le projet académique visant à « mettre en œuvre des stratégies pédagogiques et didactiques, innovantes, adaptées et QUI ? 3 diversifiées, pour une école valorisante et inclusive ». Une collaboration avec la documentaliste du collège a été pensé afin d’utiliser et de diffuser les outils développés dans le projet au sein de l’établissement grâce à la position centrale du CDI.

Les participants
1 académie(s)
2 établissement(s)
3 classe(s)
95 élève(s)
1 enseignant(s)
0 autre(s) participant(s)

Où ?
DI FIUMORBU, Corse (02B)

Collèg Lycée - 3ème 2de générale

La cité scolaire du Fium’Orbu se situe sur un territoire rural de l’académie de Corse. La majorité des élèves sont issus d’un milieu social et culturel où l’accès à la connaissance n’est pas toujours facile et l’aide dont chacun peut bénéficier à la maison est très variable d’une famille à une autre.

Pourquoi ?

- Problème identifié

Etablissement classé en REP ?beaucoup d’élèves sont issus d’un milieu social et culturel où ils ne peuvent bénéficier à la maison d’une aide aux devoirs. La question du travail personnel est un élément clé de la réussite scolaire et de la poursuite des études : en particulier la mémorisation du cours est un moment important mais qui n’est pas souvent pris en charge au sein de l’établissement. Les compétences du domaine 2 du socle commun de compétences et de connaissances sont peu développées ou de façon ponctuelle dans certains cours sans réelle vision transversale. Or l’externalisation de la tâche de mémorisation a tendance à renforcer la fracture scolaire en augmentant les écarts entre élèves. Les résultats intéressants obtenus au collège depuis 2 ans m’ont poussé à transposer et enrichir ces méthodes au lycée pour aider les élèves en classe de seconde à devenir autonomes dans leurs apprentissages en cours

- Indicateur(s) qualitatif(s)

Il est difficile de trouver des indicateurs sur le sujet de l’apprendre à apprendre. Les bienfaits sont liés à la motivation des élèves qui lorsqu’ils sont pris dans une dynamique leur permettant de s’approprier des méthodologies qui peuvent les aider à progresser dans leurs apprentissages sont davantage acteurs. Leur bien-être peut se trouver ainsi conforté ainsi que leurs résultats.

Quand ?

Du 04/09/2017 Au 30/06/2020

Comment ?

Les élèves ont d’abord été initié au processus de mémorisation. En amont de chaque séance de cours en autonomie à la maison : les élèves utilisent l’outil numérique leia pour prendre connaissance des essentiels du cours par de courtes vidéos et tester leurs connaissances par des QCM autocorrigés qui permettent de vérifier la compréhension des notions exposées dans la video . A la fin la fin de chaque séquence des fiches de mémorisation par l’activité AMARRE est menée en 2 étapes : - Une écriture de remémoration individuelle d’une séquence de cours sous forme d’une carte mentale réalisée sans aucune ressource sous les yeux - Une confrontation avec les écrits d’autres camarades et un travail collaboratif pour compléter leur trace écrite. Ces fiches servent tant à ancrer les savoirs qu’à expliciter les attendus d’un cours en en ciblant les éléments essentiels et servent ainsi de fiches de révision.

- Modalités de mise en œuvre

Après avoir mis en place la pratique Amarre au collège les années précédentes, la méthode a été enrichie au lycée. L’année scolaire a commencé au mois de Septembre par une première séance d’explication de la méthode liée aux sciences cognitives, et des documents sur le fonctionnement du 6 cerveau, la réalisation de cartes mentales, les techniques de mémorisation et ce à travers un travail collaboratif. La méthodologie de classe inversée a été mise en place ensuite de façon systématique cette année grâce à l’environnement numérique de travail Leia. Après la visualisation des vidéos à la maison les élèves ont eu à réaliser des QCM dans un premier temps puis à en proposer à travers la rédaction en classe de questions et de réponses justes et fausses que j’ai ensuite mises en ligne. A la fin de chaque séquence de cours une carte mentale individuelle puis collaborative a été réalisée suivant la méthode Amarre et servant de fiche de révisions.

Quel bilan ?

- Indicateur(s) qualitatif(s)

Les bienfaits sont liés notamment à la motivation des élèves et à leur engagement dans l’apprentissage. L’apprentissage de l’autonomie accompagnée en classe dès le mois de 7 septembre a été largement optimisé pendant la période de continuité pédagogique où les élèves avaient acquis une certaine aisance avec l’ENT et des méthodes qui permettent d’ancrer les savoirs. Beaucoup d’élèves ont continué sur l’ENT le travail collaboratif d’écriture des cartes mentales de cours, parfois initiée en classe virtuelle et poursuivie en autonomie et en devoir de groupes sur l’outil LEIA. Ces cartes mentales m’ont été régulièrement transmises par l’ENT pendant la période d’enseignement à distance ainsi que le travail sur les QCM.

Et après ?

L’action a d’abord pris naissance dans le dispositif « devoirs faits » au collège et s’est poursuivie par un travail en classe au lycée pendant les heures de cours complété par un travail en autonomie à la maison.

- Développement et suite de l’action

Ce projet commencé au collège a été l’occasion lors de l’écriture du projet d’établissement du collège du Fium’orbu en décembre 2019 d’une réflexion sur les pratiques pédagogiques innovantes et du Travail Personnel de l’Elève appuyé par une enquête via l’outil numérique à destination des parents ayant comme thème les devoirs à la maison. Il a permis de prolonger un travail réflexif engagé par l’établissement sur les devoirs et le TPE. Le travail mené cette année a permis de servir de base à une formation sur l’évaluation et la motivation en période de confinement réalisée par visioconférence à destination de professeurs de Physique Chimie de collège et de lycée. Enfin les résultats de ce projet ont été communiqué via la participation à une émission radiophonique sur la radio RCFM, station régionale de Radio France, sur le thème des pédagogies innovantes mises en place pendant le confinement.

Extrait de innovathèque-pub.education.gouv.fr du 27.06.20

Répondre à cet article