> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > DECROCHAGE, ABSENTEISME > Ecoles deuxième chance (E2C), Epide > Rapport d’activité 2014 du réseau des Écoles de la 2e chance

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Rapport d’activité 2014 du réseau des Écoles de la 2e chance

12 mai 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

L’insertion des jeunes déscolarisés renforcée

En 2014, les Écoles de la 2e chance (E2C) ont accueillis 14 385 jeunes « décrocheurs » de moins de 26 ans. Réparties dans 48 départements en métropole et 4 en outre-mer, les 107 écoles leur ont proposé un parcours individualisé en s’appuyant sur l’alternance en entreprise.

De leur côté, les 18 établissements public d’insertion de la Défense (Epide) aident quelque 3 500 jeunes de 18 à 25 ans, sans diplôme ni qualification et désocialisés, à se former à un projet professionnel, chaque année.

Conformément aux mesures prévues dans le cadre du Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté (Ciec) de mars 2015, ces dispositifs vont renforcer leurs moyens pour accroître l’insertion des jeunes en voie d’exclusion. Pour preuve : les E2C visent l’intégration de plus de 15 000 jeunes, d’ici la fin de l’année, grâce à l’ouverture de six nouveaux sites. Et, concernant les Epide, le président de la République a souhaité leur insuffler une nouvelle dynamique au vu de leur efficacité : « Plus de la moitié des jeunes volontaires trouve une formation qualifiante ou un emploi dans les mois qui suivent leur sortie », a-t-il souligné, fin avril, à l’occasion de la visite de l’Epide d’Alençon, dans l’Orne.

François Hollande a aussi rappelé son intention d’augmenter de 25 % le nombre de jeunes accueillis d ! ans les Epide pour le porter à 4 500 par an. Des investissements vont être consentis pour que chaque Epide puisse accueillir 180 personnes et deux nouveaux établissements vont être créés dans le sud de la France pour répondre aux besoins. Par ailleurs, le président de la République a annoncé l’expérimentation, en France métropolitaine, du service militaire adapté (SMA), rebaptisé « service militaire volontaire ». Ce dispositif d’insertion professionnelle de jeunes en grande difficulté existe depuis 1961 en outre-mer.

Le renforcement de ces dispositifs intéresse tout particulièrement les jeunes déscolarisés des quartiers prioritaires : la part des jeunes issus des quartiers de la politique de la ville représente 37 % du public accueilli par les E2C.

À noter : selon le rapport d’activité 2014 du réseau des Écoles de la 2e chance, les E2C recensent 53 % de femmes et 47 % d’hommes. Elles accueillent plus de jeunes femmes que d’hommes qui n’ont pas la nationalité française et plus de jeunes femmes issues des quartiers de la politique de la ville.
La moyenne d’âge y est de 20,5 ans, mais le cœur de cible reste la tranche des 20-23 ans. La part des jeunes urbains représentent 88 % du public. Celle des jeunes demandeurs d’emploi depuis plus d’un an baisse de 19 à 17 %, entre 2013 et 2014.

En savoir plus

Site Epide

Source : Lettre d’information bimensuelle de la Politique de la Ville du 11 mai 2015

Répondre à cet article