> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. (Positions) > EDUC. PRIOR. (Autres positions) > L’éducation prioritaire dans la conférence de presse du SNES-FSU (Dossier de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’éducation prioritaire dans la conférence de presse du SNES-FSU (Dossier de presse et vidéo)

26 août 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

EXTRAIT DU DOSSIER DE PRESSE (25 août 2015)

FICHE 2 : LA REFORME DU COLLEGE

UNE RÉFORME CONTESTÉE QUI NE RÉPOND PAS AUX ENJEUX
Avant toute évaluation de la réforme du lycée et en l’absence d’analyse, la Ministre Mme Vallaud-Belkacem prétend imposer une réforme du collège largement inspirée d’un modèle dont les effets pervers ont été constatés. Trois mesures principales caractérisent le projet : le renforcement de l’autonomie des établissements, l’accompagnement personnalisé et l’interdisciplinarité.

Ces mesures ne répondent pas aux difficultés du collège, voire les aggraveront :
- l’autonomie prend pour modèle celle instaurée au lycée, source de concurrence entre les établissements, mais aussi entre les enseignants dans les établissements, pour obtenir des groupes à effectifs réduits par exemple. En lycée, cette disposition a gravement endommagé les collectifs de travail, au détriment de la cohérence des équipes nécessaire à la réussite des élèves. La concurrence entre les disciplines induite par la répartition des horaires de sciences et de technologie en Sixième, celle des groupes à effectifs restreints, l’organisation des enseignements pratiques disciplinaires (EPI), va entraîner des difficultés au sein des collèges
- l’accompagnement personnalisé est calqué sur le modèle du lycée, dont le bilan officiel n’a pas été mené, mais qui est unanimement décrié comme un effet d’annonce pédagogiquement peu efficace. L’accompagnement doit pouvoir se mener en tant que de besoin au fil de la classe, et non sur un horaire dédié le déconnectant des autres apprentissages. Cela suppose des possibilités de varier les situations d’apprentissage ;
- l’interdisciplinarité peut avoir du sens, mais les travaux de recherche montrent qu’elle profite surtout aux élèves en situation de réussite scolaire. L’encourager, oui, mais en créant les conditions pour qu’elle profite à tous, non pas la rendre obligatoire sur un horaire important pris sur les enseignements disciplinaires. Par ailleurs sont maintenus des parcours (artistique et culturel, avenir, citoyen) en plus des programmes, ce qui ne répond pas à la demande de simplification des prescriptions et peut amener l’enseignant à des choix contraints

FICHE 3. L’ÉTAT DU SYSTÈME EDUCATIF
LES CONDITIONS DE LA RENTREE

[...] Entrée en vigueur de la nouvelle carte de l’éducation prioritaire
L’éducation prioritaire (EP) compte à cette rentrée 1091 établissements
 : 351 établissements REP+ et 740 établissements REP. Les classements « 
Sensible » et « Ville », classements interministériels, subsistent et
concernent en partie les établissements porteurs du nouveau label.

285 établissements sont entrés en EP et 283 sont sortis de l’EP. L’actuel périmètre de l’EP reste donc quasiment identique au précédent. Une extension de la carte était pourtant justifiée, ne serait-ce que puisque la situation particulière de Mayotte a enfin été prise en compte avec 15 établissements entrant en EP. L’injonction ministérielle de maintenir un périmètre quasiment identique a conduit à un manque de transparence lors de l’élaboration de la nouvelle carte et à l’exclusion de l’éducation prioritaire ’établissements qui en relevaient dans plusieurs académies :
des établissements répondant aux critères nationaux ont été écartés du dispositif. Le SNES-FSU a alerté sans être entendu sur cette situation.

Enfin, les lycées sont écartés de l’éducation prioritaire, ce qui n’est pas acceptable. Les annonces de la ministre à cet égard se font toujours attendre.

Extrait de snes.edu du 25.08.15 : Dossier de presse

Voir la vidéo de la conférence de presse

 

[...] Pour la co-secrétaire générale du syndicat, “il y a beaucoup de recyclage, l’impression d’un empilement et d’un grand vide”. Constatant en outre “que rien n’a été annoncé pour le lycée”, Frédérique Rolet décrit un “discours incantatoire sur la revalorisation des enseignants, et en même temps, un vrai décalage entre les objectifs annoncés et la réalité, dont le ministère s’est coupé”.

[...] D’après la porte-parole, une intersyndicale est prévue dans les jours qui viennent, afin de préparer une journée de grève nationale en septembre, puis une manifestation en octobre. “Ces actions nous permettrons de montrer qu’il s’agit d’un mécontentement global et continu”, remarque Frédérique Rolet.

Extrait de nousvousils.fr du 26.08.15 : Rentrée au collège : un ministère coupé de la réalité

 

Contre la réforme du collège, le principal syndicat d’enseignant du second degré annonce une grève en septembre avant une manifestation nationale en octobre.

[...]
Autonomie des établissements
Si le syndicat affirme ne pas être « contre l’interdisciplinarité », il considère que les fameux : enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) introduits par la réforme vont surtout profiter aux élèves les plus favorisés et enfoncer les plus faibles. « Il est paradoxal qu’avec la réforme du collège, la gauche au nom de l’égalité institue des disparités entre établissements », insiste encore le syndicat. « De fait, si la droite revient au pouvoir, la réforme du collège sera confirmée car elle leur convient. Elle n’aura plus qu’à changer des bricoles. Dans son livre, Juppé ne dit pas autre chose lorsqu’il prône l’autonomie des établissements », indique ainsi Frédérique Rolet.

Extrait de lefigaro.fr du 26.08.15 : Education : le SNES promet une rentrée animée

Répondre à cet article