> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE > OUVERTURE SOCIALE > Grandes écoles, universités, entreprises, fonction publ. > Ouverture sociale (Etudes) > la 1ère séance des entretiens de Jean Zay (MEN, Le Monde et The Conversation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

la 1ère séance des entretiens de Jean Zay (MEN, Le Monde et The Conversation France) le 13 avril a été consacrée à l’intervention de Fabien Truong, auteur de "Jeunesses françaises. Bac +5 made in banlieues"

15 avril 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

La première séance des Entretiens Jean-Zay consacrée aux " Bac+5 made in banlieues"

L’invité du lancement du cycle des Entretiens Jean-Zay organisé conjointement, hier mercredi 13 avril, par le ministère de l’Education nationale, le journal le Monde et The Conversation-France était Fabien Truong qui a été professeur de sciences économiques et sociales dans plusieurs lycées de Seine-Saint-Denis avant d’enseigner à Paris 8.

Il a notamment publié "Jeunesses françaises. Bac +5 made in banlieues" aux éditions La Découverte. De banlieues il fut donc question à ce premier rendez-vous des Entretiens dont la ministre de l’Education nationale a désigné en préambule l’objectif : aider "à l’émergence d’une nouvelle génération de chercheurs" car, a-t-elle ajouté : "nous avons besoin d’un éclairage de plus en plus actuel d’où peut-être émergera une idée nouvelle…"

Alors qu’au même moment devait se tenir une première "nuit debout" à Saint-Denis, et que le matin même s’était tenue la 3ème conférence interministérielle sur les banlieues à Vaulx-en-Vélin, l’enseignant devait rappeler sa méthode : un temps long qui lui fait "considérer des processus plus que des états" et le constat d’un "durcissement des regards" portés sur les banlieues entre 2005 et 2015 avec le passage "d’une marginalité urbaine" à ce qui s’est transformé "en une question identitaire".

"Les jeunes n’y échappent pas, ils ont le sentiment d’être un problème"

Son analyse procède de ses enquêtes menées avec ses anciens élèves de lycées du "9-3". Il conclut à une "plasticité des situations" permettant d’éviter les diverses stigmatisations avec lesquelles ces jeunes sont aux prises. Ainsi pour Sara, c’est lorsqu’elle intègre Sciences Po qu’apparaît la question de la religion. "Au lycée, il y a une docilité des jeunes filles de milieu populaire... Mais quand elle entre à Sciences Po, la religion devient structurante et permet une prise de distance avec ses parents qui ne lisent pas les textes ni le Coran. De plus, elle ’fait tache’ socialement, ’ils racontent des blagues et je ne rigole pas’ dira t-elle. C’est à ce moment que la religion va l’aider à s’affirmer comme banlieusarde au milieu de tous les petits blancs."

La religion est alors "une pratique sociale". Là où un journal pourrait facilement titrer "une radicalisée pénètre une grande école", Fabien Truong estime que "le rapport de l’ostentation dépend du temps et aussi de la scène sociale où elle se passe". Il ajoute :"l’Islam aujourd’hui comble un vide politique et on a tendance à tout mélanger : la théocratie, le dogme, la pratique sociale."

De petits atouts familiaux

Selon l’universitaire et pour résumer, "c’est là où il a pu trouver sa place que l’étudiant a réussi", ce qui suppose "l’existence de petits atouts" comme la reprise d’études de l’un des deux parents, l’existence d’une fratrie ou les tarifs Air France de certains parents qui sont manutentionnaires à Roissy, ce qui a permis à leurs enfants de voyager et donc d’accéder à Erasmus. En revanche, la pratique de la "faculté de proximité" ne semble pas aider à l’émancipation.

Le conférencier a aussi évoqué l’attractivité des "business schools" auprès des classes populaires, un succès que Najat Vallaud-Belkacem a relativisé. La ministre de l’Education nationale souligne que le mouvement vers les licences pros s’est renforcé cette année. Les enquêtes ont par ailleurs montré que "les scolarités sont plus heureuses et apaisées une fois arrivés en master" que pour "les entrants dans les business schools" ou que pour les années de licence "où c’est la rupture avec les quartiers", même si ceux qui y vivent les voient comme des réussites personnelles.

Michel Delachair

Extrait de touteduc.fr du 14.04.16 : La première séance des Entretiens Jean-Zay consacrée aux " Bac+5 made in banlieues"

 

Lancement du cycle de rencontres "Les entretiens Jean Zay" - mercredi 13 avril 2016 à 19h30

 

Sur le site OZP : Résultat d’une recherche sur le mot truong

Répondre à cet article