> 4 - Education prioritaire > TYPE DE DOCUMENT > DOSSIERS > Une éducation toujours prioritaire ?, dossier de "Fenêtres sur cours", n°430, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une éducation toujours prioritaire ?, dossier de "Fenêtres sur cours", n°430, 14 novembre 2016

18 novembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Dossier :Une éducation toujours prioritaire ?
Fenêtres sur cours, n° 430, 14 novembre 2016
(pages 12-17)

 

(page 12) Un récent rapport du Cnesco interroge sur l’efficacité des politiques d’éducation prioritaire dans une école où persistent les inégalités.
Depuis deux ans, la réforme de l’EP se met en place avec le « maître plus », la scolarisation des moins de 3 ans et la pondération, dispositifs demandés par le SNUipp-
FSU. Mais les moyens prévus ne sont pas tout à fait au rendez-vous

"Le désastre scolaire », « Inégalités à l’école de la République, stop ou encore ? »...
Rendu public le 27 septembre dernier, le rapport du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), « Comment l’école amplifie-t-elle les inégalités sociales et migratoires ? », aura suscité un véritable emballement médiatique. Les
médias en ont conclu que l’éducation prioritaire serait en échec.
Le texte, lui, préconise des mesures volontaristes pour réduire les inégalités scolaires. (lire p14). Il est vrai que l’école est loin de tenir toutes ses promesses. Selon PISA, la France est la championne des inégalités scolaires. L’écart entre les
« bons » élèves et les« faibles » qui sont aussi ceux qui souffrent le plus
des inégalités sociales, n’a jamais été aussi grand. Les évaluations nationales montrent que trop d’élèves arrivent en 6e sans maîtriser les savoirs fondamentaux et que leurs difficultés s’aggravent au collège. Environ 130 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans diplôme ni qualification. Mais pour autant, faut-il se laisser aller au pessimisme ambiant ? [...]

 

(page 14) Les recommandations du Cnesco

 

(page 15) Blois (41). Evaluation des dispositifs ; encore trop tôt...
A l’école Jules Ferry de Blois, l’équipe enseignante a investi allègement de service
et maître surnuméraire pour dynamiser ses enseignements au service de la réussite
des élèves. Encore difficile cependant d’en évaluer les résultats.

 

(page 16) L’école oui, mais pas que
Dans le quartier du Petit Bard à Montpellier, la mobilisation des acteurs de l’école autour de la mixité sociale commence à porter ses fruits

 

(page 17) Agnès Van Zanten : Il faut agir simultanément sur la question pédagogique et sur celle de la mixité sociale

Extrait de snuipp.fr Fenêtres sur cours, 430

Le numéro en PDF

Répondre à cet article